A LA DECOUVERTE D'AUTRES PARTIES DU MONDE

VOEUX 2018

 

A toutes et tous.

L‘année 2017 malheureusement s’est déroulée surtout sous le signe de… la maladie avec des variations dans l’intensité.

Il y a des maladies qui ne guérissent pas, elles semblent disparaître mais restent en sommeil pour réapparaître plus tard. D’autres dont l’évolution ralentit avec les soins…

Mais il y en a une autre, très dépendante des premières, qui ne guérit pas non plus, c’est la passion des voyages. Bien sûr, nous attendons une accalmie significative pour l’assouvir à nouveau…Nous faisons de nouveaux projets et espérons très fort leur réalisation en 2018.

A vous tous, nous vous souhaitons une année 2018 pleine de beaux projets ainsi que leurs réalisations.  

 

                             

 



Publié à 16:51, le 30/12/2017, Domérat
Mots clefs :


COUVERTURE

 

                                                                              ​AVENTURE

 

                           EN

 

          AMERIQUE  DU  SUD

 

                        

                                       

ALINE ET GEORGES MEYERS



Publié à 20:06, le 1/11/2017, Domérat
Mots clefs :
.. Lien


CARTE

                             

                                                                 ITINERAIRES

 

                                   

                                     

 

 

 

 

 

LEGENDE

Premier séjour: Du 05 mai 2 015 au 31 janvier 2 016.( en rouge)

Deuxième séjour: Du 31 mars 2 016 au 31 août 2 016. ( en noir)

 

 

 

 

                                



Publié à 16:21, le 1/11/2017, Domérat
Mots clefs :
.. Lien


SOMMAIRE

                                                                               SOMMAIRE

                         0- Nouvelle aventure- Préparations.

                         1-Voyage vers le Canada. (5 mai 2 015)

                         2- De Montréal aux Grands Lacs.

                         3- Les Provinces du Centre et de l’Ouest.

                         4- De Vancouver à Haines en Alaska   - Le sud- ouest de la Colombie Britannique.

                         5- L’Alaska.

                         6- L’Alaska- suite.

                         7- La ruée vers l’or (1 896).

                         8- Du Canada, Yukon aux USA via les Rocheuses.

                         9- De Yellowstone à Arches.

                       10- Les Parcs Nationaux du sud-ouest.

                       11- Nevada – Californie.

                       12- La Côte californienne d’Eureka à San Luis Obispo.

                       13- Sud de la Californie

                       14- L’Arizona – Le Nouveau Mexique.

                       15- De New Mexico à la Californie.

                       16- Retour en Californie (31 mars 2 016)

                       17- Les Grands Parcs de l’Ouest - Suite.

                       18- L’Ouest des USA est terminé.

                       19- Le Texas sud.

                       20- La Louisiane.

                       21- Après la Louisiane.

                       22- Tennessee – Alabama.

                       23- La Floride.

                       24- Nord-est des USA.

                       25- De l’Ontario à la Nouvelle- Ecosse.

                       26- Derniers jours sur le continent américain.

.



Publié à 16:08, le 1/11/2017, Domérat
Mots clefs :
.. Lien


LIVRE PAGE B - C

 

Ce livre a été conçu à partir du blog que nous tenions pendant le voyage.

Blog destiné à relater notre vécu, nos rencontres, nos découvertes…au moyen de textes et de photos…afin de les partager avec nos enfants, notre famille, nos amis, mais aussi avec des voyageurs avec qui, souvent, nous avons eu des moments de pur échange…

Les articles du blog étaient envoyés toutes les trois à quatre semaines.

 

Nous avons parcouru 53 000 kilomètres entre mai 2 015 et septembre 2 016.

Nous avons passé 16 jours en Chine et sommes rentrés deux mois en France.

Donc, nous avons vécu presque 14 mois en Amérique du nord.

 

Comme lors de toutes nos aventures, nous avons pris beaucoup de plaisir, un plaisir tellement complexe qu’il est difficile de l’expliquer ! Les paysages, la flore… étaient somptueux, les gens absolument charmants ! Nous avons passé du temps avec des personnes inoubliables.

Quant à la faune, elle nous manque ! Un délice !

Un voyage, où qu’il soit, vous change. Vous en revenez toujours plus riche, beaucoup plus riche, dans tous les domaines.

L’esprit ainsi nourri de tant et tant de nouveautés, de beauté, de rencontres, de découvertes, permet de continuer à rêver bien au-delà du retour !    



Publié à 15:42, le 1/11/2017, Domérat
Mots clefs :
.. Lien


LIVRE PAGE A

 

 

 

Nous voyageons en camping-car, hors de nos frontières et des pays proches depuis 1984.

Jusqu’à notre retraite, ces voyages duraient un mois puis nous avons pris de plus en plus de temps pour visiter…

 

Nous avons parcouru :L’Algérie, le Danemark, les Pays Scandinaves, la Turquie, le Maroc, la Tunisie, les Pays de l’Est, la Syrie, l’Ukraine, la Russie, les Pays Baltes, la Pologne, la Grèce, l’Italie, la Sicile, le Portugal… le Sénégal, la Mauritanie…

 

Nous avons fait des voyages organisés au Vietnam, au Mexique, en Chine.   

 

En 2 010, nous avons passé six mois en Russie, Sibérie, Mongolie, Asie Centrale …

En 2 012- 2 013, nous sommes restés dix-neuf mois en Amérique du sud : Brésil, Paraguay, Uruguay, Argentine, Chili, Bolivie, Pérou, Equateur.  

En mai 2 015, nous sommes donc repartis pour une grande  aventure en Amérique du nord.         

 

 

 

 

 



Publié à 15:02, le 1/11/2017, Domérat
Mots clefs :
.. Lien


VOEUX 2017

            MEILLEURS VOEUX POUR 2017 smiley
 
Après le nouvel an 2016 la poursuite de notre voyage a été tout autant enrichissante et effectuer un choix de seulement 16 photos sur plus de 10000 réalisées n’a pas été simple. Voici quelques rencontres et points importants nous ayant particulièrement marqués.
 
 
                                
  
 
De retour chez nous depuis fin août, nous avons passé une grande partie de notre temps, en dehors de la visite de la famille et des amis,  a des contrôles et examens nécessaires à ma santé. 
Le constat actuel est que la radiothérapie réalisée début 2016 sur un ganglion proche de la vessie a été efficace. Par contre mon PSA n’ayant cessé d’augmenter, il s’avère que des cellules cancéreuses ont migré jusqu’aux poumons. Début 2016 je commence un traitement de chimiothérapie.
Dans un premier temps j’évite de faire concrètement de nouveaux projets de voyage, mais nous y pensons fortement, c’est pourquoi nous sommes confiants et acceptons le  traitement avec toute l’énergie requise.
En cette période de fêtes, nous vous souhaitons de les passer du mieux que possible et vous présentons tous nos vœux de bonheur et surtout de santé pour l’année 2017. kiss
 


Publié à 13:15, le 28/12/2016, dans Voeux 2017, Domérat
Mots clefs :


DERNIERS JOURS SUR LE CONTINENT AMERICAIN

 

DERNIERS JOURS SUR LE CONTINENT AMERICAIN

 

De Dig By, nous prenons la 101 est, nous passons à Bridgetown et allons jusqu’à Lunenburg que nous visitons.

Dans le port est amarré un beau deux mâts, les maisons sont colorées, l’architecture est particulière.

  

Nous visitons St John…et nous nous rendons à Bridgewater, nous allons jusqu’à la Marina sur un parking tranquille où nous faisons la connaissance de gens charmants qui y possèdent des bateaux…Ils nous proposent même d’utiliser les douches de la Marina.

Nous discutons beaucoup mais Jo peut tout de même commencer les travaux de préparations de Joline pour son futur voyage de retour sur le cargo.

Nous nous rendons à Halifax. Jo prend contact avec la compagnie de transport et commence les formalités...assurances...etc.

Nous nous installons dans un camping afin de placer les plaques de séparation cabine/cellule, de ranger les coffres, vider le frigo…etc. On essaie au maximum  de minimiser les tentations de vols pendant le retour.

Nous y rencontrons un couple de Montréal, très gentil.

                                                  

Nous partons visiter Peggy’s Cove, tout près. Tout le long de la route le paysage est superbe, eau bleue, nombreux bateaux, maisons colorées, algues dorées, roches blanches…vieilles maisons de pêcheurs avec les casiers…

  

  

Le village est très joli mais très touristique !

Nous visitons le port, le phare perché sur de magnifiques rochers en dalles, tous les lieux de vie typiques.

  

Nous terminons les préparatifs pour le retour en France.

Le 30 août nous prenons l’avion pour retrouver notre maison. Joline voyagera en cargo et nous irons le récupérer à Anvers dans quelques temps.



Publié à 15:44, le 12/09/2016, Domérat
Mots clefs :
.. Lien


DE L'ONTARIO A LA NOUVELLE ECOSSE

DE  L’ONTARIO  A  LA NOUVELLE  ECOSSE.

Nous avons quitté les Etats-Unis et plus précisément New York depuis déjà quelques temps.

Nous vous joignons quelques-unes des photos  prises par notre  ami  Adrian que nous avons reçues après avoir envoyé notre article précédent.

 

                                            

  

 

 

Après la visite de New York nous avons continué vers le nord et avons passé la frontière du Canada très rapidement et simplement à Gananoque dans la région  des « Mille Iles ». Effectivement, environ 1800 iles sont disséminées dans le fleuve St Laurent entre  Kingston et Brockville. Nous étions dans la Province de l’Ontario.  

                                             

Nous avons pris la route panoramique « Thousand  Islands  Parkway »qui longe le Saint Laurent.

 

 

OTTAWA

Ottawa est la capitale du Canada. Nous ne l’avions pas visitée lorsque nous étions passés dans la région l’an dernier à notre arrivée.

Elle est située sur les rives de la rivière Ottawa. Nous en faisons la visite à pied.

Canal Rideau

Au plein cœur de la ville, ce canal ayant des écluses voit des bateaux  y naviguer à la belle saison et en hiver, c’est une immense patinoire d’une superficie égale à 90 terrains Olympiques de hockey. Sur 7,8 km la glace y est entretenue pour le grand plaisir des patineurs. Ce canal est situé entre Fairmont Château Laurier et le Parlement.

                                            

 

Le Parlement du Canada.

De vastes bâtiments gothiques construits sur une colline dominent le Centre- Ville.

Des arcades, des tourelles aux toits de cuivre (en rénovation), des gargouilles néogothiques agrémentent les édifices.

La Tour de La Paix qui domine l’édifice du centre s’élève à près de 100 m, elle est le centre de la vie politique du Canada. Le Gouvernement s’y réunit. Elle abrite la Chambre des Communes, le Sénat et la Bibliothèque du Parlement.

 

                                             

                                               

                                          

Sur la pelouse au pied du Parlement  se tient une séance collective de gymnastique de relaxation.

                                            

Après avoir bien admiré tous ces édifices, nous traversons le Pont Alexandra, plutôt long, pour nous rendre au Musée de l’Histoire.

                                            

Musée Canadien de l’Histoire.

Construit avec des courbes harmonieuses pour répondre à des croyances du Peuple Indien, il évoque aussi un masque traditionnel.

 

De là, nous avons une vue panoramique sur les Edifices du Parlement sur la colline.             

                           

  

Il retrace l’histoire du Pays et met l’accent sur les Peuples autochtones, les origines coloniales et sa diversité culturelle de nos jours.

Une grande partie, deux niveaux, est en travaux.

Nous y admirons d’immenses mâts totémiques, des objets de cérémonie ou du quotidien.

 

 

 

 

Actuellement, nous pouvons y voir une exposition sur Paris, Napoléon…

                                             

                                        

Au retour, nous découvrons :

Le Musée des Beaux- Arts, belle construction en verre abritant peintures, photographies, objets d’art indiens…

 

L’Araignée géante nommée « Maman », sculpture de 9 mètres,  accueille les visiteurs !

                                               

La Basilique Cathédrale Notre-Dame datant de 1841 dévoile un intérieur extrêmement riche.

Le Maitre-Autel  et le  retable sont remarquables ainsi que bien d’autres œuvres…

 

 

Marché By Ward

Le marché By est le plus ancien quartier d’Ottawa. Le pavillon historique expose des objets d’art et d’artisanat. A l’extérieur se tient un marché fermier.

                                              

Promenade Sussex

Les boutiques de créateurs etc… sont installées sur l’élégante promenade.

                                              

Nous pourrions continuer à découvrir la Capitale Ottawa mais nous partons vers Montréal
Nous entrons dans la Province du Québec.

                                                             

Nous revenons à Montréal passer quelques jours chez l’amie d’enfance de Georges, Renée et son mari Robert, déjà visités à notre arrivée au Canada l’an dernier. Les retrouvailles sont chaleureuses.

MONTREAL

Seule métropole francophone en Amérique du Nord !

Nous passons beaucoup de temps à parler de notre village, évoquer des souvenirs de jeunesse, parler de nos vies respectives , des coutumes canadiennes, des voyages  etc…nous reposer aussi…nous promener…

                                             

Nous avions déjà visité Montréal  l’an dernier. Or, cette fois, nous découvrons la Rivière des Prairies tout près de chez eux …

Nous allons ensemble au marché de Laval, immense, superbe avec des produits, pain, gâteaux, viande, poisson, fruits et légumes de toute beauté et …succulents !

 

Le Parc du Mont Royal

Au centre de l’Ile de Montréal s’élève « La Montagne »qui est devenue un immense parc où on peut faire du vélo, du jogging…des pique-niques ainsi que du ski et de la luge en hiver.

Nous nous y promenons et découvrons « Le Belvédère» situé près du chalet du Mont Royal accueillant des concerts en été. Ce belvédère nous offre une vue panoramique sur la ville. Il fait bon et nous prenons beaucoup de plaisir ensemble.

 

 

 

Nous allons ensuite au 2ème observatoire, celui de l’est, où nous apercevons le stade du Parc Olympique.

                                                

Nous revenons  par le Boulevard Saint Laurent qui délimite la partie est de Montréal francophone de sa partie ouest plutôt anglophone.

Nous quittons nos amis avec plein de souvenirs en tête et… un gros pincement au cœur …

 

 LAC  SAINT  JEAN – SAGUENAY

Une région magnifique. Par contre, durant quelques jours ici, les températures tombent brutalement à 10° à peine le matin, 15° tout juste la journée ! Nous  qui  avons  enduré des 38° il y a peu de temps !

Nous arrivons au Lac Saint-Jean à Chambord.

 

Nous longeons le lac jusqu’à Roberval que nous visitons.

 

 

                                            

Il reste les bâtiments des « Ursulines » maintes fois remaniés.

 

Puis, nous visitons le site de Val Jalbert tout près du lac.

C’est un lieu où  a été construite, dans les années 20,  une usine de pâte à papier, une « pulperie »au pied d’une belle chute d’eau nécessaire pour faire tourner les turbines ! C’est une région où il y a beaucoup d’exploitation du bois.

Un village s’est établi avec son magasin général, sa poste, un couvent-école, ses maisons d’ouvriers très confortables pour l’époque.

 

 

 

 

Nous traversons le village en  trolleybus, ce qui nous donne une idée générale. Puis, nous  prenons un téléphérique et des escaliers pour monter admirer du haut, la cascade et le lac St Jean.

                                             

 

Nous assistons à un théâtre joué par les villageois en costume !

Très drôle vraiment car les acteurs s’expriment en français-québécois comme tous les jours, dans la vraie vie ! Un régal !

                                             

 

Nous suivons le sentier du Canyon bien agréable et terminons cette charmante visite, enchantés !

                                             

Pour ne pas quitter si vite les bords du lac, nous allons nous promener à la Pointe Taillon où nous cherchons les castors…que nous ne trouvons pas !

La tourbière avec ses plantes spécifiques s’étend largement au-delà de la plage.

 

 

 

Puis  nous partons vers l’est jusqu’à Saguenay- Chicoutimi.

 

Nous allons nous rendre compte des dégâts causés par un déluge en 1996. Les eaux ont arraché sur leur passage toutes les maisons construites sur les rochers. Une seule est restée debout, c’est la « Petite Maison Blanche ».

Nous y entrons et avons toutes les explications avec les photos, les films, les surprenants personnages présentés, plus vrais que vrais, mais impressionnants !

 

 

C’est la fête à Chicoutimi et, le soir, nous assistons au festival « Rythmes du Monde ». Ce sont des concerts de plein air.

                                                            

« Epsylon » un groupe français :

 

«Elage  Diouf », le chanteur sénégalais :

 

 

« Les Cowboys Fringants » :

 

                                                 

La soirée fut plutôt …musicale, aux rythmes et sons…soutenus…

Nous bivouaquons juste à côté.

Nous prenons « La route du Fjord »en passant à  « La Baie Ha Ha » avec sa célèbre Pyramide, la « Petite Sirène »…

 

Il faut dire que ce fjord, le plus au sud du Québec, est l’un des plus longs au monde. Le fjord de Saguenay s’étire sur plus de 100 km jusqu’au Saint-Laurent.

Nous arrivons au « Petit Saguenay »sur le fjord.

                          

 

                         

 

A « Quai de Petit Saguenay » nous admirons un splendide coucher de soleil.

Nous allons tout près, observer une « passe à saumons », histoire de vérifier si le frai a commencé, ils ne sont pas encore là, dommage ! Nous poursuivons jusqu’à St Siméon…

 

Nous remontons nord et nous nous rendons à Pointe Noire dans la Baie de Ste Catherine, au lieu de jonction du fjord et du fleuve Saint-Laurent.

                                             

Nous allons observer les baleines au Centre d’Interprétation.

Nous voyons beaucoup de « petits rorquals »aux longues-vues ou jumelles. Nous ne pouvons donc pas vous en faire part avec des photos, nous les apercevons seulement, à l’œil nu !

Puis nous prenons un ferry pour nous rendre à Tadoussac de l’autre côté du fjord et nous suivons la « Route des Baleines » jusqu’à «  Les Escoumins ».

Nous observons des baleines bélugas  d’une blancheur éclatante… mais toujours aux jumelles ! Pour nous, c’est un joli  spectacle, des ondulations à fleur d’eau suivies  d’un plongeon de quelques minutes…

 

 

Nous restons bivouaquer aux « Escoumins »tout près de l’embarcadère où un ferry nous mène de l’autre côté du Saint-Laurent, à Trois Pistoles.

Le lieu est magnifique, il fait beau et nous cherchons toujours à voir des bélugas, des rorquals !

 

                                               

Nous traversons le Saint-Laurent trop tard pour observer quoi  que ce soit, il fait nuit !

De Trois Pistoles  nous roulons, sans trop nous attarder car la fin du mois arrive vite, vers  Frédéricton  la Capitale de la Province du Nouveau-Brunswick.  

                                             

Nous suivons de petites routes pittoresques  bordées de prés fauchés, de fermes éparpillées, de lacs, de nombreuses forêts si denses que nous les croyons habitées d’orignaux, de wapitis…Ce qui est vrai puisque de nombreux panneaux au bord de la route nous mettent en garde contre les dangers que nous courons si l’un d’eux traverse. Nous n’avons pas de chance en ce moment, nous n’en voyons aucun ! 

 

 

BAIE DE FUNDY

SAINT JOHN

Saint John est situé sur la Baie de Fundy.

                                            

Nous nous promenons dans « Irving Nature Park ».

Il parait que c’est dans cette région qu’il y a les plus hautes marées du monde.

 

Nous observons un long moment « Reversing  Rapids », la puissance des marées renverse le courant de la rivière St John. C’est spectaculaire,  connu chez nous aussi lors des grandes marées mais ici, c’est tous les jours !

                                             

Au Centre-Ville, il y a beaucoup de bâtiments anciens bien entretenus, construits en brique rouge pour la plupart.

 

                                             

Nous entrons au « Marché Public Historique », un grand marché où nous pouvons « magasiner » comme disent les québécois !

Le toit du marché est particulier, sa charpente  ressemble à la coque d’un navire.

                                            

De Saint John nous filons vers l’est. Le temps est vraiment maussade. Il pleut assez souvent ou bruine fortement, les températures sont basses. Nous sommes mi-août mais le temps ressemble à celui des mois d’octobre en France !

Sur la route nous remarquons  encore une fois « un pont couvert » datant de 1905. Ils sont assez nombreux dans la région.

 

A Sussex, nous empruntons la « Route du Littoral de Fundy », passons Alma avec  son joli port.

                                             

Nous longeons la côte, allons voir le « Cape enragé » et son phare toujours en activité. Il n’y a plus de gardien, le phare est automatisé. Il fut déplacé 3 fois en raison de l’érosion de la côte.

 

                                             

Puis nous poursuivons et partons visiter les « Hopewell  Rocks ».

A marée basse, nous entamons une longue promenade sur la plage pour découvrir de bien beaux rochers usés par les remous, les turbulences, les chocs des marées importantes, ici !

Le ciel est gris, il bruine par instants mais quelquefois les lumières  sont  très  belles.

 

 

 

                                                            

Nous observons depuis un belvédère la plage boueuse, ravinée, après que la marée  soit descendue.

Nous devinons la boue spongieuse, certainement très dangereuse pour qui s’y aventure…Les sables mouvants m’ont toujours effrayée !!!

                                             

Le lendemain, nous retournons voir le même site lorsque la marée remonte. Nous attendons qu’elle soit presqu’au maximum.

 

 

C’est le moment où les kayakistes entrent en scène et s’en donnent à cœur joie !

                                              

 

Nous continuons notre route vers Moncton puis Truro. Le beau temps est revenu ! Peu après Moncton, nous entrons  en Nouvelle-Ecosse. C’est dans cette province que se trouve Halifax d’où nous repartirons pour la France dans quelques jours !

 

DE TRURO A LONG  ISLAND

Nous suivons la côte  de la Baie de Fundy côté Nouvelle- Ecosse, cette fois.

 

« Le paysage de Grand Pré », site du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Il est situé dans la vallée de l’Annapolis.

D’immenses jardins et une Eglise commémorative marquent le site du village acadien du 17ème siècle et les lieux dont ont été expulsés les Acadiens.

Nous y retrouvons donc les traces d’Evangéline, personnage symbole du « Grand Dérangement » immortalisé dans le poème de Longfellow.

Un musée, un film, une visite guidée  en français relatent  cette période historique.

Les Acadiens Pionniers ayant vécu ici avaient créé des villages, construit des digues, transformé les marais salins en polders, cultivaient sur les riches terres alluviales.

 Ce travail se perpétue.

 

 

                                            

 

 

Sur la plage, des oiseaux migrateurs par milliers font étape car, en juillet et août, ils rejoignent les côtes de l’Amérique du Sud.

 

                                               

Dans la région  nous découvrons aussi des vignobles.

 

DIGBY  NECK

Plus loin sur la Baie de Fundy, à Digby, nous  sommes  juste  en  face de Saint John, nous prenons la 217 qui traverse toute la « Digby Neck ».

C’est une presqu’ile suivie  d’iles qui se terminent dans la Baie Sainte Marie.

Nous découvrons de nombreux et pittoresques petits ports de pêcheurs.

 

                                             

A East  Ferry nous prenons  le ferry qui nous emmène sur Long Island.

                                             

A Long Island, nous marchons sur un sentier  traversant  la forêt avec ses mousses, ses lichens, ses plantes de marécages…nous conduisant à une belle vue sur la côte,  dont « Le rocher en équilibre », très curieux…Combien de siècles tiendra-t-il  encore ?

 

 

                                                             



Publié à 18:43, le 23/08/2016, dans FIN VOYAGE AMERIQUE DU NORD, Digby
Mots clefs :
.. Lien


NORD EST DES USA

NORD- EST DES USA

Comme nous avons une chaleur insupportable en Floride, nous décidons de remonter vers le nord en passant par les Appalaches pour trouver un peu de fraicheur au moins la nuit !

Nous passons dans les Etats de Caroline du Sud,  de Georgia à nouveau puis de Caroline du Nord.

Vous savez, aux USA, il n’y a pas de péages et le gasoil est très bon marché ! Quelle chance !

Nous entrons dans les Appalaches à Cherokee.

  

                                  

 

LES APPALACHES

C’est un massif montagneux de l’est des USA, couvrant plusieurs Etats. Il n’est pas très haut. Seulement 16 sommets ont plus de 1800 m d’altitude et le plus haut culmine à 2024 m.

 

                                              

Nous empruntons des tronçons de la route «  BLUE RIDGE PARKWAY », route panoramique qui va du sud au nord des Appalaches.

Le relief est vallonné, escarpé quelquefois, le paysage sauvage, verdoyant, couvert de forêts. La végétation est dense, drue, elle envahit tout.

 

C’est une petite route qui serpente en lacets nombreux, serrés, aménagée avec des parkings de points de vue. Les monts au loin sont coiffés de brume.

 

Les bords de route, les flancs de collines sont recouverts de buissons de rhododendrons, d’azalées. Dommage, ils sont un peu passés !

 

Les anciennes clôtures en bois sont fréquentes dans cette région.

                                             

Les « turks cap lily » fleurs magnifiques font de jolies taches orangées dans tout ce vert !

 

                                             

Nous allons jusqu’à ASCHEVILLE  et partons visiter BILTMORE ESTATE, un château superbe, très sophistiqué, extravagant, construit en 1880 pour un très riche industriel de l’époque, George Vanderbilt, sur une large propriété aménagée avec des jardins…

Le coût étant trop excessif, nous renonçons à la visite et n’avons comme souvenir que le portique d’entrée !

                                                   

Nous partons alors faire une randonnée à CHIMNEY ROCK.

Après avoir gravi de nombreux escaliers, s’être arrêtés admirer tous les points de vue, nous atteignons le site situé au-dessus de la ville. Nous avons un beau panorama  sur le Lac Lure.

 

 

                                             

Nous continuons sur la route 40, moins tortueuse qu’en montagne, ce qui permet d’avancer un peu plus vite.

Nous entrons en Virginie. Nous trouvons alors un paysage vallonné avec de jolies fermes, de belles maisons au milieu de pelouses bien tondues.

  

Puis à Roanoque, nous reprenons la petite route scénique «  Blue Ridge Parkway ». Ici, c’est la route des crêtes que nous suivons, avec des précipices de chaque côté, donnant sur de profondes vallées.

Nous décidons de faire une petite pause près du Lac Abbott au camping « Peaks of otter », là où nous avons préparé le précédent article de blog sur la Floride.

NATURAL BRIDGE

La nature, là encore, a ciselé un bien beau pont naturel. Il est vraiment très haut, 150 m et 27 m de long.

 

                                             

Un peu plus loin sur le sentier, un village indien est reconstitué. Il est très bien fait, nous y découvrons de nouvelles « techniques » employées pour recouvrir les huttes avec de larges panneaux d’écorces…

 

 

                                               

Nous y rencontrons aussi une  «  Squaw »  entretenant le jardin potager. Elle précise que c’était aussi le travail des femmes autrefois.

                                              

Nous allons jusqu’à Staunton  puis  CHARLOTTESVILLE.

Nous nous arrêtons à MEADOW RUN MILL voir l’ancien moulin et la boutique où nous trouvons beaucoup de produits naturels confectionnés dans la région.

                                               

Puis nous visitons MONTICELLO.

C’est la demeure de Thomas Jefferson 1743-1826, 3ème président des USA (1801-1809). Il a participé à la mise au point de la nouvelle Constitution, a été ambassadeur en France durant 5 ans, il est le fondateur de l’Université  de Virginie…

 

                                                

Nous faisons une visite guidée de la maison (photos interdites) où nous pouvons voir l’une de ses inventions : le polygraphe qui permet d’écrire le même texte en double : ingénieux, cela lui permettait de conserver toujours un double des documents, lettres qu’il écrivait. 

Il possédait dans un salon des meubles ramenés  de France.

Dans la salle à manger nous pouvons admirer une « urne à café » en argent conçue par Jefferson et fabriquée en France (1787-88).

Sa bibliothèque est démunie de sa très riche collection personnelle vendue en 1815 à la Bibliothèque du Congrès pour la Nation car il était endetté et la Bibliothèque du Capitole avait brûlé en 1812.

Nous visitons seuls les « dépendances », pavillons, terrasses, souvent des lieux de travail, les jardins de fleurs...

 

 

Mais aussi  un jardin potager bien entretenu qui sert de « banque » pour conserver les graines des plantes de l’époque car Jefferson cultivait 333 variétés de 99 légumes et herbes. Des arbres dont 160 espèces différentes.

 

Le lieu de vie des esclaves qui travaillaient à Monticello.

 

                                                           

Jefferson était aussi un ingénieux architecte et la propriété le prouve.

 

WASHINGTON 

 Capitale des USA, située sur le Potomac.

                                              

Cata ! Notre GPS  a des problèmes, il ne possède pas l’est des USA ! Comment visiter cette grande cité ? Jo redouble d’astuces et nous y parvenons, avec plus de peine bien sûr !

Nous trouvons difficilement une place de parking sur Constitution Avenue.

 

Tout près, nous commençons  par nous promener dans «  The National Mall », un espace qui regroupe un grand nombre de monuments commémoratifs, de musées dans de majestueux bâtiments néoclassiques, les « Musées de la Smithsonian Institution, créé avec les dons , en 1846, d’un scientifique britannique J. Smithson.

 

 

Nous prenons le bus « Circulator » qui fait un circuit passant par les monuments les plus célèbres, duquel nous pouvons descendre aux lieux souhaités, et reprendre  alors un bus suivant. Ils sont très nombreux, nous n’attendons jamais très longtemps.

Nous découvrons donc :

« Jefferson Memorial » pour l’Homme qui a jeté des principes fondamentaux : «Tous les Hommes sont créés égaux, ils ont tous le droit à la vie, à la liberté et à la recherche du bonheur »…

 

                                             

« Lincoln Memorial » l’Homme qui a aboli l’esclavage, réunifié le pays.

 

Perspective :

                                              

« Washington Memorial »  pour G. Washington, premier président des  USA , immense obélisque de 170 m de haut avec les 50 drapeaux des Etats de l’Union.

 

Plus au nord, nous marchons un peu plus pour nous rapprocher de « LA MAISON BLANCHE »que nous voyons de loin, bien sûr elle est très protégée. Pas de visite à Barack ! Il ne reçoit pas individuellement !!!

 

Toujours avec le bus Circulator, nous allons près du Capitole, mais mauvaise surprise, il est en rénovation et surtout il est fermé, nous sommes dimanche.

Toutefois, nous pouvons voir le grand dôme inspiré de celui des Invalides à Paris.

                          

 

 

Tout près du Capitole, nous retrouvons  le « Smithsonian » et passons au pied du Castle qui renferme aussi de nombreux musées, galeries…

 

                                             

Nous visitons  « National Gallery of Art », immense, incroyable musée où nous découvrons des splendeurs mais dans lequel il faudrait des jours et des jours pour tout voir. Nous sélectionnons.

 

Il possède des collections d’art allant de la Renaissance au 20ème siècle avec des œuvres de Picasso, Le Titien…beaucoup d’Edgar Degas, peintures et sculptures, Renoir, Monet, Gauguin, Van Gogh, Matisse, Toulouse Lautrec, Watteau, Fragonard , des sculptures de Rodin…

 

 

  

 

 

 

                               

                                       

Et, entre autre, une collection personnelle de Paul Mellon (1907- 1999) donnée à la « National Gallery of Art »  qui nous offre des peintures, croquis, documents …inédits.

 

 

Ce fut encore un moment magnifique.

                                        

Il y a tant et tant de choses à voir à Washington que nous n’avons encore qu’un aperçu mais nous en sommes satisfaits.

 

Lorsque nous repartons vers d’autres  découvertes, nous  entrons dans l’Etat de Maryland, nous faisons une charmante rencontre : Dustan , avec un fourgon Wesphalia. Nous discutons beaucoup, c’est un chanteur qui parcourt  les USA mais aussi le Monde et il nous refile un de ses CD ! Un moment  mémorable !

                                               

 

Nous roulons vers le nord, contournons Baltimore car il y a de très nombreux tunnels qui nous sont interdits.

Nous passons un grand pont sur la Patapsco River.

 

Nous entrons dans un minuscule Etat : le Delaware.

 

                                              

Nous traversons le petit Etat du New Jersey pour arriver à New York, énorme ville de peut-être 10 millions d’habitants, une forêt de gratte-ciel  géants, dont la population vient des 4 coins du Monde !

                                                                                                                                                                                                                                                                                            

NEW  YORK

Heureusement, nous y retrouvons nos jeunes amis, Adrian que nous avons connu en Roumanie il y a 25 ans et sa femme Maria.

Il vient nous chercher au point de rendez-vous tout près de leur maison  et nous passons une soirée  chez eux dans un quartier tranquille de New York, qui, aussi invraisemblable que cela puisse paraitre, semble être en pleine campagne tant il y a de verdure autour.

                                              

Le lendemain, en l’absence de Maria retenue par son activité professionnelle, Adrian nous fait découvrir New York. Nous partons avec son véhicule, voyons les rives de Hudson River et le Pont  George Washington qui l’enjambe et que nous avons emprunté la veille.

 

Puis, plus loin, à «  Central Park », il laisse le véhicule et nous entamons une…randonnée ?...Non ! Une exploration pédestre de peut-être 16 km !!!

Central Park est le R V de la ville entière.

Promenade pour traverser le parc avec « Betheseda fountain et Terrace », lieu très populaire pour les festivités, les lieux de loisirs…

 

 

 

 

 

Nous  suivons la rue Broadway, entrons dans le Midtown Manhattan, passons au pied de « Rockfeller  Center »avec ses immenses gratte-ciel  au pied desquels, l’hiver, il y a une patinoire très fréquentée, avec la statue  dorée de Prométhée   …C’est là que rituellement, tous les ans à Noël, le sapin de la ville est installé !

                            

 

 

 

                                              

                              

Nous faisons une petite partie de la 5ème avenue, très populaire,. C’est le cœur de la ville avec des théâtres, des grands magasins, des centres d’affaires…

                                               

 

Puis nous découvrons la Tour « Chrysler Building », chef d’œuvre de l’art déco américain, 1929, aux gargouilles en forme d’aigles, le plus remarquable de la ville.

                 

Nous entrons dans « Saint Patrick ‘s Cathedral », encastrée au beau milieu des gratte-ciel, dont l’architecture est inspirée de celles de Reims et Cologne.

 

                                              

Nous faisons un petit crochet pour voir la très ancienne et belle gare « Grand Central Station ».

 

Nous croisons la 42ème Avenue au «  Times Square », lieu jamais vide, avec une animation démentielle, ses panneaux publicitaires néon, ses attractions, ses restaurants, l’interminable queue pour obtenir des billets d’entrées à différents spectacles, à prix réduits…

 

 

Nous poursuivons vers World Financial Center  où le 11 septembre 2001 s’écroulèrent deux gigantesques gratte-ciel, les Tours jumelles du « World Trade Center », fauchées par les avions de fous terroristes islamiques, comme vous savez.

Là, se trouve une sorte de Mémorial, deux fosses entourées de « murs d’eau » avec les noms des victimes et autour desquelles, on a déjà construit une gigantesque Tour, la « One  World Trade Center », la plus haute de New York, 541 m, en attendant les autres programmées.

Maintenant, le lieu est appelé « Ground zero ».

 

 

                                              

Difficile de ne pas être émus !

En fait, New York s’étend sur une presqu’ile et nous descendons jusqu’à l’extrême pointe sud de Manhattan, près de « Downtown » : « Battery Park City »d’où nous apercevons la Statue de la Liberté sur l’ile « Liberty Island ».

« La Liberté éclairant le Monde », c’est sur cette devise que le peuple français remit cette statue de cuivre aux Etats Unis en 1886.

Pour y aller il faut prendre un ferry qui suppose aussi une réservation…et …une queue interminable !

 

 

Dans « Battery Park », le District Financier s’étend à l’est de la pointe de l’ile.

 

Au beau milieu de tout cela, nous  avons  rencontré dans la rue de très sérieux joueurs d’échecs !

 

Adrian nous a fait déguster un grand verre d’un composé  typiquement  américain  mais délicieux. Combien de calories ? Nous ne savons pas !

                                                

Nous avons vu aussi de curieux immeubles.

 

Nous repartons retrouver le véhicule par le métro, belle expérience encore !

 

Adrian nous a fait voir dix fois plus de New York que ce que nous aurions fait seuls, Jo et moi. Pas de recherche des lieux, des noms de rues…sur les plans, d’attente, pas d’erreur de directions pour retrouver quelque chose …

Un délice ! Nous terminons la journée fatigués mais ravis, comblés au possible !

 

Adrian ne pouvait se libérer un jour de plus, nous devions continuer la visite le lendemain, seuls, avec les conseils de visites des musées et autres…avec même des cartes d’entrées fournies par Adrian…mais la pluie  le matin nous décourage et trouvant notre découverte déjà tellement gigantesque, extraordinaire, nous décidons   de partir.

Il faudra que tu nous pardonnes Adrian, nous n’en demandions pas tant, nous te remercions de ta générosité et sois sûr, ce n’est pas par manque d’intérêt mais crois-nous, la visite que tu nous as proposée représente pour nous déjà une très large idée de New York  que nous ne croyions même pas découvrir un jour et finalement dans le ventre  de laquelle nous avons marché les yeux écarquillés, les oreilles grandes ouvertes, l’esprit éveillé, l’âme remplie de sentiments de reconnaissance envers toi.

 

Après New York, nous nous dirigeons vers la frontière du Canada qui n’est pas très loin.

 

 

 

Nous sommes loin d’avoir visité tous les Etats, le pays est immense.

Nous sommes loin d’avoir tout vu de ce grand pays.

Mais nous sommes heureux d’avoir découvert autant de choses.

Nous sommes fiers d’avoir réalisé ce grand périple.

 

Nous passons maintenant au Canada pour rejoindre le port d’Halifax fin août car Georges a des petits problèmes de santé et nous avons décidé d’écourter  raisonnablement le voyage.

A très bientôt dans un nouvel article.

                            

 

  



Publié à 19:24, le 2/08/2016, dans FIN SEJOUR USA, Kingston
Mots clefs :
.. Lien


LA FLORIDE

LA FLORIDE

La Floride est une presqu’ile baignée par l’Océan Atlantique à l’est et le Golfe du Mexique à l’Ouest.

Nous y entrons par le nord-ouest.

 

Quelle végétation tropicale luxuriante ! On se croirait en Amazonie surtout que nous arrivons juste après un orage ! Des vapeurs s’élèvent partout de cette verdure si dense, enchevêtrée, des grands arbres quelquefois aux troncs et branches moussues, des marécages, avec là aussi les si beaux cyprès…

En Floride, l’été est la saison extrêmement chaude et humide avec de gros orages qui apportent beaucoup d’eau…L’hiver est sec…

TALLAHASSEE

Bien que n’étant pas la ville la plus peuplée de l’Etat de Floride, comme c’est souvent le cas, elle en est la capitale !

Nous montons au 22ème étage de :

FLORIDA STATE CAPITOL, histoire de jeter un coup d’œil sur la ville et aussi à une exposition de peintures contemporaines qui s’y trouve.

 

 

Ce Capitol est le nouvel édifice moderne, construit juste derrière l’ancien.

Nous y voyons comme d’habitude la Rotunda, la Chambre du Sénat et la « House of Représentatives »où se tient une séance de travail.

 

Ce Capitol a remplacé :

Le «  OLD CAPITOL » de 1845, maintes fois agrandi, actuellement transformé en musée où nous découvrons encore beaucoup de l’histoire de la Floride.

 

 

Nous descendons le long de la Côte ouest jusqu’à Tampa puis par un immense pont atteignons St Petersburg dans la baie de Tampa.

 

SAINT PETERSBURG

Ce n’est pas l’immense, somptueux Hermitage que nous visitons, petite boutade, mais le SALVADOR DALI MUSEUM.

Génial, en fait ce que nous y voyons nous fait bien changer d’avis sur ce célèbre peintre surréaliste catalan. Il est en quelque sorte une espèce de génie !

Nous visitons l’exposition, équipés d’un audio guide en français que nous apprécions vraiment.

Le musée est situé en bord de mer et en dehors des salles d’exposition, le jardin, les boutiques … sont tous sur le thème « Dali ».

 

 

                                              

Voici quelques toiles. Amusez-vous pour certaines à  chercher les différents tableaux cachés dans un seul !

                           

                                             

 

               

Nous avons été vraiment ravis de faire cette découverte. Excusez-nous Mr Dali pour vous avoir pris antérieurement pour un …farfelu !

                                                          

 Nous continuons sud le long de la côte.

Nous faisons une halte à « Sunshine Skyway »une aire de repos située sur des sortes d’ilots reliés par des ponts. Nous y admirons d’ailleurs un magnifique coucher de soleil.

                                               

 

 

EVERGLADES NATIONAL PARK ET SES ENVIRONS

Situé à la pointe sud de la Floride, il a ouvert en 1947 pour protéger une diversité étonnante de plantes, animaux dans un environnement subtropical.

                         

C’est une vaste région sauvage formant la fameuse  « rivière d’herbes » inondée par les pluies tropicales d’été.

C’est aussi une région de mangroves, de très nombreuses iles, de parties sablonneuses recouvertes de pins d’Amérique… avec une riche faune sauvage.

A Naples sur la côte Ouest, nous prenons la US 41« Tamiami Trail », elle traverse le « Big Cypress National Preserve » et va jusqu’à Miami sur la côte est..

Nous prenons beaucoup de plaisir à découvrir les barques à hélices dans la « rivière d’herbe ».

 

Par les sentiers, les cyprès, les orchidées sur leurs branches, les fleurs des marais, à écouter les grenouilles au cri rauque ressemblant à celui du cochon, à voir les tortues, les alligators évoluer dans leur milieu…

 

 

 

 

                                                             

Plus au sud, à Homestead, Florida City, nous partons vers les « Florida Keys ». Ici, le continent est remplacé par des chapelets d’iles (keys).

De Key Largo, nous suivons un archipel de plusieurs iles reliées par des ponts, jalonnées de petits ports, petites villes, « marinas » qui abritent des quantités de bateaux…

 

 

Tout le long des iles s’étire un récif de corail qui doit être un régal pour les yeux des mordus de plongée sous-marine.

Donc, la route US1 relie toutes ces iles jusqu’à Key West où nous nous trouvons alors au point le plus au sud des USA continentaux où une borne indique ce point géographique.

                                              

A Key West, fondée en 1834, il y a beaucoup de touristes mais aussi énormément de sportifs, écrivains, peintres, politiques… La ville est agréable.

 

Nous y voyons la maison d’Ernest Hemingway où il rédigea certains de ses romans entre 1931 et 1939.

 

Nous nous promenons dans le Quartier du Mallory Square Dock :

 

 

Nous faisons aussi la route 9336 où nous pouvons faire de petites balades sur des plateformes, des passerelles en bois sur divers sites d’où nous observons des animaux…de toutes sortes ! Il y a peu d’oiseaux, ce n’est pas la saison.

 

Des voyons des mangroves, des arbres entrelacés, des acajous, des palmiers, la forêt tropicale, une jungle de feuillus…des prairies d’eau douce…

 

 

                                              

Le long de  cette route, il y a beaucoup d’étangs où nous découvrons comme faune surtout des moustiques… des nuées !

                                             

Tout au bout, à Flamingo, nous faisons un tour de bateau tôt le matin dans la mangrove, canal où eau douce et eau salée se mêlent. Nous sommes seuls avec le capitaine et le guide qui nous apprend à reconnaitre les trois sortes de mangroves aux feuillages différents (rouge, blanche, noire), à comprendre l’évolution des racines aériennes, venant des pousses sur les branches du palétuvier, descendant jusque dans la boue pour s’enraciner….

Nous observons un bébé « crocodile américain »sur un tronc, puis un gros qui plonge devant nous !

En hiver, il est facile de voir plus d’animaux, les eaux s’étant évaporées, ils sont plus concentrés dans les trous d’eau restants.

                           

 

 

 

 

                                                               

Nous observons quelques échassiers, des ibis, des aigrettes, même des rapaces qui peuplent les lieux.

 

                                              

Nous aurions pu y voir des « panthères de Floride », des lamantins…mais nous ne pouvons vous montrer que les panneaux !

                                             

                                            

MIAMI

Au 19ème siècle, Miami sur la côte est Atlantique, est passée de petite ville tranquille à véritable ville avec l’arrivée du chemin de fer.

Ensuite, ce furent des années de prospérité avec beaucoup de divertissements.

En 1926 un grand ouragan détruisit une bonne partie de la ville, il a fallu reconstruire.

Dans les années 1980, lorsque Fidel Castro ouvrit les portes de son ile, Miami fut submergée par l’affluence de réfugiés qui ont bouleversé l’ordre tranquille qui régnait.

Puis, Miami, certainement grâce à un grand travail de réflexion, d’organisation, de constructions… devint une ville de luxe.

Dans le « Centre- Ville », nous faisons une promenade dans la « Bayside Market Place », il y a de nombreux magasins, restaurants, boutiques de luxe…

 

Le Port de Miami compte un énorme tourisme de croisière.

 

                                               

Nous faisons un « Tour »en bateau et découvrons la ville depuis la baie.

De nombreuses villas de personnages connus sont construites tout au bord (Juglio Iglesias, Chang le tennisman…mais aussi Franck Sinatra, Al Capone !!!!!)

 

 

 

 

                                                  

 

                                                                                                                                                                         

Nous sommes heureux d’avoir vu Miami, ville que nous n’avions pas prévue de visiter.

 

FORT LAUDERDALE

Surnommée la « Venise d’Amérique ».

La ville possède un réseau de 250 km de canaux et voies navigables. Des canaux avec de luxueux yachts, bordés de magnifiques villas…Ils servent aussi pour les sports nautiques, compétitions etc…

 

 

 

Des plages de sable blanc s’étendent sur 37 km le long de la côte est.

 

                           

Des iguanes, tout près, s’y promènent.

 

Les vitrines de Las Olas Boulevard et les grands magasins attirent la foule.

                                                

Le Port de plaisance est non moins impressionnant !

                                               

Sur Sunrise Boulevard le « Swap Shop », un immense marché coloré, offre de tout. Il est remplacé le soir par un cinéma en plein air.

 

 

 

CAP CANAVERAL- LA NASA

 

Le Kennedy Space Center est la base américaine de lancements dans l’espace.

Nous y découvrons absolument toute l’histoire de la conquête spatiale depuis les premiers balbutiements de mise en orbite jusqu’à aujourd’hui où ils continuent à envoyer les navettes spatiales…en passant par toutes les célèbres fusées Apollo etc…dont Apollo II qui emmena les premiers hommes sur la lune…ainsi qu’une navette grandeur nature, elle aussi !

                           

 

 

 

 

 

Un « Tour » en bus est organisé sur «  Merrit Island » : Nous voyons les bâtiments d’assemblages, les rampes de lancements des navettes et dans « Saturn V- Apollo Center », on nous projette des films IMAX sur écrans géants : La réplique du Centre des contrôles des missions Apollo, la vie des cosmonautes dans l’espace…des images de la Terre vue de l’espace etc…

 

 

Cette visite fut bouleversante car nous n’imaginions pas les fusées, les navettes aussi immenses, tout est démesuré. Nous avons appris tant de choses qui, en une journée, nous ont remis les pieds non pas sur terre mais sur…la …lune !!!

 

SAINT AUGUSTINE

Nous suivons une superbe route panoramique de front de mer, la  A1A Nord. De superbes plages se succèdent, souvent désertes, aucun écueil, du sable blanc ou ocre… les stations balnéaires d’Ormond Beach, Flagler Beach…

 

Nous faisons la rencontre d’une…cigale !

                                              

Nous arrivons à Saint Augustine par un joli pont flanqué de statues de lions. La ville fut fondée par les Espagnols en 1565, elle est le berceau historique de la Floride dit-on.

 

Nous visitons « Spanish Quarter Museum », le centre historique espagnol bien conservé, restauré, avec les maisons, les ateliers, l’école, la tour de guet…du 18ème siècle.

                                               

 

La rue piétonne Saint George est pittoresque.

 

                                              

Nous faisons le « Tour » de la ville dans un petit train, c’est la meilleure solution, il fait beaucoup trop chaud pour faire la visite à pied.

 

Nous découvrons des bâtiments absolument magnifiques, à l’architecture élégante, incroyable.

Il faut vous dire que, captivés par toute cette beauté entr’aperçue, nous retournons à pied le lendemain matin admirer les édifices principaux, relativement près les uns des autres.

Flagler College, installé dans l’ancien Hôtel Ponce de Léon.

 

                                              

Lighner Museum.

 

Memorial Presbyterian Church.

 

Casa Monica Hotel.

 

La Cathédrale et Oldest House…

 

 

Visite du Fort: “San Marcos Castillo”, érigé en 1685, en forme d’étoile. Il possède des murailles de 4 m d’épaisseur construites en « coquina », matériau à base de coquillages.

Ce fort est tout aussi élégant et, de plus, surplombe un bien beau panorama. 

 

 

 

 

Nous quittons la Floride où nous avons fait de belles et intéressantes découvertes, d’agréables rencontres, en un mot où nous nous sommes beaucoup plu mais aussi où nous avons beaucoup souffert de la très forte chaleur humide qui règne jour et nuit à cette période de l’année.

Nous avons eu quelques moustiques mais rien à côté de ce que nous imaginions !

Maintenant nous roulons plein nord, d’abord vers les Appalaches où nous espérons trouver un peu de fraicheur au moins la nuit !

Merci mille fois à tous nos fidèles lecteurs et surtout à tous ceux qui nous donnent du courage et de l’amitié au travers de leurs messages.

A bientôt !   

 

                           



Publié à 20:21, le 21/07/2016, dans LA FLORIDE, Staunton
Mots clefs :
.. Lien


TENNESSEE ALABAMA

TENNESSEE

                                 

MEMPHIS

Memphis est la “ Patrie d’Elvis Presley”.

Etant donné que lorsque nous avions 20 ans nous écoutions et dansions sur sa musique, nous sommes tentés de visiter Memphis.

Elvis est né à Tupelo, tout proche, en 1935. Il a été le roi du rock’n roll.

A la suite de ses grands succès, il acheta en 1957 une élégante villa, Graceland, où il vécut jusqu’à sa mort en 1977 avec sa femme Priscilla et leur fille Lisa-Marie.

La propriété entière se visite mais nous nous contentons de la maison car les prix sont exorbitants. Nous ne voyons donc pas les belles voitures…etc…nous apercevons les avions. C’est grand et un énorme business est établi !

 

 

                                              

La maison est un véritable cocon où il vivait en famille, recevait ses amis, faisait sa musique…

Les meubles, la déco de ses appartements sont d’époque, un peu surchargés !

Des pièces entières sont remplies de ses disques d’or, ses récompenses. Nous voyons ses costumes de scène, beaucoup de photos de lui, de  ses films…Même le cimetière familial : « Méditation Gardens ».

 

  

 

 

 

 

Cela a été un plaisir de voir sa maison, les choses qui lui ont appartenu, mais… sans plus.

 

La ville entière ne s’exprime que par Elvis, par la musique.

« Main Street » et surtout « Beale Street » surnommée « Berceau du blues »le prouvent.

 

 

  

                                              

Il reste le magasin « Schwab’s », géré par la même famille depuis 1876, qui possède toujours des objets d’époque…qu’Elvis fréquentait bien sûr !

                                              

 

A Memphis passe le Mississippi. Au bord se trouve « Riverwalk », une promenade d’où nous voyons les bateaux à aubes,  les ponts de la ville, la « Great American Pyramid », pyramide de verre de 32 étages, l’ile reliée à la ville par monorail…

 

 

Le « Victorian Village » comprend des maisons coloniales, restaurées, dont l’une d’inspiration française.

 

                                              

Nous sommes conscients que nous allons quitter cette région donc nous n’allons plus revoir ce fleuve mythique, nous sommes un peu émus…

Nous n’oublions pas que c’est à Memphis que Martin Luther King a été assassiné le 24 avril 1968.

 

ALABAMA 

                                 

C’est le berceau du jazz mais plus encore un Etat chargé d’histoire relative à la lutte raciale.

Après la guerre de Sécession, l’esclavage était aboli mais l’égalité raciale était loin d’exister.

Les nouvelles lois de 1954 concernant les droits, l’égalité pour tous n’étant pas appliquées, la ségrégation raciale continuait. Les citoyens noirs demandèrent l’application de ces lois et un nouvel esprit de rébellion naissait…

En 1955, un incident déclencha le début d’un grand mouvement de protestations contre la ségrégation raciale, de lutte pour les droits civils…

Pensez donc, dans un bus à Montgomery, sûre de ses droits, une dame noire, Rosa Parks, osa refuser de céder sa place à un homme blanc ! Elle fut emprisonnée.

C’est alors que Martin Luther King, Pasteur à Montgomery, appela au boycottage des transports. Il donna naissance à un mouvement de protestation pacifique.

Le gouverneur du moment, George Wallace contre l’avancement des Droits des Noirs, demanda à la police d’arrêter, d’emprisonner les manifestants.

Les policiers les attendaient avec des chiens terriblement menaçants, avec les pompes à eau, ils tirèrent…

Bien sûr, il y eut beaucoup de morts dont 4 petites filles.

Les mouvements pacifiques continuèrent des années pour défendre les Droits Civiques. Il y avait quelques améliorations des relations raciales, des prises de conscience…Mais cela restait une question brûlante et a abouti à l’assassinat de Martin Luther King à Memphis le 24 avril 1968.

BIRMINGHAM

C’est un lieu où le sol est riche en minerai de fer et en charbon. Pendant longtemps, ce fut un grand centre sidérurgique.

Nous visitons l’immense statue « Vulcain » actuellement la plus grande statue en fer du monde.

                                                

                                              

De nos jours, c’est l’  « University d’Alabama »qui emploie la majeure partie de la population.

A Birmingham nous pouvons voir l’église « Sixteenth Street Baptist Church »où furent tuées les 4 fillettes noires en septembre 1963 lors d’un bombardement par des ségrégationnistes blancs.

                                              

De nombreux assassinats déclenchèrent des protestations dans le « Kelly Ingram Park ». Nous pouvons y voir des sculptures illustrant la brutalité des représailles.

 

                                              

 

La statue de bronze de Martin Luther King. 

                                               

  

MONTGOMERY

Montgomery, première capitale des Confédérés, possède « la première Maison Blanche De La Confédération ». Ce fut l’habitation de Jefferson Davis du temps de sa présidence : 1861-1865.

 

Le Capitol, 1851, contient tout un historique concernant les « Droits de l’Homme », ainsi que la « House of Représentatives », le Sénat, la Rotonde : 1906.

 

 

Avec le Gouverneur actuel.   

« Court Square Fountain »   a aussi son histoire.

                                              

C’est à Montgomery qu’en 1955 Rosa Parks fut arrêtée et emprisonnée.

« Rosa L. Parks Library and Museum ».

                                              

Et que Martin Luther King alors Pasteur dans la petite Eglise de la ville aida les manifestants.

                                             

La gare « Union Station » où eurent lieu aussi des incidents.

 

Le Monument « Civil Rights Memorial » édifice consacré à la mémoire des 40 hommes, femmes et enfants morts dans la lutte contre la ségrégation raciale.

 

                                                             

Sur la fontaine extérieure figurent les noms des Martyrs et les mots de Martin Luther King : « Jusqu’à ce que la Justice coule comme les flots et la vertu comme un puissant torrent »…

                                             

                                                             

Après toutes ces visites qui rappellent tout de même que l’abolition de l’esclavage c’était hier et que, de l’Egalité des Hommes nous pouvons toujours en discuter aujourd’hui…Où en sommes-nous ?

Eh bien, nous continuons notre chemin vers la Floride.

Au revoir à tous et à bientôt d’autres nouvelles !

                          



Publié à 19:37, le 9/07/2016, dans TENNESSEE ALABAMA, Miami
Mots clefs :
.. Lien


APRES LA LOUISIANE

APRES LA  LOUISIANE

Welcome to Mississippi: Bienvenue dans l’ETAT DU MISSISSIPPI!

                                     

De Bâton Rouge nous allons nord sur la route « 61 nord Blues Highway ». Au début il y a beaucoup de complexes pétroliers. A Natchez nous faisons une étape.

NATCHEZ

Encore une fois, nous sommes très bien reçus au « Visitors Center », on nous remet documentation, cartes sur la ville, la région…Nous parcourons leur petit musée…

Nous faisons un grand tour à pied et bivouaquons le soir même sur leur parking (Equipé d’un dump !).

Tour dans Natchez :

Nous descendons de la colline jusqu’au bord du fleuve, admirons un très grand et élégant bateau à roue rempli de touristes : l’American Queen.

 

Nous continuons la Silver Street, autrefois parcourue par les chevaux, les charrettes…puis Broadway et rebroussons chemin en empruntant la rue Canal.

Nous y découvrons quelques belles demeures, souvent d’anciennes plantations : « House on Ellicott Hill »1798 et « Rosalie » 1820.

 

Les planteurs d’ici, autrefois, avaient coutume de planter, cultiver le coton de l’autre côté du fleuve Mississippi et de construire leurs demeures somptueuses sur cette rive, sur cette colline.

                                              

 

Le lendemain, toujours à pied,  nous visitons la ville.

 

L’Eglise St Mary Basilica.

                                               

Nous découvrons d’autres belles plantations comme « Magnolia Hall » 1858, « Stanton Hall »1857, « Glen Sweet Auburn »1833 et autres…

 

 

Nous nous contentons de les admirer de l’extérieur et de nous promener dans les parcs.

Puis, comme la plus extravagante est en dehors de la  ville, nous y allons avec Joline et là, nous découvrons « Auburn »1812 et surtout « LONGWOOD »que nous visitons.

                                             

 

                                                            

Les propriétaires, de très riches planteurs de coton Haller et Julia Nutt commandèrent une demeure octogonale : « Orientale Villa ».

La construction commença en 1860 mais fut arrêtée  à cause de la guerre civile. La famille dût se résigner à vivre au rez-de-chaussée, de grande superficie, certes, mais ils avaient onze enfants et avaient rêvé d’autre chose ! Ils croyaient que la guerre n’allait durer que quelques mois.

En fait, la maison ne fut jamais terminée, le matériel des artisans est resté sur place.

Malgré tout, nous pouvons en estimer l’immensité, deux étages avec quantités de chambres, salons, salle à manger, salle de réception, la Rotonde comportant des puits de lumière descendant du Dôme…

 

                                               

Les plantations de coton ont été brûlées. Ils ont tout perdu.

La propriété, actuellement, est musée d’Etat.

                            

 

A  la sortie de la ville commence la « Natchez Trace Parkway »qui traverse l’Etat du Mississippi pour rejoindre le Tennessee où nous voulons visiter Memphis !

A l’origine, c’était un chemin utilisé par les Indiens puis au 18ème siècle par les commerçants, les soldats etc…par manque de bateaux à  vapeur sur le Mississippi.

« Sunken Trace Section » :

                                              

La route actuelle, suivant approximativement le chemin, passe dans la forêt, elle est très tranquille, agréable.

Nous découvrons divers sites dont « Mount Locust », une ferme commencée en 1780…achetée en 1784 par William Ferguson et sa femme Paulina. William mourut en 1801, Paulina épousa James Chamberlain…

Mount Locust fut la maison de cinq générations des Chamberlain jusqu’en 1944. En fait, cette humble demeure était une petite ferme où on récoltait du maïs puis devint une prospère plantation de coton et un Hôtel restaurant rudimentaire de façon à avoir un revenu complémentaire.

 

                                             

Environ une cinquantaine d’esclaves étaient employés à Mount Locust, il reste leur cimetière…

Quelle différence avec les riches plantations visitées auparavant ! La vie y était certainement très différente ! Paulina, par exemple, maîtresse femme, travaillait beaucoup.

 

VICKSBURG

Nous sortons un peu de la route « Natchez Trace Parkway » pour nous rendre à Vicksburg.

 

Nous n’allons pas vous décrire la « Guerre de Sécession », il y a mieux que nous pour le faire !

Toutefois, nous visitons le « Parc National Militaire de Vicksburg » où s’est déroulée une bataille mémorable, décisive en 1863. Il y eut la victoire des Nordistes…mais la guerre civile suivit.

Vicksburg située au bord du Mississippi, dans des collines, était une position stratégique idéale lors de cette guerre.

Un affrontement entre Confédérés sudistes qui gardaient la ville, ses structures, le contrôle du fleuve Mississippi et les Nordistes dura 47 jours.

Après avoir bien résisté, les Confédérés se rendirent aux forces de l’Union le 4 juillet 1863.

La visite se déroule tout le long des positions des deux camps.

Nous pouvons voir les tranchées…un bateau, le « Cairo », coulé dans le Mississippi

 

Visiter les musées

 

                                               

 Lincoln et Grant…maîtres de la guerre….

                                               

Et, en ville, « Old Court House » d’où les commandements des confédérés étaient donnés,

                                              

Et surtout les très nombreux monuments érigés en mémoire des milliers de soldats tués, soldats des différents Etats qui s’étaient ralliés à l’une ou l’autre cause…

Un homonyme parmi les milliers de victimes. Monument de l’Etat de l’Illinois.

 

Avec  une maison toute proche qui a vécu les évènements

                                                .

  

 

                                              

La visite est intéressante. Avec un plan et des panneaux explicatifs en plus,  il est facile de s’imaginer les batailles, même  pour moi qui, d’habitude, sont toujours d’une grande complexité !!!

 

Nous nous rendons aussi au « Museum of Coca-Cola History and Memorabilia »et la « Biedenharn Candy Company »

C’est la première entreprise qui a mis le célèbre Coca-Cola en bouteilles ! Le musée contient énormément d’objets anciens, de pubs concernant cette boisson mondialement connue !

 

 

Des peintures murales le long du Mississippi retracent l’histoire de la ville, un résumé en quelques sortes.

 

 

                                                 

 

DE VICKSBURG DANS LE MISSISSIPPI A SHREVEPORT AU NORD-OUEST DE LA LOUISIANE.

Des impératifs de la vie courante, comme cette fois l’obligation de faire la vidange de Joline, compromettent quelquefois notre programme.

Nous n’irons pas à Jackson, capitale de l’Etat du Mississippi, nous ne poursuivrons pas la route « Natchez Trace Parkway »…

Il nous est impossible de trouver un garage qui accepte de faire cette vidange pour des raisons trop longues et fastidieuses à vous expliquer dont celle-ci : Ils ne connaissent pas du tout ce modèle de véhicule.

Par contre, on nous envoie dans un garage Fiat à Shreveport tout au nord- ouest de la Louisiane, à la frontière du Texas !

Dans la ville, nous passons donc le pont sur le Mississippi, nous sommes en Louisiane et …en trois heures nous relions Shreveport à quelques 300 kilomètres !

Le lendemain, nous nous rendons au garage. Tous les employés arrivent, sourire aux lèvres, l’air étonné…Ils n’ont jamais vu un tel « Fiat », ici, il n’y a que de très petites voitures Fiat avec des boites automatiques etc…Tous défilent… séances de photos et …enfin, ils se mettent au travail ! Ils font la vidange de Joline…pour moins cher qu’en France ! Nous sommes ravis !

N’oubliant pas notre objectif à plus long terme, Memphis, nous poursuivons nord, traversant l’ARKANSAS.

Nous ne vous parlons guère de notre vie au quotidien en dehors des visites, découvertes…C’est qu’elle ressemble à la vôtre, à celle que nous avons en France. Il faut faire les courses, les repas, donner le linge dans les laveries que nous devons trouver, à chaque fois dans une ville différente…contrôler Joline, l’huile, les pneus…réparer quelques petits incidents quelquefois…des plus gros d’autres fois ! Comme chez soi, ce n’est pas toujours facile, d’autant que  pièces, vis, joints etc…sont différents des nôtres !

Nous rencontrons très très peu de français si ce n’est ceux en voyage organisé ou venus 8 ou 15 jours dans un lieu précis.

Par contre, nous rencontrons beaucoup d’américains, bien sûr… il y en a partout !!! Soit qu’ils sont curieux de savoir comment nous sommes venus…soit qu’ils trouvent Joline intéressant…soit qu’ils viennent bavarder un peu …Nous aussi, nous leur parlons facilement, ils sont si simples et gentils…

Quelquefois, les conversations sont intéressantes, ils utilisent un vocabulaire simple…mais d’autres fois, l’accent est si fort, le langage nasal si rapide que nous n’osons même pas leur demander de répéter ! Dans ce cas, avec un grand sourire, nous leur disons « thank you, thank you ! » comme si nous avions compris !...et nous nous esquivons !

TRAVERSEE DE L’ARKANSAS

                                     

LITTLE ROCK

Par des températures démentes, nous visitons Little Rock, ville où Bill Clinton a été par deux fois gouverneur.

 

The Old State Capitol :  Superbe hall avec dôme, statues.

                                              

 

Le quartier où se trouvent un musée, une école, même un pont « Clinton » :

 

                                              

Arkansas State Capitol : Edifice (réplique exacte du Capitol de Washington) construit en 1899, où le Gouverneur de l’Etat et toute la composition politique, hommes de lois…travaillent.

 

                                             

« The Rotunda »avec un joli dôme et lustre…

 

Nous visitons la « Chambre du Senat »puis « The House Chamber ».

 

En haut des grands escaliers, de belles peintures murales représentent Justice, Education, Guerre et Religion.

                                               

« The Treasure House », l’ancienne salle des coffres avec porte de onze tonnes et multiples sécurités…qui, maintenant, est plutôt un décor, un symbole.

 

A l’extérieur, une scène touchante : Le Monument « Testament » statues de neuf étudiants noirs qui, en 1957, s’étaient vu refuser leur inscription à « Central High School» par le Gouverneur ségrégationniste de l’époque, à l’encontre de la loi de la Cour Suprême en faveur de l’intégration raciale.

Il y eut de terribles affrontements raciaux… Finalement,  ils purent entrer, à l’aide de la protection des troupes fédérales du président Eisenhower…

                            

 

Encore une fois, nous nous rendons au « Visitors center »et demandons s’il n’y a pas de rodeo de prévu ce week-end quelque part alentour…Après vérification…Yes, Yes, à Leslie un peu au nord.

Eh bien! Go to Leslie! Petit village, super sympa…

 

LESLIE

Nous nous installons sur le parking de « First Baptist Church ». Ne trouvant pas le Pasteur, nous demandons la permission de bivouaquer à des voisins Pamela et Phillip. C’est OK !

 

                                                           

En fin de journée, nous assistons donc au rodéo. Il y a d’abord l’ouverture avec hymne…Ils souhaitent la bienvenue aux « français » au micro ! Un voisin de gradins nous explique les différentes figures etc…

Il est bien difficile de vous joindre de jolies photos car chevaux, bœufs s’agitent avec vraiment beaucoup d’ardeur, les appareils photos n’aiment pas, surtout la nuit !

Nous passons une belle soirée découverte.

Nous restons le lendemain à la fête du village.

Nous passons de grands et intenses moments avec Pamela et Phillip.

Quelques instants émouvants dans leur Eglise où nous entendons de très beaux chants Gospel accompagnés de plusieurs instruments.

Nous leur faisons visiter Joline, eux, nous invitent à prendre un verre et là, nous bavardons, bavardons…Ce sont deux personnes vraiment gentilles, ouvertes, chaleureuses, nous échangeons  beaucoup.

 

                                              

Nous passons aussi une partie de l’après-midi assis sous les arbres, à l’ombre car le soleil tape dur, à regarder le défilé de chars avec les « Miss »…Nous assistons à plusieurs courses de tortues. Chaque enfant a son compétiteur…

 

                                               

 

Et pour clore cette plaisante journée, nous dinons chez eux, façon décontractée, que nous apprécions énormément…

Nous terminons, devinez où ? Dans l’« arena », nous assistons donc à notre deuxième Rodéo en deux jours ! Génial !

Le cérémonial est le même, prières, hymne national et puis, entrent en scène, cow-boys…leur cheval et leur lasso…cow-girls, veaux, bœufs et surtout chevaux !

Filles ou garçons, à leur tour, doivent attraper les bêtes au lasso…Les hommes cavaliers les plus habiles se mettent à deux, l’un lance le lasso au garrot du boeuf,  l’autre toujours au lasso attrape les pattes arrière et le ligote…dans un temps record…

Certains, très téméraires essaient de tenir le plus longtemps possible sur un cheval fougueux ou sur un bœuf trapu non moins fougueux et impatient de se débarrasser des intrus !

 

 

 

 

 

                                              

Des filles font une course ultra rapide en triangle, le cheval devant prendre trois virages courts et rapides et finir au galop. Il y a de belles prestations !

Les journées furent fort riches.

Nous devons quitter ce petit village qui nous a si bien accueillis. Le souvenir en sera d’autant plus fort.

Thank you, thank you Pamela, Phillip.

 

MOUNTAIN VIEW- OZARK FOLK CENTER

Mountain View, petite ville  dans les monts Ozark, est réputée pour offrir des concerts de musique tous les jours. Nous y arrivons un dimanche et c’est justement le jour de repos des musiciens, chanteurs etc…

 

                                               

Les monts Ozark sont de petites montagnes aux flancs verdoyants couverts de forêts ressemblant aux Vosges.

 

Nous allons donc passer le week-end tout près dans un  camping de la « National Forest »au bord de la rivière Sylamore. Il est très calme, rempli de chants d’oiseaux, de grenouilles, de criquets…de « lightning bugs » (lucioles) à la tombée de la nuit.   

 

Nous revenons à Mountain View et visitons « Ozark Folk Center ». C’est un village montagnard reconstitué où tous les métiers régionaux sont représentés.

 

 

                                                 

Nous assistons avec beaucoup de plaisir à un concert de jeunes avec violon, guitare, banjo, mandoline, accompagnés à la contrebasse.

En habits folkloriques, elles jouent, chantent, dansent…

Nous nous régalons avec un patchwork de musiques folk, blues, gospel…

 

 

                                               

Nous allons rejoindre Memphis,  faire remonter quelques souvenirs de jeunesse !

Merci sincèrement pour vos messages. Excusez-nous, nous avons quelques difficultés, beaucoup de retard, pour nos communications en dehors des articles de blog !

Bon été, bonnes vacances pour les plus chanceux et à bientôt avec un autre article.

  

 

 

 

 

 



Publié à 18:48, le 24/06/2016, dans MISSISSIPPI ARKANSAS, Memphis
Mots clefs :
.. Lien


LA LOUISIANE - SUITE

LA LOUISIANE- SUITE

 LES PLANTATIONS LE LONG DU MISSISSIPPI

La Louisiane est principalement connue pour ses plantations de canne à sucre, de coton, qui s’étendaient tout au long du Mississippi. De riches entrepreneurs construisaient alors de luxueuses demeures. Pour tous, nous avons toujours en tête les images de films comme « Autant en emporte le vent ».

Aujourd’hui, nous pouvons en visiter certaines transformées en musées et même en lieux de séjour, restaurants…

LA PLANTATION LAURA

La guide, parlant français, nous décrit quelques anecdotes.

Quatre générations de la famille Duparc se sont succédées dans la plantation. Laura, en fait, était de la 4ème.

C’est une belle maison de Maîtres, d’architecture créole, construite sur pilotis, coiffée d’un toit rouge, elle se dresse au milieu de champs de canne à sucre où environ 200 esclaves travaillaient.

 

 

                                             

Maisons d’esclaves – Registres des prix d’esclaves – Ancienne photo de la fabrication du sucre.

                                             

 

LA PLANTATION DE OAK ALLEY

La guide, en tenue d’époque, nous fait découvrir la demeure.

C’est la résidence principale, au style de Renaissance Grecque, construite en 3 ans, de la famille Roman, riches planteurs créoles  de canne à sucre.

Une longue allée de 28 chênes verts de Virginie, vieux de 300 ans, garnis de fougère (épiphyte) conduit à la demeure.

                            

 

 

                                                              

Cette plantation comptait environ 230 esclaves. Nous pouvons voir de nombreuses baraques où ils vivaient.

                                              

Photo ancienne d’esclaves coupant la canne à sucre.

                                              

LA PLANTATION NOTTOWAY

La plus vaste et célèbre de Louisiane dégage un vrai romantisme…

 

 

C’est une somptueuse maison coloniale comptant 64 pièces élégantes avec des porcelaines, argenteries, mobiliers souvent français ou anglais.

Les instigateurs, propriétaires de cette plantation, les Randulph, avaient de nombreux enfants, recevaient beaucoup…

 

                                              

Les femmes, après le repas, s’isolaient dans un splendide boudoir et dégustaient ….comme chez nous, en Berry, lorsque nous étions jeunes, des fruits macérant dans de l’alcool. Rappelez-vous « la goutte aux guignes (cerises) dites « djignes », ou « la goutte de coing », bonne pour « le mal de ventre ! » ?

                                             

Les hommes, eux, buvaient de l’alcool, parlaient d’affaires d’hommes dans le bureau de Monsieur !

                                              

Des bals étaient donnés dans la magnifique pièce blanche  comprenant une rotonde, pour laquelle ils ont dû attendre 6 ans que le bois trempe dans le fleuve pour pouvoir arquer les poutres… 

                                              

Sur les terrasses, les rocking-chairs, comme dans les films !

Les cuisines sont toujours extérieures aux  maisons de Maîtres pour réduire les risques d’incendies.

Bien sûr, nous trouvons en complément des explications sur le travail des esclaves, sur la guerre de Sécession, la lutte pour l’émancipation…

Toutes ces visites sont émouvantes, encore une fois, car nous sommes dans des lieux que nous avons découverts sur les écrans, il y a déjà …longtemps…et aussi nous rappellent tristement l’esclavage, les différentes conditions de vie…suivant l’endroit et l’époque où vous êtes nés !!!

BATON ROUGE

Lorsque nous roulons dans « Atchafalaya Basin », sur des kilomètres, les routes sont des ponts passant au-dessus du Bayou Atchafalaya et des marécages.

 

                                              

Nous arrivons donc à Bâton Rouge la capitale de l’Etat de Louisiane. Nous entrons dans la ville encore par un grand pont sur le Mississippi.

                                              

Pourquoi ce nom ? La légende dit que des Indiens qui cherchaient à établir un campement hors d’atteinte des eaux du delta repérèrent ce promontoire et y plantèrent un bâton rouge pour le signaler au reste de la tribu ! Le campement devint village, puis comptoir commercial etc…

Nous visitons:

LOUISIANA’S OLD STATE CAPITOL

Vieux de 160 ans, cet édifice a connu des guerres, des incendies, des scandales…

Il possède un magnifique escalier  au-dessus duquel éclaire un splendide dôme de verre et de vitraux…

 

 

                                                

NEW STATE CAPITOL

Ce nouvel édifice fut construit en 14 mois (1932), ce qui est incroyable !

Il possède 34 étages luxueux, portes de bronze, sols murs colonnes en marbre d’Italie…

                 

La Chambre des  Sénateurs ne semble pas très studieuse !

                                             

Un scandale eut lieu, ici- même, en 1935. Huey Long, ancien Gouverneur, sénateur à ce moment-là fut tué. Comme toujours dans ces cas, l’affaire fit grand bruit…assassinat ou non ?

                                            

Nous montons au 24ème étage, avons une large  vue sur toute la ville, le Mississippi et toutes les activités, industries du pétrole, pétrochimie…. De plus en plus présentes et importantes en Louisiane…

 

                                                             

Nous faisons la connaissance d’un charmant Mr Jude, descendant de français, parlant très bien le français et nous racontant des anecdotes.

DANS LA VILLE

En nous promenant, nous découvrons l’ancienne Poste, des églises, le trolley, le « Train de la Reconnaissance Française ».

 

 

Dans ce récit de nos visites en Louisiane, nous ne vous parlons pas des incendies, des épidémies, des catastrophes survenus jadis, pourtant souvent liés à l’histoire, ni du commerce, des industries…mais il est déjà très difficile d’expliquer un peu tout ce que nous voyons en faisant court, de surcroît !

Cependant, souvenez-vous de l’ouragan Katrina, cyclone tropical, qui a frappé la région en 2005, faisant d’indescriptibles dégâts …

Nous regrettons de ne pas vous joindre quelques vidéos (sonores), ce serait plus plaisant mais nous ne savons pas faire !

Nous nous sommes régalés, la Louisiane est un pays particulièrement touchant mais nous n’aimerions pas y vivre constamment, le climat est dur pour nous : chaleur moiteur constantes, soudaines pluies torrentielles ou orages …

De plus, depuis que le Gouvernement a fait construire des digues de protection contre les crues démesurées du Mississippi, nous ne voyons pas facilement le fleuve …mais il n’y a plus de bateaux à aubes à admirer !!!

C’est le pays de la douceur de vivre, comme ils disent :

« Laissons les bons temps rouler » !

Nous allons bientôt quitter la Louisiane pour entrer dans l’Etat du Mississippi.

Au revoir à tous et à plus tard !

                                                COUCHERS DE SOLEIL SUR LE MISSISSIPPI

 

                                     



Publié à 22:31, le 8/06/2016, dans LA LOUISIANE, Baton Rouge
Mots clefs :


LA LOUISIANE

LA LOUISIANE

Bonjour à toutes et à tous. Pour toi Catherine, notre domératoise, nous espérons que tu retrouves un maximum de lieux connus !

Bonne lecture à vous tous !

Voici l’emblème de la Louisiane :

                           

En Louisiane, il fait aussi chaud qu’au sud du Texas, les températures sont de l’ordre de 35° !

En 1682, l’explorateur français Cavelier De La Salle descend le fleuve Mississippi et décide de donner le nom de Louisiane à ce territoire en l’honneur de son roi Louis XIV. Le futur état devient alors colonie et on y envoie comme main-d’œuvre des centaines d’esclaves.

Nous quittons la Côte du Golfe du Mexique, allons nord vers le Lac Charles.

De suite, nous découvrons une végétation luxuriante et les bayous. Les bayous sont des sortes de petits cours d’eau, des rivières qui serpentent au cœur des marécages …Il y en a partout !

Dans les bayous, des bateaux y naviguent, sur leurs rives, les familles viennent pêcher essentiellement les crabes, surtout des crabes bleus.

 

 

 

 

Un grand pont enjambe le Lac Charles. Ce qui nous surprend c’est la végétation, il y a de très grands et vieux arbres dans des prairies ou des pelouses d’un vert incroyable!

Tout au long de la route, nous suivons des rizières. Quelqu’un nous explique qu’ils élèvent aussi des écrevisses dans les bassins.

En mai, ils mettent des écrevisses, 50% mâles et 50% femelles. Chacune pondra entre 100 et 300 œufs. Elles s’enterrent dans la boue pendant l’été. L’eau est drainée et on récolte le riz en août. En octobre, les bassins sont inondés, les écrevisses remontent, pondent… On recueille les grosses écrevisses etc…

Nous arrivons à Lafayette.

Depuis notre entrée en Louisiane, nous constatons une différence quant à la population. Il y a beaucoup de noirs, normal, de par son histoire.

En Louisiane, nous trouvons une très grande quantité de descendants de colons venus de tous horizons à des époques différentes en quête d’une terre d’accueil et de tolérance…Ainsi que les descendants d’esclaves qui travaillaient dans les plantations…

Dans les environs de Lafayette et au sud de l’état, s’étend le « Pays Cajun », les personnes les plus âgées parlent français.

Qui sont «  les Cajuns » ? Ce sont les « Acadiens », transformé en « Cadiens » et prononcé « Cajuns ».

En 1713, la France céda l’Acadie (La Nouvelle Ecosse du Canada) à l’Angleterre.

A partir de 1755, les Anglais déportèrent par bateaux les Acadiens (environ 7 000) catholiques francophones. C’était le « Grand Dérangement ». Plus du 1/3 moururent de faim, de maladies sur les bateaux. Les survivants se voyaient rejetés de toute part le long de la côte…Donc, ils se rendirent plus au sud dans le territoire français de Louisiane (colonie depuis 1 682) et s’installèrent. 

En 1 803, Napoléon vendit la Louisiane aux USA. Dans les années 20, les nouvelles lois obligèrent les enfants  acadiens à parler anglais.

De par leur résistance à protéger leur identité culturelle, ils ont obtenu, nous croyons, que, actuellement, officiellement l’Etat soit bilingue ! Nous n’en voyons malheureusement pas la réalité !

LAFAYETTE

Capitale de l’Acadie, La Louisiane francophone.

VERMILIONVILLE

La reconstitution d’un village acadien nous permet de découvrir l’art, la musique, même la danse, la cuisine…

Nous y retrouvons toutes les activités du village d’autrefois.

 

 

 

 

 

 

 

                                             

CATHEDRALE SAINT JEAN L’EVANGELISTE fondée en 1 821 et restaurée vers 1 985.

Chanceux, nous la visitons alors qu’un organiste joue.

                                                

Tout à côté, se dresse un chêne vieux de 500 ans. Ses branches gigantesques se déploient sur plus de 60 mètres. Le tronc a un diamètre de 2,8 m.

 

LAFAYETTE MUSEUM (en travaux). C’est la maison d’Alexandre Mouton regroupant les objets de famille.

Jean Mouton, d’origine acadienne était le fondateur de Vermilionville qui devint Lafayette en 1 884.

 

PROMENADE EN BATEAU DANS LES SWAMPS (marécages)

Après plusieurs jours où se succèdent de grosses chaleurs moites et des orages avec des pluies importantes, nous décidons quand-même de visiter les « swamps » en bateau.

Nous nous rendons donc à Breaux Bridge, au Lac Martin et retenons une visite pour le lendemain matin.

A 10 h, le soleil brille, nous prenons place dans une barque à fond plat avec quelques autres personnes et, pendant 2h, nous naviguons dans ces marécages  que nous voyions toujours de loin et qui nous intriguaient !!!

                                             

Là, nous nous faufilons entre les cyprès aux pieds coniques d’où surgissent les « cypress knees » (genoux des cyprès), sortes de rejets qui poussent sur leurs racines .De belles mousses pendent comme des chevelures...

Nous fendons la surface de l’eau souvent recouverte de jolies plantes d’eau, des sortes de guirlandes vertes mais aussi des jacinthes, des nénuphars- lotus (waterlily !)…

 

 

 

                          

 

                             

Parfois, un alligator se dore au soleil, somnolant sur un tronc d’arbre, un autre se glisse, tête hors de l’eau, tout près de la barque et …disparait rapidement si nous tentons un quelconque bruit…

 

Soudain, un échassier s’envole près de nous, un cormoran sur une branche se sèche les ailes.

 

                                                             

Quelques tortues se reposent sur une souche, des grenouilles vives plongent à notre approche…

                                             

Vous dire encore le plaisir que nous prenons dépasse largement nos compétences de simples, modestes narrateurs sans prétention que nous sommes !

Nous sommes vraiment ravis, enchantés…Encore une fois : La nature est belle !

Et maintenant…allez-vous nous croire ? Il le faut pourtant ! A peine descendus du bateau, un gros orage survient, des trombes d’eau s’échappent encore une fois du ciel…sombre maintenant, bien sûr !!!

Nous roulons vers le sud, longeons des champs de canne à sucre et décidons de découvrir New Iberia.

                                             

NEW IBERIA

New Iberia : Nouvelle Ibérie.  Après que la France eut donné ce morceau de territoire de Louisiane à l’Espagne, en 1 763, pour son aide dans la lutte contre la Grande- Bretagne, le Gouverneur d’alors, Galvez, jugea qu’il manquait des colons donc il en fit venir de Malaga, d’Espagne…et nomma Bouligny responsable de leur installation vers 1 779.

Puis les familles firent prospérer la région et Bouligny appela cette nouvelle colonie Nueva Ibéria : Nouvelle Ibérie (maintenant New Iberia) en raison de la provenance des habitants.

THE AVERY ISLAND TABASCO

C’est une entreprise qui date de 1860 et qui produit le « Tabasco »mondialement connu. C’est une sorte de sauce fabriquée à partir de piments rouges, de vinaigre et de sel.

Nous pouvons donc suivre réellement ou comprendre à l’aide de vidéos toute la fabrication.

 

                               

 

                                             

Ensuite, nous goûtons diverses saveurs, nous avons largement ce qu’il faut pour apprécier…

Nous faisons cette visite avec beaucoup d’intérêt.

JUNGLE GARDENS  tout près, que nous visitons.

Un enchantement, vraiment… Vous devez penser… mais Georges et Aline sont de vrais gosses ! Mais non, nous vous assurons que nous découvrons des choses qui ne peuvent qu’émouvoir, faire « vibrer », transporter…Ce sont souvent des choses  simples de la nature.

Nous découvrons donc un parc où d’énormes arbres barbus se dressent au milieu d’une belle pelouse.

Partout des bayous, larges ou moins larges, plus ou moins profonds, recouverts de plantes aquatiques, contenant des cyprès…et où …Devinez quoi ? Nous pouvons jouer à cache-cache avec des alligators ! Ils peuvent surgir n’importe où, même dans un tout petit marécage, dans un sentier pour rejoindre un autre point d’eau…Nous nous régalons !

 

 

 

Nous croisons un bouddha sur une petite ile où une mariée vient faire une photo…

 

Plus loin encore, nous sommes revenus chercher Joline pour finir le parcours, le parc étant vraiment très grand…Donc, nous restons bouche bée devant une colonie de hérons, d’aigrettes…perchés sur des supports, nous pensons, construits pour les aider à éviter les prédateurs. Nous les observons un long moment.

Dans le bayou, des tortues ont élu domicile ainsi que des alligators que nous voyons circuler, tête à- demi hors de l’eau, nous jetant un petit coup d’œil au passage…

 

 

 

Quelle magnifique journée !

JEFFERSON ISLAND RIP VAN WINKLE GARDENS

C’est un jardin semi- tropical autour de la demeure (1870) de Joseph Jefferson, célèbre auteur de théâtre.

A l’intérieur, nous pouvons voir des meubles de style « French Empire », de la vaisselle de porcelaine de Limoges(France) : Cocorico !!! Les photos des intérieurs sont interdites.

De jolis paons parcourent la propriété où fleurs et arbres dispensent leur beauté sans compter.

Une volière à ciel ouvert regorge de hérons, aigrettes, spatules…

Un coin exotique, avec quelques statues orientales, s’intègre bien dans le cadre.

 

 

 

 

 

 

                                             

Juste à côté, se trouve le Lac Peigneur où il y eut une catastrophe en 1980, le lac s’étant effondré dans la mine de sel  souterraine, une cheminée reste en témoignage.

 

SHADOWS ON THE TECHE

Le Teche coule dans l’ex- lit du Mississippi, maintenant rivière appelée Teche , ce qui veut dire « serpent «  en « indien Chitimacha », car il fait de nombreux méandres.

Sur les rives du Bayou Teche s’élève une belle demeure construite en 1834. C’est la propriété d’une riche famille de planteurs de canne à sucre, la plantation des Weeks. Plusieurs générations ont vécu à Shadows.

Au début, la famille possédait environ 200 esclaves.

Lors de la visite, nous pouvons découvrir les différentes pièces, meubles, objets utilisés à l’époque où les Weeks, les travailleurs de la plantation  y vivaient. (Photos intérieures interdites).

Ils avaient pour coutume de toujours prendre les repas à l’extérieur, dans le beau jardin.

 

 

CONRAD RICE MILL –KONRIKO Company Store.

C’est le plus ancien Moulin à riz encore en activité aux USA. Il a célébré son centenaire en 2012.

Le riz est récolté plus à l’ouest de New Iberia, en septembre, séché ici, trié, concassé, travaillé pour obtenir différentes qualités et saveurs, empaqueté etc…Nous n’avons pas pu assister aux différentes phases de récolte, fabrication… en raison de la saison.

Là encore, nous goûtons  différents produits, « les meilleurs de Louisiane « disent-ils !

 

 

MAIN STREET

Le long de la rue, de belles maisons d’architecture typique :

 

                                                                 

LA CATHEDRALE SAINT PETER- LE THEATRE EVANGELINE (Ancien édifice toujours en service) :

 

MARTINVILLE 

Nous pouvons voir le chêne où, d’après la légende, Emeline Labiche et son amoureux se rencontrèrent. Histoire retracée dans un célèbre poème « Evangeline » écrit par le poète Henrey Wadsworth Longfellow, racontant en fait la tragédie que certains acadiens ont pu vivre lors du « Grand Dérangement ». Nous y trouvons aussi le tombeau d’Evangeline.

 

 

                                             

LEJEUNE’S BAKERY

La boulangerie Lejeune à Jeanerette, construite en 1884, a été exploitée par cinq générations de la famille Lejeune.

 

                                             

Nous en profitons pour acheter du « French »  pain tout chaud…Avec nos excuses, mais en tant que fils et frère de boulangers français, Georges ne reconnait pas nos pains croustillants !!!

BAYOU TECHE MUSEUM

C’est un charmant petit musée retraçant l’ensemble de l’histoire de la ville, de son peuple, de sa culture, de ses industries…

Nous y retrouvons le portrait de James Lee Burke auteur de romans où Dave Robicheaux, célèbre détective, évolue. La série fut tournée dans la ville même !

                                             

Bunk Johnson était un musicien de jazz qui a vécu à New Iberia et aurait enseigné à Louis Armstrong et autres…

 

 

En Louisiane, le Mardi Gras est une très grande fête, très prisée, très costumée, qui peut durer plus d’un mois !

                                               

Puisqu’il y a des mines de sels dans la région, nous avons droit à une simulation de descente dans la mine.

                                               

Les différentes industries développées tout au long du Bayou Teche nous sont exposées avec des vidéos, des photos, des documents : Travail de la canne à sucre…Transports des produits exportés par bateaux  à vapeur …

                                                 

Nous apprenons aussi que les « barbes », les lichens, les mousses des chênes s’appellent «  Spanish moss » et sont utilisés pour remplir coussins et matelas…

 

Nous quittons New Iberia, les routes traversent les marécages…

 

A Sainte Rose Destrehan, un grand pont nous permet de traverser le Mississippi sur lequel il y a beaucoup de trafic.

 

 Nous nous arrêtons à Houma, trouvons un super bivouac au bord du Bayou Black. Les gens possèdent tous un bateau et vont pêcher…

 

                                             

NEW ORLEANS  - « THE BIG EASY » (La grosse Facile, est-elle surnommée ici.)

La Nouvelle-Orléans se situe sur le Mississippi. Elle fut fondée par Le Mayne de Bienville en 1718.

 

En 1762, la ville fut cédée secrètement aux espagnols…En 1800, elle redevint française puis fut vendue aux USA par Napoléon, pour une somme dérisoire d’ailleurs, avec le reste de la Louisiane.

Elle reflète donc un grand multiculturalisme : architecture espagnole, victorienne, gastronomie très riche variée…Elle est marquée par la culture francophone et créole, celle-ci mêlée à la culture latino. C’est le berceau du jazz, la patrie du blues…

Nous allons vous raconter la découverte de cette cité mythique où nous sommes restés 4 jours.

Nous bivouaquons dans le quartier Algiers au pied de l’embarcadère du ferry que nous empruntons pour traverser le Mississippi et rejoindre les différents quartiers.

 

 

L’un est particulièrement touristique : C’est le « Vieux Carré »,  « French Quarter », le quartier français.

Nous le parcourons bien sûr de long en large, découvrons la Cathédrale St Louis, 1794, surprenons une mariée, ses amis, des musiciens…en sortant.

Un autre jour, nous assistons à une messe. Tout au long, nous espérons entendre du Gospel, nous avons droit…seulement…à de beaux chants, de belles voix…mais nous restons sur notre faim !

 

 

En face, c’est la Place « Jackson Square » où s’élance une statue équestre : Général Jackson vainqueur, aidé du français Jean Laffite, de la bataille de la New Orléans contre les anglais.

                                             

Dans les rues, de nombreux peintres, portraitistes exposent leurs œuvres…des mimes et surtout de nombreux groupes de « fêtards » avec musique, danseurs s’exhibent pour le plaisir de tous.

 

 

Nous apprécions les belles maisons, leurs patios, la beauté des façades aux balcons de fer forgé, héritage espagnol, les vérandas victoriennes…de Royal Street, de Bourbon Street où chacun de ses bars possède un orchestre, non seulement pour se montrer mais surtout pour se faire entendre !

 

 

 

Nous visitons le Cabildo où des traités historiques furent signés…musée en rénovation car rongé par le salpêtre remontant du sol. Des œuvres retraçant l’histoire sont exposées, comme le masque mortuaire de Napoléon, tableau de la bataille contre les anglais, documents sur les esclaves…

 

                                             

Nous entrons aussi au musée de la Monnaie qui présente au 2ème étage une exposition plus attrayante, concernant la musique avec beaucoup de choses sur Louis Armstrong : ce sacré « Satchmo ». Nous le voyons aussi dans la rue !

 

Nous visitons quelques galeries d’art dans lesquelles nous découvrons d’originales, surprenantes ou décevantes choses.

                                                              

Au « French Market » créé en 1791, on y vend de tout.

 

 

Nous goûtons la cuisine locale dans le resto du bâtiment de la Baronne Pontalba :

Crawfish (crayfish, écrevisse) pie, Gombo des Caraïbes, Jambalaya acadien…

 

Et dégustons les fameux beignets français saupoudrés largement de sucre glace, accompagnés de bon café au lait, au « Café du Monde ».

 

De la Moon Walk, promenade qui longe le Mississippi, nous pouvons voir le ballet incessant de bateaux. Il n’y a plus les bateaux à aubes de l’époque 1800 transportant le sucre, le coton, le bois, la mousse, le cuir, les volailles, fruits, légumes, rhum…

Cependant, il reste « Natchez » et « Créole Queen », bateaux à roues transformés en restos et faisant des croisières sur le Mississippi.

 

Aujourd’hui, de gros bateaux transportent des containers et autres…

 

A l’extérieur du « Vieux Carré », il y a le quartier de Riverwalk, un complexe commercial créé sur le site de l’exposition universelle de 1984.

                                                             

Le Casino et ses belles salles avec machines à sous, tables de jeux, au beau mobilier…

 

Le tramway, sur les traces du « Tramway nommé Désir », longe le Vieux Carré.

De beaux édifices s’élèvent le long de « Canal street »ou dans la rue Magazine…

 

 

                                             

Nous passons un long moment dans le célèbre « Audubon Zoo », abritant de très nombreuses espèces d’animaux mais surtout des alligators blancs, très rares.

 

 

 

 

 

Nous aurions aimé voir le Cimetière St Louis n° 1, où reposent des personnalités mais, pour des raisons de sécurité (à cause des rites Vaudou), beaucoup de visites ont été supprimées et les visites du cimetière St Louis, par exemple, ne se font qu’avec un guide et il est difficile de trouver une visite en français le jour que vous désirez ! Donc pas de visite !

 

Voici une triste histoire sur les cimetières de New Orleans, âmes sensibles ne lisez pas !!!

La ville est située à un peu plus d’un mètre au-dessous du niveau de la mer. Autrefois, les cercueils flottaient littéralement dans les tombes tandis que les employés tentaient de les enfoncer…On fit des trous dans les cercueils de façon à ce qu’ils coulent…mais, le spectacle, accompagné du bruit des glouglous devint trop pénible pour les familles !!!!

On abandonna l’inhumation et on construisit d’énormes tombeaux de marbre dans tous les cimetières de la ville…

VOIR LOUISIANE SUITE.

 



Publié à 11:36, le 8/06/2016, dans LA LOUISIANE, Baton Rouge
Mots clefs :
.. Lien


LE TEXAS

LE TEXAS- SUD

 

A peine sommes-nous au Texas, le plus grand Etat des USA après l’Alaska, que nous sommes confrontés à des températures  de l’ordre de 34°, 35°. Il y a deux jours, elles avoisinaient 0° sur les plateaux du Nouveau Mexique ! Il neigeait !

 

 

BIG BEND NATIONAL PARK

Quel bel endroit !

Au sud du Texas, le fleuve Rio Grande qui sert de frontière avec le Mexique fait un immense arc de cercle, le parc Big Bend se situe à l’intérieur de ce « cirque ».

Il y fait des températures très élevées, au-delà de 35°, une vraie fournaise. Ici, ce sont mai et juin les mois les plus chauds.

Le paysage y est multiple. Nous y trouvons des étendues désertiques, des plateaux volcaniques, des montagnes, des canyons avec le Rio Grande.

Dans les parcs nous ne pouvons bivouaquer librement donc nous allons dans un très charmant camping. De beaux arbres nous donnent de l’ombre tant appréciée !

 

Il s’y dégage un calme, une sérénité incroyables, à tel point que les animaux (sauvages) s’ébattent librement tout près de nous…

Il parait qu’il reste deux douzaines de lions de montagnes et autant d’ours mais…nous n’en avons pas rencontré ! Nous ne voyons pas non plus de serpents, pourtant le paysage parfois semble très propice.

                                               

A l’Est du parc, près de Rio Grande Village, nous randonnons dans le « Boquillas Canyon ». Très beau…très torride…

Nous y rencontrons quelques petits vendeurs-chanteurs mexicains ayant passé le Rio Grande, facilement à cet endroit, pour se faire quelques monnaies !

 

 

 

                                                    

A l’Ouest du parc, nous allons tout au bout du « Santa Elena Canyon ». Les falaises à pic érodées par le Rio Grande montrent bien qu’autrefois, il devait avoir un grand débit, des eaux tumultueuses… Maintenant, il coule bien tranquillement, ses berges sont sèches, craquelées. Seulement au moment des gros orages  de l’été il va grossir, sortir de son lit même, mais ce sera très éphémère.

 

Le rafting se pratique dans le canyon.

 

 

Voulez-vous que nous changions un peu de thème ? OK !

Voici quelques découvertes de flore, de faune !

Nous pouvons rencontrer :

Les « frosted sotols » dans « the Chisos mountains » :

 

Les élégants cactus « ocotillos »aux fleurs rouges :

 

« Desert marigold »:

                                                  

« Prickly pear cactus”:

 

 

“Desert willow”:

                                               

“Pitaya cactus”:

 

“Torrey yucca”:

                                               

Des figuiers de Barbarie, des agaves du désert:

 

D’autres inconnues :

 

 

 

 

 

                                               

Des fruits dont on ne connait pas les noms :

 

Quant aux animaux :

Les « javelinas (cousins des pécaris):

                                                  

Les « coyotes » :

                                               

Différents lézards :

 

Les « roadrunners », ces oiseaux ne boivent pas, au fil du temps, ils se sont adaptés au climat. Ils peuvent courir à 32 km/h sur terrain plat, comique !

                                              

Les « jackrabbits », (lapins) que nous voyons partout :

                                              

Des sortes de cailles, des pigeons, d’autres oiseaux :

 

 

 

Les vautours nettoient convenablement les corps des animaux tués par les voitures et autres charognes :

                                               

Des écureuils à la queue « transparente » :

 

Des tortues :

 

Les « golden eagles » du canyon « Eagle-nest » à Langtry que nous n’avons pas pu  photographier car ils étaient trop haut ou trop loin.

                                               

Les « kangaroo rats », trop vifs pour pouvoir les prendre.

 

Plus au centre du parc, nous admirons de superbes endroits :

« The window – Mule ears (oreilles) - Burro Mesa Pouroff – Tuff Canyon:

 

 

 

Nous avons passé de longs et sereins moments dans Big Bend. Nous nous y sommes beaucoup plu.

 

Ensuite, nous roulons Est, le long de la frontière du Mexique. Les paysages sont désertiques, tout est brûlant !

 

Voici quelques petites choses insolites :

Nous avons goûté une feuille d’aloes, agaves d’ici. Elles  se mangent, alors on essaie !  C’est gluant, ça coule, c’est incontrôlable…et poivré, sans saveur…Pas très goûteux…Donc nous avons abandonné les essais ! Il parait que c’est bon pour le cuir chevelu aussi, nous n’avons pas essayé !!!

 

                                               

Vue sur « Eve’s garden » hôtel coloré, lors d’un bivouac sur la place de l’église d’un petit village :

                                               

A Study- Butte, entrée d’un autre lieu  de bivouac :

                                               

A Amistad, au bord du lac, rien d’insolite, tout est calme, reposant :

 

                                                

Après Del Rio, le paysage est toujours désertique, sec, brûlant…

Tout à coup, avant Hondo, nous découvrons de grandes étendues de cultures de céréales. Justement, les fermiers sont en train de moissonner. Il y a des fermes avec de nombreux silos, du bétail…Quel changement ! Toutes ces cultures  demandent certainement une importante irrigation.

A Castroville, nous apercevons le drapeau français flotter aux côtés de ceux des USA et du Texas…Qu’est-ce ? Les drapeaux  se trouvent près d’une petite maison de style alsacien avec des cigognes sur le toit…

Nous entrons et apprenons qu’au 19ème siècle, des immigrants du Haut-Rhin sont venus s’installer ici. Nous trouvons donc des habitations de style alsacien, des coutumes, la gastronomie, les vins et les Anciens parlent toujours un vieil alsacien (allemand).

                                               

 

SAN ANTONIO

La majorité de sa population est d’origine hispanique ou latino. Elle fut le berceau de l’indépendance du Texas.

 

 

                                               

« The Fort Alamo »  porte le souvenir de batailles mémorables où David Crockett perdit la vie. Eh oui, difficile à croire, nous foulons ces mêmes sols où eurent lieu ces importantes batailles décisives dans l’histoire du Texas.

                                               

En fait, Fort Alamo était la première d’une série de missions établies le long de San Antonio River au 18ème s. (1724-1793).

Ensuite, le lieu fut utilisé par les militaires espagnols (1793-1821) puis l’armée mexicaine de 1821 à 35, et enfin fut le siège de la Révolution 1835-36.

 

 

 

« The San Antonio River Walk » est un charmant quartier, un centre historique appelé « La Villita ».

De jolis ponts enjambent la rivière où des bateaux-mouches promènent les touristes. Sur les berges, des galeries   d’art, des magasins…des bars, des restaurants où d’ailleurs nous passons un sympathique moment.

Ce lieu est aussi surnommé La Venise du Texas.

 

 

 

 

« The spanish Governor’s Palace » (1749, peut-être construit sur un édifice précédent).

Le Palais du Gouverneur représente plus de 260 années de vie des espagnols au Texas. Ce Palace a subi de nombreuses modifications, extensions, au cours du temps.

 

                                               

 

« Historic Market Square » : C’est un des plus grands marchés mexicains, extérieurs au Mexique bien-sûr. Coloré à souhait !

 

 

 

“Basilica of the National Shrine of the Little Flower”: C’est un édifice  imposant.

                

 

LES MISSIONS

Nous vous disions que “The Alamo” avant d’être un fort était la 1ère d’une série de Missions établies au sud de San Antonio, par des missionnaires Franciscains au début du 18ème s. Nous les visitons toutes et chacune a ses spécificités.

Mission Concepcion : 1755, est la plus vieille église non restaurée des Etats-Unis, ayant de surcroit une acoustique exceptionnelle.

 

Il reste des fresques colorées, peintes au 18ème, dont « le visage du Soleil ».

 

Mission San Jose, la plus belle certainement et la plus visitée. Plusieurs parties ont été restaurées.

La façade, non restaurée, est particulièrement belle.

 

 

                               

Mission San Juan Capistrano. L’Eglise est fermée et les ruines sont peu importantes.

 

Mission San Francisco de la Espada dégage une vraie atmosphère de recueillement.

 

 

Tout près se trouve l’aqueduc Espada datant des années 1740. Le système d’irrigation est toujours en état de marche actuellement et utilisé par les fermiers locaux.

 

 

Après la visite des Missions, nous nous dirigeons plein sud vers le Golfe du Mexique. Nous traversons des grandes plaines cultivées, passons près du Lac Corpus Christi et arrivons bientôt à le cité éponyme.

Là, de grandes zones industrielles, des plateformes pétrolières s’étendent le long du littoral.

                                               

Nous prenons un immense pont enjambant la baie, puis un ferry et arrivons à Port Aransas sur Mustang Island. Ce sont des iles tout en longueur le long du littoral dans le Golfe du Mexique.

 

 

On ne sait pas où commencent et où finissent les plages !

 

ARANSAS BEACH

Il y a beaucoup de monde. Ce qui nous surprend c’est la simplicité des lieux, la plage est nature, les gens sont installés sous des tonnelles, se baignent, jouent à des jeux…peu compliqués, mangent…

 

                                                

Nous y rencontrons William dit Will et ses amis. Il nous offre un verre de « French rosé » bien frais.

Nous discutons un moment…Will est heureux de nous dire les quelques mots de français qu’il connait et…insouciant…nous offre à manger en prononçant « femme » à la place de « faim »…Ce qui fait que,  pendant quelques secondes, nous attendons sa femme et voilà qu’il nous présente des plats !

A chacun son tour de se moquer un peu ! Will est très sympathique.

Ce soir, nous devons quitter le parking de plage car il y a de l’orage. Il pleut 24h sans arrêt. Aujourd’hui, il y a des inondations partout mais le beau temps revient. Nous en profitons pour nous promener sur la jetée, dans une réserve où nous voyons beaucoup d’oiseaux…

 

 

 

A Aransas Beach et dans les environs, nous passons là encore d’agréables moments.

 

Nous suivons toujours la côte du golfe du Mexique, passons de nombreux ponts, traversons des lieux marécageux, de petites villes avec ports, raffineries de pétrole, enfin beaucoup d’activités…d’autres endroits avec de belles maisons dans des parcs aux grands arbres, certainement centenaires, des pelouses verdoyantes, fraichement tondues.

Nous passons aussi près de sortes de forêts humides avec les arbres à barbe ! Il y a des ranches avec du bétail… des cultures de pommes de terre, des haricots, du maïs…

Nous nous arrêtons au sud de Houston, prenons un ferry pour aller sur Bolivar Peninsula.

 

                                               

 

BOLIVAR PENINSULA

Que c’est joli ! De l’eau de chaque côté, des maisons colorées sur pilotis partout ! Efficaces en cas d’inondations nous pensons mais pas en cas de tsunamis ou de tornades, les pilotis sont relativement fragiles, de bois…

 

 

                                               

Il y a des endroits aménagés pour la pêche. Ils pêchent de belles soles  mais aussi des écrevisses…et autres !

Le soir, les pêcheurs installent leurs gros projecteurs et pêchent toute la nuit.

 

 

                                                

Nous nous promenons vers le phare, le Port Bolivar, le Fort Travis…

 

Mais encore une fois, un fort et long orage nous  interrompt dans nos découvertes.

 

Plus loin, il y a quelques pompes à pétrole… et à Port Arthur, d’énormes raffineries.

 

Nous allons bien vite nous réfugier à

BUU MON BUDDHIST TEMPLE AND LOTUS GARDENS

Le Temple, une tour pagode de 4 étages, est fermé mais nous pouvons visiter le jardin bien que ce ne soit pas tout à fait la meilleure saison. Le jardin est réputé pour ses lotus et ses lys d’eau…Le lieu est paisible.

 

 

                            

Puis, nous passons les derniers complexes industriels, un gigantesque pont, encore, et …Au revoir Texas, Bonjour Louisiane ! Nous entrons dans un nouvel Etat.

 

 

Nous vous quittons ici, au revoir à tous et à plus tard pour vous raconter nos nouvelles découvertes !

                            

                           

 



Publié à 19:48, le 22/05/2016, dans TEXAS, Lafayette
Mots clefs :
.. Lien


L'OUEST DES USA EST TERMINE !

L’OUEST DES USA EST TERMINE !

Avant de quitter «  Monument Valley », nous nous levons très tôt pour voir le lever de soleil et nous retournons jeter un dernier coup d’œil aux « mitaines »…

 

Lorsque nous quittons le parc, nous découvrons encore quelques belles formations rocheuses : poule, lapin, roi sur son trône !….

                                               

 

 

VALLEY OF THE GODS

Nous partons faire la « Vallée des Dieux ». Nous remarquons tout d’abord un joli rocher, un « chapeau mexicain ». Des vaches à longues cornes paissent paisiblement.

 

Nous empruntons une belle piste (par temps sec) quoique très en « montagnes russes » !

Ce soir, nous bivouaquons en pleine nature, dans un beau paysage, avec les lapins qui folâtrent autour de nous.

 

Le lendemain, nous continuons la piste. Plus nous avançons plus la nature nous révèle de superbes endroits.

 

 

 

                           

Nous faisons de nombreux arrêts, nous nous sentons bien, les lieux sont calmes et nous sommes presque seuls…peu de visiteurs ce matin !

 

BLUFF- THE SAN JUAN MISSION

Bluff est une petite ville fondée par des pionniers mormons en 1880 près de San Juan River.

Ce sont de très jeunes familles avec beaucoup d’enfants et des adolescents qui sont venus s’installer au terme d’un incroyable voyage de quelques 400 kilomètres, en chariots, traversant quelques zones plates mais surtout de profonds canyons où ils étaient obligés de dégager un passage à mesure qu’ils avançaient.

Nous avons vu un film qui relatait  cette extraordinaire expédition.

A Bluff, ils ont construit un « fort », des maisons, une école…formant une mission qu’ils ont baptisée « Bluff » car «  incroyable » !

Actuellement, le lieu est un musée, petite ville restaurée et reflétant bien leur vie.

 

 

 

                                               

Ce fut très intéressant.

Il y fait très chaud : 29°, lorsque nous repartons, nous trouvons un  paysage  désertique.

 

 

CANYON DE CHELLY NATIONAL MONUMENT-ARIZONA

Ce canyon, comme d’autres, a abrité des indiens Pueblos préhistoriques pendant environ 1000 ans, dans des habitations nichées dans des alcôves en-dessous des hautes falaises ou perchées sur les corniches de rochers.

Les indiens « Hopis » s’y sont ensuite installés. Ce peuple plantait du maïs, des courges…Il moissonnait…

Vers 1700, les indiens « navajos » ont commencé à occuper le canyon, les habitations étaient de plus en plus améliorées.

Il reste les ruines de centaines de villages.

Actuellement, des familles y vivent toujours, travaillant la terre fertile. L’hiver, le canyon est impraticable, ils vivent sur les versants et l’été, ils rejoignent leurs « hogans » (cabanes) dans le canyon.

Nous faisons la route panoramique qui longe le canyon et nous permet de découvrir différents endroits.                           

                           

 

 

 

 

Nous prenons la route pour nous rendre à «  Mesa Verde ». Nous passons à « Four Corners » qui est un repère géographique  situé à l’intersection de 4 Etats : Arizona, Utah, Colorado, New-Mexico.

Nous ne nous arrêtons pas au Monument et entrons au Colorado.

Nous rencontrons de véritables tempêtes de sable, l’atmosphère est obscurcie, le sable rentre partout ! Des touffes d’herbes séchées arrachées, poussées, soufflées par le vent, traversent la route, sautillent ou s’affolent…C’est drôle, amusant !

 

                                                

 

Nous arrivons à Cortez d’où nous organisons notre prochaine visite.

 

MESA VERDE NATIONAL PARK 

C’est un parc national qui préserve des sites archéologiques, les habitations troglodytes des indiens.

Ce peuple habitait Mesa Verde, dans les falaises du Canyon Soda, entre 600 et 1300.

En 1300, disparurent mystérieusement les ancêtres des Indiens Pueblos(Anasazi). Pour l’instant, les chercheurs ne connaissent toujours pas la cause. Il reste plus de 600 habitations dans la falaise ayant plus de 750 ans.

BALCONY HOUSE

Tout d’abord, nous suivons la visite guidée conduite par un ranger. Nous allons découvrir ce village, dans une alcôve, à flanc de falaise.

Nous descendons un long escalier pour atteindre le fond du canyon et empruntons une grande échelle pour pénétrer dans le village construit par des fermiers qui vécurent et cultivèrent sur les sommets de la mesa, élevaient des dindes, stockaient maïs, haricots, courges…

Les constructeurs utilisaient les matériaux disponibles aux alentours, le grès…les pierres étaient transformées en mortier mélangé à de la terre sablonneuse, lissé à la main, quelquefois enduit…

Ce village  comportait 38 pièces sur deux étages, deux « kivas » (pièces de cérémonies), des balcons et possédait même une source d’eau potable à l’arrière de l’alcôve.

Nous prenons des échelles pour accéder aux différents niveaux et même un tunnel étroit de 3,70 m qui, en fait, leur servait d’entrée (protection, contrôle).

 

 

 

 

 

                                               

Cette visite fut très enrichissante.

 

Il y a des centaines d’habitations dans les niches des falaises environnantes. Nous les découvrons souvent depuis la rive opposée du canyon.

 

 

 

Au moment de notre visite, de riches sites sont fermés, c’est le cas de :

 

CLIFF PALACE

Que nous découvrons tout de même d’assez près.

Il y a environ 800 ans, dans cette belle communauté, les membres de l’Ancestral Pueblo accomplissaient leurs activités quotidiennes.

L’ensemble des salles, places, tours, les kivas en sous-sol….sont parfaitement protégées par le surplomb. Ce devait être un village magnifique.

Il fut construit, rénové, agrandi au fil du temps.

Malgré que le lieu ait été vandalisé, on y a trouvé des poteries, des sandales confectionnées en fibres de yuccas, des outils agricoles en bois, des haches de pierre…ainsi que des graines de maïs, courges, haricots…des gourdes, des tissus…

                            

 

                                             

                                              

                                                

 

SPRUCE TREE HOUSE

Semble fort intéressante mais est aussi fermée ce jour.

                                   

Ensuite, il y a eu des architectures différentes. Les indiens ont construit de plus en plus d’habitations sur les « mesa », plus près de leurs champs…

Celles-ci furent semi-enterrées et couvertes etc…

Il y a une telle concentration de sites pueblos qu’il est difficile de vous en parler.

Le musée « Chapin Mesa » complète toute cette découverte.

 

                                               

                                               

 

ROUTE POUR TAOS

Voilà un paysage bien différent ! Plus de canyon, plus de désert, de tempête de sable mais des moyennes montagnes avec des ruisseaux, même des torrents, des prés, des fermes, du bétail.

 

 

Il y a de la neige en altitude. Il neige même alors que nous sommes à 3200m.

Nous faisons une belle rencontre, un troupeau d’elks.

 

 

Un peu avant Taos, nous sommes surpris par l’architecture de certaines maisons (très éloignée de celle de Mesa Verde !!!)

En fait, la région de Taos compte pas mal «  d’Ecolos ».

 

Nous entrons dans l’Etat du Nouveau Mexique.

 

TAOS

Taos est une ville entourée de montagnes enneigées (3749 m).Elle a un passé lié aux Conquistadors, aux cow-boys, au Catholicisme…

Au 20ème siècle, elle devint le rendez-vous des artistes, des écrivains…

Son architecture, principalement en adobe, ses galeries d’art font de Taos une ville particulière.

Ses rues, ses places :

 

 

                                                              

San Francisco de Asis Church, 18ème siècle:

 

Rio Grande Gorge Bridge :

                                               

Puis, nous passons dans «  Carson National Forest »et nous nous arrêtons à Chimayo.

 

LE SANCTUAIRE DE CHIMAYO

En 1816, cette chapelle en pisé, à deux tours, fut érigée là où la terre semble posséder des propriétés cicatrisantes miraculeuses.

Elle peut être assimilée à notre «  Lourdes »  car il y a des pèlerinages : quelques 30 000 pèlerins viennent pour la  Semaine Sainte.

Beaucoup de photos, objets divers déposés en remerciements de guérisons ou en implorations de celle-ci remplissent des salles.

 

 

 

SANTA FE

Capitale de l’Etat du Nouveau Mexique, à 2134m d’altitude. La plus haute des USA.

C’est une ville construite en adobe et charmante.

La Plaza, Centre- Ville :

 

Loretto Chapel:

 

                                               

San Francis Cathedral:

 

                                                

Le Capitol:

 

Visite de galeries:

                                               

Beaucoup de vendeurs de bijoux en argent et turquoise sous les arcades, autour de la Place:

 

                                               

La visite fut agréable.

 

Ensuite, nous suivons la « Turquoise Road ». C’est une route où nous rencontrons de curieux villages.

                                               

A Cerillos, nous nous arrêtons regarder « Inglesia San Jose »de 1922.

                                               

A Madrid, les maisons sont très colorées, voire même très étranges. Nous ne visitons pas en détail !

 

                                               

 

Nous arrivons à Albuquerque.

Ouf ! Nous sommes au rendez-vous ! Nous avions envie d’assister à la fête et pas l’une des moindres !

ALBUQUERQUE
GATHERING OF NATIONS POWWOW

Nous avons déjà visité la ville début janvier, alors nous nous adonnons entièrement à l’ambiance d’un show extraordinaire qui dure deux jours.

Il parait que c’est le plus grand  « Pow-wow » au Monde. Les Indiens célèbrent leurs traditions, avec musique, danses, chants, concerts, élection de la « miss Indian World »…

Des chanteurs, danseurs du Canada, des USA viennent à cette rencontre.

Il y a tout d’abord l’ouverture de ce gigantesque meeting.

Les Indiens, en costumes traditionnels se regroupent sur la scène. Les présentateurs expliquent l’importance de ce rassemblement où tous vont vivre de longs moments de communion en exprimant leur vraie culture.

Lorsque les tambours résonnent, immédiatement, des voix, des chants qui vous prennent aux tripes s’élèvent et c’est alors un mouvement rythmé à l’unisson qui envahit la foule costumée, maquillée…Les chants redoublent de puissance, les tambours aussi…et tout un Peuple semble en transe.

 

                                               

Pendant deux jours, nous assistons aux danses, aux chants. Hommes, femmes, jeunes, même les enfants sont heureux de transmettre leurs traditions et nous, nous sommes ravis, très émus de pouvoir les côtoyer car ils sont parmi nous, dans les tribunes, les couloirs... Nous les voyons se vêtir, se maquiller ! Ils sont partout ! 

            

Les meilleurs danseurs, danseuses, chanteurs, chanteuses sont classés et récompensés.

A l’ouverture du 2ème jour, nous avons droit à un spectacle beaucoup moins traditionnel. Chanteurs…Chanteuse finaliste de « the voice » USA et ayant chanté dans un « Mickael Jackson Tour »…se produisent…

                                               

Mais bien vite, la tradition « indienne » reprend le dessus et c’est une 2ème journée magnifique, exquise, enrichissante que nous vivons.

 

 

 

 

 

 

 

                            

 

 

Nous n’avons pas attendu la fin du spectacle, l’élection de la miss Indian World 2016- 2017…et autres…car la fête se terminait vraiment trop tardivement et nous étions loin de notre bivouac !

 

EN ROUTE POUR LE TEXAS


Après Albuquerque, nous traversons une région de plateaux peu peuplés. Qui dit altitude dit températures basses, elles avoisinent 0°. Nous rencontrons de la neige fraiche au sol, le vent souffle de gros flocons mais la route reste nette. Ce même soir, nous avons un vent terrible, nous trouvons un bivouac où Joline est un peu abrité derrière un bâtiment.

Il y a quelques petits «  ranches », peu de bétail, pas de cultures.

Nous nous arrêtons à LINCOLN, petite ville ayant gardé toutes les caractéristiques de l’époque où Billy le Kid parcourait la région avec en moins les énormes tueries qui s’y produisaient.

Nous visitons les musées, le Palais de Justice avec la prison d’où Billy le Kid s’est évadé avec l’aide de quelques complices, et où nous pouvons voir les impacts des balles sur les murs…Il fut tué, à 21 ans, par le sheriff Pat Garrett  quelques temps après !

 

 

 

                              

                                               

 

Plus loin, après Roswell, la ville où, peut-être, un OVNI a atterri il y a quelques années, le paysage est plutôt désertique mais nous allons vers le sud, l’altitude est de seulement 900 m, donc nous avons enfin très chaud !

A droite, à gauche, jusqu’à l’horizon, des derricks, des pompes à pétrole, des cuves, citernes, torchères, pipe-lines nous accompagnent.

Que voulez-vous, à chaque lieu, un intérêt différent ! Le Monde est varié !

 

                                               

 

 

Nous entrons au Texas et vous aurez d’autres nouvelles plus tard !

Merci à vous tous pour vos gentils messages et commentaires que nous adorons recevoir !

A bientôt !

                           

 

 



Publié à 18:11, le 7/05/2016, RIO GRANDE VILLAGE TX
Mots clefs :
.. Lien


LES GRANDS PARCS DE L'OUEST (suite)

LES GRANDS PARCS DE L’OUEST, suite.

 

Avant de quitter Las Vegas, nous allons nous replonger dans nos années de jeunesse à

HARD ROCK

C’est un Hôtel Casino très tendance, très prisé à cause des concerts qui y sont donnés.

Nous nous contentons d’admirer l’impressionnante collection d’objets rock : vêtements, costumes de scènes, instruments de musique …ayant appartenu aux plus célèbres rock-stars. Malgré leur grand nombre, nous n’avons vu aucun représentant de nos stars françaises !...

 

 

 

 

                                                           

 La journée a été pluvieuse et nous craignons pour nos futures visites qui seront en pleine nature… « Wait and see » !

 

LAKE MEAD – HOOVER DAM

Il pleut, des giboulées, depuis hier. Alors, en attendant que le beau temps revienne pour visiter le Grand Canyon, nous nous installons sur le bord du Lac Mead à la sortie de Las Vegas.

En fait, le soleil revient et nous passons une agréable après-midi.

Le Lac Mead est un lac artificiel formé grâce au Barrage Hoover sur le Colorado (Fleuve qui sert entre autres de frontière entre les états  Nevada et Arizona). D’immenses canyons ont été creusés par le fleuve …ce qui donne de superbes panoramas.

                            

 

En dehors des canyons, les paysages sont désertiques.

                                              

Nous allons sur le site du barrage, il date de 1931-35 et mesure 228 m de hauteur. C’est une œuvre impressionnante. La centrale électrique doit avoir une production d’électricité énorme !

  

Nous passons dans l’Etat de l’Arizona.

 

GRAND CANYON DU COLORADO

Nous arrivons sur un site grandiose. Une gigantesque faille creusée depuis 6 millions d’années par le Colorado met à nu des couches de roches vieilles de 2 milliards d’années…formant des plateaux, des flèches, des crêtes, des falaises de couleurs changeantes suivant d’où nous les regardons, où se trouvent le soleil, les nuages …et peut-être notre état d’âme !

                                              

Maintenant, le Colorado serpente au fond sur 450 km.

Nous empruntons la navette qui conduit à Hermits Rest sur le Rim Sud.

Puis, nous revenons au village à pied en suivant le sentier de corniche du Canyon. Nous faisons presque 20 km en admirant des points de vue sublimes. Le beau temps est avec nous et c’est, fourbus, que nous attendons le coucher de soleil !

 

 

 

 

 

 

                                     

 

Le lendemain, nous suivons le canyon sur sa partie Est. Le plaisir est tout aussi grand.

 

 

 

Plus loin, nous nous approchons du Canyon du Little Colorado : Le paysage est très différent mais très beau. Les « Navajo », car ils sont sur leurs terres, présentent des étalages de jolis bijoux qu’ils fabriquent avec des pierres naturelles de la région. Nous nous attardons un peu.

 

 

PAGE – LAC POWELL

Page est la ville au pied du Glen Canyon Dam, barrage formant le Lac Powell. La région est magnifique.

Le barrage mesure 216 m de hauteur et 91m d’épaisseur à la base, il fut construit de 1956 à 66.

                                              

 

Un jour, nous faisons une grande boucle partant du barrage, passant en Utah et revenant en Arizona via Kanab, Fredonia…

Vahveap view  et autres :

 

                                              

Toadstools  trailhead dans le Grand Staircase Escalande :

 

 

Passons dans la forêt “Kaibab National Forest” où il reste de la neige fraiche  tombée ces derniers jours (2400m d’altitude). 

                                              

Nous longeons « Vermillon Cliffs »et découvrons d’anciennes habitations des Indiens installées sous d’énormes rochers.

 

 

 

Plus loin, des falaises rouges :

 

Puis le ‘Navajo Bridge » 1927-1928 :

                                             

A Lees Ferry tout près de la Colorado River il y a un camping où nous passons la nuit.

Beau coucher de soleil :

 

Le lendemain, nous passons près de  « Cathedral Wash » :

                            

Mais surtout, nous découvrons au terme d’un sentier sablonneux, un méandre profond, extraordinaire du Colorado, à Horseshoes Bend (fer à cheval), de toute beauté, aux eaux vertes moirées, bordées de végétation aux couleurs soutenues.

                            

 

                                              

Les roches alentour ne sont pas de reste, voyez plutôt !

 

 

UPPER ANTELOPE CANYON

Le temps est redevenu absolument superbe, grand  soleil, ciel bleu. Le matin, nous réservons une visite du canyon.

Nous partons en jeep avec un petit groupe et le guide. Dès les premiers pas dans le canyon, nous sommes subjugués. C’est un canyon sculpté par l’eau, le vent, le sable et le temps. Il reste des formes sublimes : des vagues, des torsades, des drapés, des trous laissant plonger le soleil, tout cela découvrant d’élégantes stries …A chaque tournant nous retenons notre souffle…Nous sommes émerveillés.

 

                                              

                           

 

                                              

 

 

                                                                              

Des chouettes habitent les lieux.

                                              

 

Sur la route d’Antelope Point, près de la Marina, nous croisons Marie-Jo et André, des français d’Angers. Nous nous arrêtons, bavardons un peu et décidons de passer un moment ensemble au bivouac le soir même ( Walmart de Page !)

Chacun raconte son parcours, ses découvertes….Ayant fait et apprécié eux-mêmes une autre partie du Canyon Antelope, ils nous la conseillent. Ce que nous faisons le lendemain.

                                              

LOWER ANTELOPE CANYON

Cette fois, pas de jeep, nous y allons à pied par un sentier de sable, empruntons des échelles pour descendre dans le canyon et à plusieurs reprises pour changer de niveau.

A nouveau, nous nous émerveillons. Comme la nature fait de belles choses !

Parfois, le passage est étroit, pentu, glissant car du sable s’effrite et recouvre la roche…Nous progressons entre des spirales ocres, des vagues de teintes différentes, des surplombs ciselés…

                            

 

 

                                              

                                              

                                                 

 

MONUMENT VALLEY « NAVAJO TRIBAL PARK »

Ce n’est pas un parc national mais un parc géré par les Indiens “Navajo”. D’ailleurs, nous pouvons voir leurs étalages de bijoux sur beaucoup de sites, au Visitor Center, dans les magasins, les campings tenus par eux.

Nous avons l’agréable surprise de pouvoir faire le circuit de visite avec notre véhicule, ce qui nous laisse entièrement libres pour admirer, passer du temps….

Comme souvent, les formations rocheuses portent des noms en rapport avec leur ressemblance avec des personnages, des animaux…

                             

 

 

 

 

 

                            

Nous passons une journée vraiment agréable, il fait soleil et chaud.

Le soir, d’un petit camping à la sortie du parc,  nous attendons le coucher de soleil. Il fut plutôt discret !

 

Le lendemain matin, à 6 h, le lever de soleil n’était pas plus généreux !

 

                                             

Nous allons poursuivre nos visites mais avant, nous allons essayer de vous envoyer cet article.

Pour les intimes, rassurez-vous, Georges gère bien ses soins pour le moment et espère les espacer dans quelques temps.

A bientôt !  

 

                                        

                                                                                



Publié à 12:30, le 24/04/2016, dans BIENTOT FIN DES PARCS OUEST, Cortez
Mots clefs :
.. Lien


RETOUR EN CALIFORNIE

RETOUR EN CALIFORNIE

Bonjour à tous !

Nous revoilà ! En fait, nous devons vous avouer que les deux mois passés en France furent plutôt…intenses ! 

Bien sûr, nous avons revu la famille, les amis …dans la mesure du possible. Nous avons donc pris du plaisir à les retrouver mais nous avons surtout passé beaucoup de temps dans les cabinets médicaux. Georges a eu quelques problèmes de santé. Il a même fait un petit séjour à la clinique…

Maintenant, tout semble en ordre… (Presque !) et nous venons vous retrouver.

Nous vous joignons une carte succincte résumant l’itinéraire déjà suivi de mai 2015 à janvier 2016, ainsi que celui prévu, approximativement, pour la suite du périple.

                            

 

VOYAGE ET RETROUVAILLES

Après avoir passé bien des heures dans le train et surtout les avions, nous sommes arrivés à San Francisco jeudi 31 mars en fin de journée.

Le voyage fut long mais agréable car nous avons toujours voyagé de jour, avançant vers l’ouest donc fuyant toujours la nuit !!!

                                               

Nos amis Winnie et Steve nous attendaient à l’aéroport, situé à deux heures de route de chez eux.

Joline étant bien garée dans un hangar et nous bien fatigués…ils nous reçurent confortablement chez eux et ce n’est que le lendemain que nous retrouvions notre petite maison !

 

Nous visitons la propriété avec Winnie, une immense plantation de noyers.

                                               

Georges, avec l’aide précieuse et astucieuse de Steve et Winnie, réussit à changer l’huile de la boite de vitesses  spéciale de Joline…(ramenée dans la soute de l’avion car introuvable aux USA).

Un très grand merci à vous Winnie et Steve, car ici aux USA, dans les garages, personne ne veut toucher à nos mécanismes européens !

Nous parlons beaucoup voyages, visionnons les photos de leur séjour au Mexique et autres…dégustons les plats préparés par Steve…

 

                                               

Bientôt nous devons les quitter…avec regrets car des liens très forts se sont tissés… Winnie et Steve sont vraiment de chaleureuses personnes.

                                               

 

PARC NATIONAL YOSEMITE

Grâce aux minutieux, complets, précis plans de Winnie, nous arrivons très vite au Parc Yosemite.

En fait, en Californie, le printemps est déjà là. A la mi-journée il fait 25°, les arbres sont feuillés, les fleurs éclosent partout…Nous traversons une campagne très verdoyante.

Dans le parc aussi il fait bon, la neige a pratiquement disparu…quoiqu’il reste quelques petites plaques dans la forêt…

Nous découvrons d’abord une vallée de prairies verdoyantes traversée par la rivière Merced aux nombreux méandres, couverte par endroits de superbes pins.

 

  

 

Autour, s’élèvent d’immenses monolithes de granit et de spectaculaires cascades telles Upper et Lower Falls de 739 m de hauteur (en 3 niveaux).

Autour du Lac Mirror se dressent des falaises impressionnantes : El Capitan…Half Dôme, Ahwiyah Point et le Mont Watkins qui se reflètent joliment dans le lac.

 

                                               

                                          

En repartant, nous découvrons un paysage extraordinaire, résumant ce lieu enchanteur à « Tunnel View ».

                            

                                               

 

LA VALLEE DE LA MORT

Nous décidons alors, pour poursuivre notre visite, de repasser par la Death Valley, histoire de revoir les magnifiques paysages mais aussi de vérifier si la température est plus élevée qu’en novembre lorsque nous y sommes passés ! C’est bien vrai, il fait nettement plus chaud, même très chaud pour un début avril, avis des locaux !

 

 

 

 

                           

Puis, nous entrons au Nevada pour rejoindre Las Vegas ! Le désert est couvert de petites fleurs sauvages.

                          

                          

                          

                          

 

LAS VEGAS

Nous sommes heureux de retrouver ce lieu magique, grandiose.

Nous nous promenons dans Venetian, Palazzo, Bellagio, Cosmopolitan, Caesars Palace…Mirage… Paris Las Vegas … Tous des palaces magnifiques, somptueux du sol au plafond avec leurs casinos et salles de jeux, des jardins, des lacs…

En sortant de son copieux buffet, nous avons la chance de tomber sur le spectacle de jets d’eau dans le grand lac du Bellagio : musique et jets d’eau sont à l’unisson et cela est plus qu’envoûtant !

 

 

 

 

 

 

                                               

Nous avons bien tenté notre chance au casino mais celle-ci ne nous a pas souri !!! Notre petite mise de 10$ n’a pas impressionné la machine !!!

Maintenant nous continuons vers l’est, vers des paysages grandioses si nous en croyons les documentations.

A Bientôt. Bon printemps à vous tous !

                             

 



Publié à 19:41, le 9/04/2016, dans DEBUT DU SECOND SEJOUR, Las Vegas
Mots clefs :
.. Lien


DE NEW MEXICO A LA CALIFORNIE

DE NEW MEXICO A LA CALIFORNIE (San Francisco)

Enfin, il ne neige plus, nous reprenons la route plein ouest.

A la sortie de Gallup, ville typique de la route 66, nous découvrons le fameux « Rancho Hotel »qui a hébergé les stars des années 1940-1950.

Les rochers « Red Rock » ou  « Pyramid Rock »et « Church Rock » ne nous laissent pas indifférents.

 

 

                                                              

Bientôt nous passons dans l’état d’Arizona.

 

PETRIFIED FOREST NATIONAL PARK

C’est un bel endroit le « Painted  Desert »qui nous émoustille après toute cette neige.

                            

 

 

 

Nous empruntons la route de 45 km qui traverse le parc, sur laquelle il y a de beaux points de vue et d’où nous pouvons prendre des  sentiers menant à des lieux spectaculaires.

Les rochers, plutôt les formations de boue et sable agglomérés, durcis, sont magnifiques.

                             

 

 

 

 

 

 

Sur le site d’un « Indian Pueblo », ancien village indien, nous voyons quelques ruines et d’amusants pétroglyphes.

                                               

 

Mais le plus caractéristique, ce sont ces milliers de troncs d’arbres pétrifiés qui jonchent le sol.

Ils datent d’avant les dinosaures, soit 225 millions d’années.

Beaucoup de plantes et d’animaux fossilisés ont été trouvés sur le site.

Certains troncs sont restés de toute leur longueur, la plupart sont en fragments. Beaucoup restent enfouis dans le sol.

 

 

 

 

Différents minéraux créent les magnifiques couleurs et il est très impressionnant de marcher parmi eux.

 

 

Lorsqu’ils sont taillés, polis, cela fait de beaux objets de décoration.

 

Nous quittons ce lieu puis passons à Flagstaff, 2100 m d’altitude. IL y a beaucoup de neige : tant mieux pour leurs stations de ski !

                                               

Nous empruntons ensuite une route panoramique, la 89A, passons dans « Coconino National Forest » très enneigé aussi !

 

En nous rapprochant de Sedona, nous   avons de chaque côté de la route de beaux rochers.

 

 

SEDONA

La ville, très touristique, est située au milieu de majestueuses formations rocheuses ocre-rouges.

                                               

Bien sûr, comme d’habitude, nous suivons les sentiers et découvrons, il est vrai, de superbes cadres aux noms plutôt « imagés » :

La cheminée, la cathédrale, le palais de justice, la cloche, les oreilles de lapin, les jumeaux…une vrai chapelle perchée sur les rochers…

 

 

 

 

 

                                      

Il faut que l’on vous confie aussi pourquoi  nous avons tant parcouru ce site ! Devinez ? Eh bien, il est très connu comme étant un lieu de méditation, un « vortex meditation ». Il se dégagerait de ces paysages une beauté  spirituelle, une énergie terrestre unique. Beaucoup de personnes s’installent sur les « mesa », rochers plats, en position de méditation !

Voilà, nous avons voulu voir !

De l’expérience, nous sommes ressortis toujours aussi ravis … d’avoir la chance de pouvoir nous promener, admirer, contempler une si belle nature…Pour le reste ? Y a-t-il eu transmission d’énergie ?...Attendons !

 

DE SEDONA A LA CALIFORNIE

Après Sedona, nous passons à Prescott faire un tour de la ville historique, voir quelques-uns des nombreux édifices de style victorien inscrits au Patrimoine Historique National et aussi les restes de son passé de ville du Far West, avec ses saloons, ses maisons closes…

 

 

On dit aussi de Prescott que c’est le berceau mondial du rodeo. Malheureusement, nous ne passons pas à la bonne saison !

 

Ensuite, Georges voulait faire un tronçon de la fameuse «  Route 66 »dont je vous ai parlé plus haut, de Seligman à Topock.

Effectivement, nous pouvons découvrir le long de la route, dans chaque petite ville, un nombre considérable de curiosités typiques, rétros.

 

 

Nous avons aussi été beaucoup  attirés  par ces troupeaux de pronghorns rencontrés à plusieurs reprises.

 

Le paysage est désertique, nous retrouvons des yuccas qui agrémentent ces grandes étendues mais aussi d’autres jolies plantes.

 

                                               

Nous passons une très belle montagne et de l’autre côté, à Oatman, que voyons-nous ? Quantité de touristes qui flânent, caressent les petits ânes  « wild burros », au plein milieu de la route, devant les boutiques…

 

 

Ces boutiques aux enseignes des années 1926…peut-être !

                                               

Nous quittons la « 66 » à Topock, nous avons vu bien des villages «  rétros » !!!

Nous suivons le fleuve Colorado, arrivons au lac Havasu.

                                               

Ici, il fait très bon, nous ne sommes plus qu’à quelques 300 ou 400 m d’altitude. Il y a un soleil éclatant et partout des RV (camping-cars), caravanes géants, bateaux sont de sortie !

Nous  nous approchons du « London Bridge ». Ce pont original vient réellement de Grande-Bretagne.

                                               

Un anglais, ayant appris qu’on allait le détruire, l’acheta, le fit démonter, transporter près du Lac havasu sur le Colorado et remonter…L’ambiance est british alentour…

Puis nous passons dans l’état de Californie. Dès l’entrée,  «Contrôle de produits agricoles » ! Cela nous a rappelé l’Amérique du sud !

Deux dames inspectent nos fruits achetés en Arizona, à côté : ils doivent avoir un sticker collé dessus…Elles nous confisquent  une orange n’en portant pas !

Donc, avis aux voyageurs : N’achetez, avant de passer en Californie, que des fruits portant sticker !

Puis nous traversons le désert de Mojave, inhabité, nous voyons quelques villages abandonnés.

 

 

 

JOSHUA TREE NATIONAL PARK

Situé à la jonction des déserts de Mojave et Colorado (Sonoran), ce parc est admirable.

                            

                                                

De curieux rochers  couvrent  une grande partie du parc.

 Lisses, polis, arrondis, brisés, fendus, coincés entre d’autres rochers, un vrai fouillis, empilés les uns sur les autres…

Qui a empilé ces rochers ? Vous devinez ? Activité volcanique d’il y a des millions d’années …puis érosion !!!

Il est agréable de se faufiler entre eux, grimper de temps en temps afin d’apercevoir un peu plus loin…

 

 

 

 

                                               

Nous y trouvons de nombreux yuccas, des petits, des plus grands, mais aussi des arbres de Josué « Joshua Trees ». Il y en a de magnifiques avec leurs ramifications bizarres.

Ce doit être très beau au printemps lorsqu’ils sont fleuris…

 

 

                                      

Nous poursuivons vers Bakersfield où nous sommes déjà passés en novembre.

Le désert fait place aux riches plaines cultivées, aux immensités de vignes, d’arbres fruitiers. Actuellement, les orangers croulent sous les fruits bien mûrs.

 

Nous passons à Mojave City où il fait beaucoup de vent, près d’un parc de milliers d’éoliennes, des grandes, des petites, des champs de panneaux solaires…

    

Quelle différence de paysages, finalement sur une courte distance !…

Nous rejoignons San Francisco pour nous envoler vers la France !

A bientôt !

                          



Publié à 19:45, le 21/01/2016, dans FIN DU PREMIER SEJOUR, San Francisco
Mots clefs :
.. Lien


L'ARIZONA - LE NOUVEAU MEXIQUE

L’ARIZONA - LE NOUVEAU MEXIQUE…

 

Après Yuma, nous longeons toujours la frontière mexicaine, avec des paysages désertiques, des dunes.

                                                     

Nous passons dans «SONORA DESERT NATIONAL MONUMENT » qui compte une grande quantité d’espèces de cactus dont le cactus orgue, géant, en forme de colonne.

 

 

 

Au sud de Phoenix, il y a des cultures de maïs, coton, des plantations d’arbres…

 

Plus loin, TUCSON, 35% de sa population est d’origine mexicaine ou d’Amérique Centrale.

Nous visitons la partie historique, aisément, à pied. Nous découvrons « Pima County Courthouse, palais de justice avec une belle coupole, des statues dans les jardins, India Village un quartier aux maisons très colorées, Fox Théâtre, les ruines du Presidio (ancien fort de 1775 -1856), la Cathédrale Saint Augustine où le jeune prêtre nous cueille des pamplemousses dans le jardin…

 

               

 

 

                                               

 

A l’ouest de la ville, nous nous rendons dans «SAGUARO NATIONAL PARK WEST » où s’élèvent de vraies forêts de cactus, des buissons du désert. Ils sont plus amusants les uns que les autres avec leurs ramifications quelquefois originales !

 

 

 

Nous poursuivons jusqu’à « DESERT MUSEUM » un immense, magnifique musée.

Nous y trouvons toute la vie du désert, des plantes endémiques, des minéraux…

 

 

 

Des  animaux : des loups du Mexique, ours brun, lion de montagne appelé puma, ocelot, renard, lynx,  bighorn, chiens de prairie, castors, serpents…oiseaux…

 

 

 

 

 

                                               

         

A quelques kilomètres, nous apercevons au loin  «MISSION  SAN XAVIER  DEL BAC ». C’est le plus ancien bâtiment européen d’Arizona encore en fonction. Bien sûr, nous la visitons. Quelle surprise ! C’est un mélange d’architectures mauresque, byzantine  et Renaissance mexicaine.

L’intérieur est surprenant : Beaucoup de statues de bois peint, de frises, de tableaux…une crêche originale, indienne.

 

 

                                               

 

Ensuite, nous passons par SONOITA, le paysage est désertique, avec de belles lumières.

                            

 

 

Plus à l’est, nous entrons dans BISBEE, ancienne cité minière. On exploitait le cuivre, mais aussi l’or, l’argent, le plomb, le zinc en quantités incroyables avec des évaluations de revenus fabuleuses, stupéfiantes. Elle ferma en 1975.

 

 

Georges peut visiter l’ancienne mine « Queen Mine ». Dommage que les explications soient uniquement en anglais. Les termes spécifiques aux mines, techniques…nous sont inconnus…

 

 

                                               

 

TOMBSTONE , à quelques kilomètres, est pittoresque ! Au 19ème siècle, c’était une ville minière en plein essor. Nombreux étaient les saloons, les maisons closes, salles de jeux…et bien sûr, les règlements de comptes !

De fameuses fusillades eurent lieu ici. Notamment les échanges de coups de feu légendaires entre les Earp, Doc Holliday, les McLaury et Billy Clanton le 26 octobre 1881.

Reconstitution en « live » dans OK Corral ! Fun !!!

 

                                               

Rues, édifices dont « Bird cage Theatre » sorte de maison close, de jeux…où ces dames accueillaient les messieurs dans ces sortes de « cages » sous le plafond.

 

 

                                               

 

Promenades en diligences :

                            

Ce fut une visite extrêmement distrayante.

 

CHIRICAHUA NATIONAL MONUMENT

Ce parc est au cœur du « Chiricahua Mountains ». Ces montagnes étaient la patrie des Apaches Chiricahua. Ils appelaient cet endroit « le pays des rochers qui se tiennent debout ».

Pendant des années, partant de ces montagnes, guidés par Cochise  et Geronimo (Vous vous souvenez ?) ils lancèrent des attaques contre les pionniers…envahisseurs. Leur résistance n’a pu arrêter la colonisation et ils durent capituler en 1886. Ils furent transférés dans une réserve d’Indiens… A méditer !

Ce parc est peuplé d’étranges rochers sculptés. Allons ! Direz-vous, encore des formations géologiques, de l’érosion…Eh bien non, je ne vous en dirai rien !... Bien que…sachez tout de même qu’ici, c’est encore un peu différent !

Les pentes des monts sont hérissées de nombreuses flèches rocheuses, souvent très hautes, de colonnes, de rochers en équilibre, empilés joliment…

Bien sûr, nous empruntons les sentiers de randonnées, il a neigé, il fait froid, mais nous pouvons admirer tout de même un bien beau paysage encore !

 

 

 

 

 

                                                   

Nous y rencontrons différentes sortes d’arbres dont les « juniperus alligator », des oiseaux comme le « Mexican jay ».

                                               

                       

 

LAS CRUCES – MESILLA

Nous voilà maintenant dans l’état du Nouveau Mexique où nous passons les fêtes du Nouvel An.

Nous visitons « Old Mesilla », très agréable avec ses rues, ses bâtiments de style hispano- mexicain et affichant pour nombre d’entre eux des souvenirs des célèbres « voyous » de l’époque : Billy le Kid…

  

 

 

                                                             

Dans cette région, nous découvrons de grandes plantations de noix de Pécan.

 

 

WHITE SANDS  NATIONAL  MONUMENT

Quel paysage éclatant ! Un bassin couvert de dunes de sable blanc ! C’est un sable spécial provenant du gypse des montagnes environnantes. La pluie, la neige dissolvent ce gypse et l’entrainent dans ce bassin où le vent, le gel le réduisent en sable.

Actuellement, le phénomène   continue, les dunes changent de place au gré des vents…

 

 

 

 

 

                            

 

VALLEY OF FIRES STATE PARK

Nous nous rendons à Albuquerque, traversons des paysages plutôt désertiques, voyons des villages « fantômes », abandonnés, passons dans le pays de Billy le Kid …

                                               

La neige est très présente sur les montagnes, les collines et sur les plateaux (Nous sommes toujours à plus ou moins 1 500 m d’altitude) mais les routes sont bien dégagées.

                                               

Nous découvrons un bassin près de Carrizozo où des éruptions de laves sont sorties du sol par des fissures…il n’y a pas de volcan ici. C’est très curieux.

Des plantes ont envahi  le lieu, ce qui est charmant.

 

 

 

Puis, nous avons un paysage vallonné avec des arbustes, nous sommes toujours sur un plateau à plus de 2000 m d’altitude.

Nous passons près du site « TRINITY SITE » où le 16 juillet 1945, il y eut l’essai de la première bombe atomique et où les personnes s’occupant du projet avaient déjà des états d’âme, malgré l’obligation de poursuivre !

 

Actuellement, il y a une grande zone militaire aux alentours.

A San Antonio, Socorro, il y a de la neige…Les températures sont basses, jusqu’à -6° le matin, quand le soleil sort la journée, il fait bon.

                                                  

 

ALBUQUERQUE

Nous arrivons à Albuquerque.

                                               

Nous visitons « Old Town », la ville historique fondée en 1706.

Les maisons en pisé, avec arcades souvent, sont très représentatives de l’histoire de la ville.

Les clochers de son église San Felipe de Neri , 1793,sont visibles de loin.

 

 

 

Nous  visitons « Albuquerque Museum of Art and History ». Nous y découvrons beaucoup de documents sur les cultures hispanique, mexicaine et anglo-saxonne de la ville, son histoire… une section peintures…

 

 

                

Et à l’extérieur, de belles statues de bronze.

 

                                                               

Au centre de la ville passe la fameuse route « 66 »appelée « Mother Road » (Mère de toutes les routes des USA). Celle-ci  traverse la Californie, l’Arizona, le Nouveau- Mexique…Elle va de ChIcago à Los Angeles, 640 km.

Elle est émaillée de curiosités datant souvent de sa construction 1926, de vestiges rétro de toutes sortes.

                                               

Nous quittons Albuquerque, prenons la « 40 » jusqu’à Grants et nous décidons de suivre la « 53 », nous sommes encore sur un plateau désertique à plus de 2000m. Nous trouvons de la neige par endroits, le vent est glacial.

 

EL MORRO NATIONAL MONUMENT

Nous pouvons admirer de superbes rochers près desquels il y a un point d’eau permanent provenant  du ruissellement des eaux  de pluie, neige sur la falaise. Donc de tout temps, les hommes se sont rendus dans ce lieu bénéfique.

C’est pourquoi nous pouvons voir sur les parois des pétroglyphes datant de plusieurs siècles , des inscriptions , quelquefois très belles, de 1600 etc…faites par les conquistadors espagnols, les pionniers anglo-saxons, les américains (armée et autres)relatant leur passage.

 

 

 

 

 

Nous passons la nuit dans le camping du site, très modeste, paisible, tout à fait à notre goût. Le lendemain, nous continuons la visite. Le sentier, parmi les rochers, nous conduit jusqu’à des ruines d’un ancien village du peuple Anasazi (indiens Zuni) datant de 1275 et dominant la vallée.

 

 

                                               

La promenade fut agréable et nous retrouvons, dans un petit musée,  des objets retirés des fouilles ainsi que des panneaux, photos  explicatifs.

                                               

 

ZUNI PUEBLO

En fait, le même peuple, à une époque, a migré un peu plus loin et nous visitons leur village actuel.

Dans le « Old Zuni » nous visitons « Nuestra  Senora de Guadalupe » l’église de la mission établie vers 1630 et restaurée. A l’intérieur, de magnifiques fresques ornent les murs latéraux, représentant les danses en costumes et masques, les « Kachinas », qui ont lieu à chaque saison sur la place centrale.

Notre guide nous explique et nous laisse du temps pour bien observer les détails (nous étions seuls !) mais il est absolument interdit de photographier.

Ensuite, autour de la place centrale, les bâtiments en pierre ont aussi été restaurés et de leurs toits en  terrasses, les gens peuvent regarder les danses car la tradition continue.

Le musée, qui devait  normalement être ouvert,  est resté obstinément fermé l’après-midi !

Quant au village lui-même, il ne nous a pas séduits. Pas de maisons d’époque, nous pouvons seulement voir partout dans le village les fours traditionnels en adobe utilisés pour cuire le pain surtout mais aussi les viandes…

Ce peuple est connu comme étant de fins joaillers, travaillant l’argent et les pierres, des potiers…

Certainement à cause du froid, les ateliers ne sont pas ouverts…d’ailleurs, où sont les ateliers, les magasins ?

Alors, nous partons, très déçus vers Gallup.

 

 

 

 

 

GALLUP

IL neige, nous ne pouvons pas faire les visites et les randos alentour prévues…alors, nous nous occupons à préparer le futur article de blog ! C’est-à-dire celui-ci !

Nous profitons de moments d’éclaircies pour visiter la ville.

                                               

Elle possède de beaux bâtiments, le Théâtre, le Palais de Justice et surtout de belles peintures sur les murs dans les rues, les « murals ». Elles représentent toujours l’histoire, la vie ici.

 

 

 

 

                                               

 

Actuellement, nous quittons le Nouveau Mexique, repasserons en Arizona et Californie pour retourner à San Francisco. Nous prendrons l’avion fin janvier pour rentrer quelques temps en France. D’après la loi américaine, même avec un visa de 10 ans comme nous, au bout de 6 mois nous sommes dans l’obligation de rentrer dans notre pays d’origine pour un temps, même très court  et nous pouvons revenir ensuite …

Nous continuons les visites sur notre chemin mais peut-être que nous n’aurons pas le temps de vous envoyer un autre article avant notre départ.

Nous espérons bien continuer notre périple, et à nouveau vous faire profiter des choses intéressantes, belles que nous découvrons !

A bientôt.

 



Publié à 13:29, le 8/01/2016, dans ARIZONA NEW MEXICO, Gallup
Mots clefs :
.. Lien


FETES DE FIN D'ANNEE

                                          FETES DE FIN D’ANNEE

                 

 

L'année 2015 prend fin, les fêtes approchent, nous venons souhaiter à tous un très joyeux Noël et tous nos voeux de Bonheur pour 2016.

 

                                                      JOYEUX  NOEL  

 

             MEILLEURS  VŒUX  POUR  LA  NOUVELLE  ANNEE

 

      

 

 



Publié à 17:50, le 23/12/2015, dans NOEL NOUVEL AN, Tucson
Mots clefs :


SUD DE LA CALIFORNIE

SUD DE LA CALIFORNIE

PURISIMA  MISSION  STATE  HISTORIC PARK

Près de Lompoc, nous découvrons une mission espagnole, superbement restaurée qui contient des bâtiments en adobe, églises, habitations, magasins, ateliers et fours où on fabriquait et cuisait les tuiles, cuves et fours où on fabriquait le savon, les bougies…Avec tant et tant d’objets authentiques que nous nous croirions presque dans la mission à l’époque de sa pleine activité.

                                                               

 

 

 

Des enclos d’animaux, un jardin qui doit être magnifiquement fleuri au printemps.

                                               

C’est la plus belle, la plus complète de toutes les missions visitées. Ce fut un régal.

De plus, nous y avons rencontré Carine, jeune dame parlant français nous proposant un coin de sa propriété pour y faire un break si nous le désirons…

 

SANTA BARBARA

Très agréable ville côtière avec ses promenades le long de l’océan, ses plages, son port, sa très ancienne jetée de bois de 1872 et ses boutiques colorées : le Stearns Warf.

 

 

Un centre-ville d’où transpire un peu une atmosphère mexicaine, avec un bel Hôtel de ville…

Nous visitons le Musée Maritime, y trouvons encore énormément de choses intéressantes.

 

 

 

TOPANGA : BREAK CHEZ CARINE

Passant sur la Côte au pied de son village qui se trouve sur les hauteurs deMalibu, nous faisons une petite ascension par une route qui se termine en piste au final et découvrons la grande propriété de Carine et ses deux adorables chiens, Brando et Théa.

Nous sommes très gentiment accueillis : « Installez-vous où vous voulez » !

Nous y passons presque deux jours, nous nous promenons dans les collines…discutons avec Carine…

 

 

Cela fait un bien immense avant d’affronter Los Angeles…moins champêtre certainement !

Merci infiniment Carine pour ton très chaleureux accueil.

                             

 

LOS ANGELES DIT  LA

Comment s’y prendre pour visiter une aussi grande city : l’agglomération comporte 86 petites villes avec 15 millions d’habitants ? Telle  fut la question posée.

Nous étudions toutes les possibilités. A pied, impossible car les lieux principaux à visiter sont trop éloignés les uns des autres. Le métro fut retenu car intéressant mais tout de même, nous craignons les pertes de temps pour prendre les tickets, repérer les emplacements des visites par rapport aux stations etc…etc…L’immensité est affolante !

De plus, il faut que la visite soit efficace et rapide car nous sommes sur un camping à Santa Monica, à côté de l’aéroport, le plus près possible de la ville… mais coûteux…

Une autre possibilité fut envisagée et retenue.

Tôt le matin, du camping, nous prenons un taxi nous menant jusqu’au départ de bus « Starline City sightseeing, Hop- on Hop- off »à  une quinzaine de kilomètres.

Ce système suppose une coordination de trois bus se succédant pour parcourir trois zones essentielles. Des arrêts sont prévus, nous avons la possibilité  de descendre, visiter un lieu précis et reprendre le bus suivant. Nous possédons des audio-guides en français, ce qui est très appréciable.

Nous avons donc visité Los Angeles de 9h 30 à 17h passées…tout cela sans déjeuner ! La journée a été bien remplie ! Bien sûr, nous n’avons qu’un aperçu mais nous sommes heureux d’avoir adopté cette formule.

 

Camping : Cherchez nous !

                                               

Le bus « Yellow Route » parcourt Santa Monica, Westwood, Beverly  Hills  qui est un énorme quartier où les vedettes de cinéma et les milliardaires possèdent de luxueuses demeures, de belles voitures…où vous pouvez parfois les rencontrer dans la très chic rue Rodeo  Drive.

 

 

 

 

 

                                               

Le bus « Red Route » continue Beverly Hills, Melrose Avenue pour le shopping dans les magasins de luxe,  Farmers Market et The Grove,  Walk of Fame  qui est une rue où des  étoiles sont incrustées dans le sol pour rendre hommage à plus de 2000 célébrités,  Hollywood,  Paramount Studios….Il y a de très nombreux studios où sont tournés des films, des séries télévisées à longueur d’années…

 

 

 

 

 

 

 

Le bus  « Purple Route »  qui parcourt Downtown : Le Centre-Ville.

Nous voyons  Jewelry District, Staples Center,  City Hall (Hôtel de Ville), la rue des Théâtres, Walt Disney Concert Hall,  d’autres édifices et quartiers, Chinatown,  Little Tokyo,  Temple Juif…L’Eglise Nuestra  Senora la Reina…des musées.. .

 

 

 

 

 

                                               

Il faut dire qu’à Los Angeles, il y a de très nombreuses nationalités regroupées en quartiers.

Les palmiers de Los Angeles sont particuliers, très hauts. En fait, c’est une espèce importée principalement d’Amérique du sud.

                                               

 

LONG BEACH

Long Beach se situe dans la partie sud de Los Angeles.

Le paquebot britannique Queen Mary 1936 est amarré dans une partie portuaire depuis 1967. Il était plus grand et plus luxueux que le Titanic…Il a fait plus de 1000 traversées de l’Atlantique, transportant des personnages de renommée mondiale et aussi  bien des militaires….

Maintenant, c’est un Hôtel Restaurant de grand luxe.

 

 

                                                               

Nous voyons aussi  2 magnifiques voiliers avec les matelots dans les cordages, hissant les voiles…

 

                           

Nous nous promenons dans Shoreline Village, découvrant ses bars, ses restaurants aux façades colorées, ses chanteurs et musiciens de rues…

                                               

 

Sur un petit promontoire qui permet une vue panoramique, un phare.

 

Sa plage plutôt déserte tôt le matin et hors saison laisse deviner une grande animation en plein été.

                                               

 

SAN DIEGO

Encore plus au sud, presqu’à la frontière avec le Mexique, nous visitons San Diego. C’est une très grande ville et nous choisissons de visiter quelques lieux incontournables.

Au Centre-Ville, Downtown, nous parcourons «  Gaslamp Quarter » où les saloons, salles de jeux…des années 1860 ont été bien restaurés et occupés par de nombreux bars, restaurants, clubs, boutiques, galeries… Le style des maisons victoriennes est remarquable.

Nous voyons Convention Center et les magnifiques, curieuses tours tout près.

 

 

                         

USS Midway Museum

Nous passons une matinée à visiter le porte-avions Midway (1945-1991).

Nous possédons les audio-guides en français. Quel soulagement, pas besoin de se décarcasser à traduire les panneaux explicatifs !

Nous avons accès à tous les lieux de vie, de travail, telles les cabines, les salles des machines …même la prison ! Et surtout à l’immense pont d’envol et atterrissage sur lequel nous pouvons observer plusieurs avions et hélicoptères qui ont participé à différents  conflits, telle la guerre du Vietnam etc…

 

 

                                                               

 

 

 

Tout près, au Maritime Museum, se trouvent de grands voiliers historiques comme le Star of India de 1863, un sous-marin…

 

 

Old Town State Historic Park, la Vieille Ville, est très intéressante à voir. C’est ici que Junipero Serra le missionnaire Franciscain de Majorque fonda sa 1ère mission.

Un village se développa autour, celui-ci fut restauré et nous permet de découvrir les édifices d’époque en adobe quelquefois, de style espagnol, transformés en musées renfermant objets, meubles, machines, moyens de locomotion…d’époque.

                             

 

 

 

 

                                                               

Tout près, nous entrons dans l’Eglise catholique de l’Immaculée Conception.

                                               

 

Nous tenons à visiter encore une fois une mission : Mission Basilica San Diego de Alcalà.

La 1ère mission fondée en 1769 a été déplacée de quelques « miles » en 1774 pour cause de manque d’eau, de terres fertiles et pour se rapprocher du peuple indigène(Kumeyaay ).

Là encore, les bâtiments sont magnifiquement restaurés, sont entourés de superbes jardins avec arbres et plantes exotiques. Lorsque les bougainvillées sont en pleines  fleurs, cela doit être extraordinaire !

 

 

 

Balboa Park

Nous ne pouvons pas quitter San Diego sans aller nous promener et visiter ce parc.

Il héberge une quinzaine de musées dont «  Timken Museum of art » qui expose d’anciens tableaux de Maitres ( Rubens,  Velazquez, Rembrandt…), des peintures américaines, des icônes russes…

 

                                               

                                                       

De somptueux jardins, des édifices de style colonial et Renaissance espagnol construits pour la plupart à l’occasion de deux importantes expositions internationales (1915-16, 1935-36), la 1ère à l’ouverture du canal de Panama.. .

 

 

 

Le Botanical Building, un bâtiment de structures de lattes de bois (1915) contenant plus de 2000 plantes tropicales…

 

 

Des espaces consacrés aux spectacles, un zoo…

Ce fut encore une découverte marquante. La visite de San Diego est tout à fait séduisante.

 

DE SAN DIEGO  A YUMA

Nous quittons la côte Pacifique, nous prenons la route 8 et roulons le long de la frontière mexicaine. Très vite, les paysages changent, ce sont des collines de rocs énormes, des étendues désertiques qui nous attendent.

 

                                               

Vers El Centro, avec une irrigation certainement bien étudiée et un soleil toujours présent, nous trouvons des immensités de champs cultivés. Actuellement, ce sont les salades qu’on ramasse.

Elles sont coupées à la main, posées sur un tapis, reprises  immédiatement par d’autres ouvriers qui les installent dans des cartons, ceux-ci  sont empilés et de suite transférés sur des remorques…

 

                                               

Puis, très vite, le désert reprend ses droits et de très belles dunes s’élèvent de chaque côté de la route. Pas de végétation ou peu. Pas d’animaux visibles non plus !

Il fait chaud le jour mais comme nous sommes en hiver, les nuits sont fraiches.

 

 

                             

 

Maintenant, nous quittons la Californie pour entrer dans l’Etat de l’Arizona où nous passerons les fêtes de fin d’année, certainement seuls car, par ici, nous n’avons pas fait de rencontres !

Nous tenons spécialement à vous remercier pour vos messages. Certains sont vraiment touchants, émouvants et nous vous en remercions. Nous vivons notre voyage à vos côtés…

                                                              A bientôt !

 



Publié à 12:17, le 23/12/2015, dans CALIFORNIE FIN, Tucson
Mots clefs :
.. Lien


D'EUREKA A SAN LUIS OBISPO

LA COTE CALIFORNIENNE

D’EUREKA A SAN LUIS OBISPO

 

REGION DES FORETS DE SEQUOIAS

Il y a 10000 ans, avant la dernière période glaciaire, les séquoias couvraient une grande partie de l’hémisphère nord. Maintenant, on ne les trouve plus que dans une étroite bande côtière du sud de l’Oregon jusqu’au sud de San Francisco en Californie.

Nous avons déjà visité le Parc Séquoia  plus dans les terres qui possède, lui, des « séquoias géants »qui poussent sur les pentes ouest de la Sierra Nevada entre 1200 m et 2400 m d’altitude.

Près de la côte pousse le « séquoia côtier ou redwood » qui est l’arbre le plus haut connu. On le trouve depuis le niveau de la mer jusqu’à 900 m d’altitude. Il peut mesurer 120 m de hauteur et plus de 17 m de circonférence, il peut venir à 2000 ans.

Dans le parc « Humboldt Redwoods State Park », mais aussi en parcourant la plupart des routes de la région, nous pouvons découvrir cette forêt tempérée humide avec sa végétation complexe, ses immenses arbres qui montent droit vers le ciel, desquels vous ne pouvez pas apercevoir les aiguilles au sommet, près desquels vous vous sentez si minuscules !

 

 

              

                           

Un cycle de vie, une sorte de chaine, est établi depuis des millénaires entre les arbres debout ou tombés, morts, les fougères et autres plantes, les insectes, les termites, les champignons, les bactéries, les rongeurs, les oiseaux pour l’habitat et la nourriture de ceux-ci.

Ils dépendent tous les uns des autres. La décomposition revient à la terre qui nourrit à nouveau les arbres etc…

 

Anecdote : En 1917  , un certain Charles Kellogg s’est construit une sorte de camping-car dans un tronc de séquoia-redwood dans le but d’aller montrer au monde l’importance de préserver ces magnifiques et énormes arbres…

                               

 

REGION DES VIGNOBLES

Le long de Russian River…vers Ukiah, Boonville…nous traversons les vignobles, souvent à flanc de côteaux. Cette région nord de San Francisco possède des domaines viticoles réputés.

Nous avons le plaisir de les découvrir en automne (ici, l’hiver n’est pas arrivé !), les couleurs sont éclatantes.

 

 

 

MENDOCINO

Ce charmant village perché sur un promontoire au bord du Pacifique a de jolies maisons en bois, d’époque. Nous y découvrons les « water towers » réservoirs d’eau, bien conservés, un peu partout dans la ville.

 

 

La côte y est pittoresque, les rochers escarpés, les vagues écumantes se brisent sur de nombreux écueils, les falaises… 

  

 

FORT ROSS  STATE HISTORIC PARK

 

Sur un littoral accidenté fut construit en 1812 un fort, un comptoir marchand qui était le poste le plus méridional des expéditions commerciales de la Russie Tsariste.

Depuis très longtemps, de nombreux russes, sibériens…s’étaient installés au sud de l’Alaska (Kodiak etc…).Ils faisaient surtout le commerce des peaux (loutres de mer de grandes valeurs, peaux de phoques…)

Ce fort, construction en bois, comprend deux tours de guet, une église orthodoxe (1ère en Amérique du nord en dehors de l’Alaska).

                                              

Les logements des officiers, les bâtiments renfermant les matériels agricoles, l’armurerie avec armes et munitions, les bâtiments de traitements et expéditions des fourrures…

Au centre, un puits à balancier et à l’extérieur de l’enceinte, un moulin à vent, les villages où vivaient les paysans, les artisans…

 

 

 

La visite fut très intéressante.

 

SAN FRANCISCO

Nous arrivons à San Francisco par le très connu et impressionnant pont « Golden Gate Bridge », construit de 1933 à 1937, long de 2,7 km.

                                             

Nous nous installons sur un parking tranquille tout près d’  « Aquatic Park » et du centre- ville.

De là, nous partons à pied visiter la ville qui comporte 43 collines. Presque toutes les rues ont un degré d’inclinaison inimaginable. Se promener à San Francisco relève de l’exploit ! Le soir, les cuisses et les mollets sont « affutés » !

                                                                                              

La ville est dotée de quelques lignes de bus, de tram, les « cable-cars ». Ceux-ci sont amusants quand ils dévalent vivement les rues en pente.

 

 

De plus, au bout de chaque ligne, le cable-car arrive sur une plateforme, des garçons s’emparent alors de sortes de poussoirs et poussent, poussent …La plateforme tourne et le cable-car  se retrouve alors dans le bon sens pour repartir ! Manœuvre très pittoresque !

 

Nous visitons :

Les Eglises  « Grace Cathedral », église construite en 1849, détruite en 1906 puis reconstruite et   Saint-Pierre…

                                              

 

 

Le musée « International Art Museum of America », certaines œuvres d’artistes contemporains nous surprennent un peu ! 

                                             

Différents quartiers avec les Grands Magasins, de beaux édifices, la Pyramide…et de belles rues.

 

 

                                               

Le quartier « Chinatown » qui a une trop longue histoire pour la raconter ici…

 

Du quai de la rue Hyde, nous pouvons admirer de superbes navires historiques, à voile et à vapeur.

Balclutha, trois-mâts de 1886, qui au 19ème siècle transportait le blé de Californie vers l’Europe…

                                             

Eureka,  Hercules : 1907, Alma…l’Eppleton Hall : petit remorqueur en acier de 1914.

 

Nous pouvons voir en plein océan la célèbre ile Alcatraz : ancienne prison la plus célèbre des USA d’où s’est peut-être évadé Frank Morris en 1962…

 

 

Puis…sur le parking de notre bivouac, un panneau indiquait que cette nuit, précisément (3 fois par semaine) de 2 h à 6 h du matin serait effectué le nettoyage (Dans ce cas tout véhicule gênant est évacué à la fourrière). Imaginez, avec nous dedans !!!

Nous partons donc nous installer sur un immense parking en front de mer vers la Marina Green.

Jo disait : «… Un bivouac de rêve ! ». Le bivouac de rêve fut de courte durée. A 23 h, un garde frappe…nous dormions, il fait nuit vers 17 h, nous ne nous couchons pas tard…

Après quelques explications, nous comprenons que le parking est fermé et que nous devons sortir…Nous le suivons quelques 500 m.

Effectivement, il stoppe, ouvre une large barrière (ouverte à notre entrée !!!). Nous sortons, il referme soigneusement et nous terminons la nuit de l’autre côté de la barrière !

Sur le matin, les innombrables cornes de brume des bateaux qui croisaient tout près se sont chargés de bien nous réveiller !

Un épais brouillard avait envahi la côte. Notre projet de monter sur le fameux pont « Golden Gate »...tombait à l’eau ! Nous ne verrions rien de la ville, de la baie de San Francisco, de l’ile d’Alcatraz…

L’après-midi, le brouillard s’est levé, nous avons donc pu voir de près ce symbole et le parcourir.

 

                                             

Nous avons pu admirer un beau panorama.

 

Nous sommes heureux d’avoir  « entrevu » San Francisco, mais nous avons découvert une triste réalité…qui se répète, nous le savons, indéfiniment dans le monde…Des sans-logis couchés sur les trottoirs, déambulant avec souvent leur petit grain de folie les poussant à crier, gesticuler…fouillant les poubelles… sont extrêmement nombreux.

Une telle quantité de pauvres gens nous a vraiment impressionnés et attristés.

Ne trouverons- nous jamais la clé pour changer tout cela ?

Au sud de San Francisco, la côte est plutôt sauvage, avec des plages où l’on peut voir tôt le matin les surfeurs chevaucher les vagues.

 

 

ANO  NUEVO  STATE  PARK

Nous nous arrêtons visiter un parc qui protège la plus grande colonie de reproduction au monde d’éléphants de mer, du nord.

Les mâles pèsent près de 2 ½ tonnes. Ces animaux vivent de novembre à mars sur cette partie de la côte. Dès leur retour de migration, les femelles mettent bas puis les mâles constituent leur très important harem, ils se battent violemment pour établir leur dominance. Puis vient le moment de l’accouplement.

Pendant toute cette période, ils ne mangent pas, ils vivent de leur réserve de graisse.

Ensuite, dès fin mars, ils regagnent l’océan et migrent jusqu’en Alaska, aux Iles Aléoutiennes…Les mâles surtout suivent la côte, tandis que les femelles, montant moins haut en latitude, vivent au grand large. Tous se nourrissent et amassent de la graisse, puis ils redescendent sur les côtes californiennes jusqu’au Mexique.

Cette espèce d’éléphants de mer, sensiblement différente de celle rencontrée en Amérique du sud, vit uniquement dans l’hémisphère nord (du Mexique à l’Alaska).

Nous les avons donc observés à différents points de vue de la côte où ils sont par groupes de 40 à 60…quelquefois.

Certains dorment, vautrés sur le sable ou les rochers.

 

                                              

D’autres ébauchent des batailles ou se font des câlins.

 

Certains se déplacent rapidement pour éloigner un adversaire ou aller nager, jouer dans l’eau.

 

D’autres encore soulèvent pesamment leur  tête, ouvrent la gueule et poussent un cri rauque.

                                             

Nous pouvons voir aussi des loutres de mer « faisant la planche », elles sont amusantes.

Nous avons passé une journée plus qu’agréable.

 

Nouvelles alertes en bivouac.

Alors que nous étions super bien installés sur un parking en front de mer, sans panneau d’interdiction, la nuit était tombée depuis une heure à peine, nous nous occupions d’enregistrer les photos du jour à l’ordinateur quand tout à coup, près de nous, une interpellation au porte-voix… Jo ouvre pour voir de quoi il s’agissait. C’était bien pour nous…puisque seuls ici…Le sheriff en personne, sans se rapprocher, nous explique que nous ne devons pas camper ici… Jo, toujours stoïque, demande : « Please,  only one night»?... Alors, on entend : « One night… OK »…

Nous dinons tranquillement et nous nous couchons donc très sûrs de notre bon droit.

A 23 h30, un brutal toc-toc… Je me lève. Deux « rangers » brandissant une lampe torche m’expliquent….Je leur dis que nous avons visité un parc jusqu’au soir…que nous avons l’accord du sheriff…  « OK, OK…mais vous partez demain ! »…

Cela fait beaucoup pour une seule nuit ! En fait nous étions déjà dans un autre « State Park »…où il est interdit de faire du bivouac libre !

Quelques temps après cette petite mésaventure, dans une même situation, ils n’ont rien voulu savoir et nous avons dû nous rendre immédiatement  dans un camping à quelques kilomètres. Que les amis non-voyageurs se rassurent, cela arrive assez fréquemment !

 

MONTEREY

Situé dans une jolie baie, Monterey est très plaisant.

Dans le centre-ville, le vieux Monterey, nous pouvons suivre un circuit où se trouvent maints édifices  historiques  en brique ou en adobe du 19ème siècle, bien restaurés de façon à préserver les racines mexicaines et espagnoles.

Nous voyons la maison où Stevenson a vécu quelques mois.

                                             

Hall City, Custom House et autres.

 

 

Le port…San Carlos Cathedral…

 

 

 Le” fisherman’s  warf “ est  très  pittoresque. Nous pouvons y déguster les “clam-chowders”, spécialité régionale, sorte de soupe de crustacés présentée dans un pain rond.

 

En dehors de la vieille ville, nous visitons le phare « Point Pinos Lighthouse » de 1855. Son histoire est retracée à l’intérieur.

                                                             

 

« Monarch Grove Sanctuary Park » attire beaucoup de visiteurs entre octobre et février. A cette époque, plus de 25000 papillons monarques migrateurs se rassemblent ici dans un bosquet d’eucalyptus. Ils viennent de la zone frontalière avec le Canada (ils ne vont pas plus haut) , arrivent sur la côte californienne et dans une petite zone du Mexique.

Après le cycle normal de reproduction, lorsqu’ils sortent papillons, ils peuvent vivre de 6 à 8 mois.

Nous en avons donc vu de près, posés sur des fleurs, au soleil mais surtout agglutinés en grappes sur les branches des eucalyptus. C’est impressionnant.

 

                                              

 

« Point Lobos State Natural Reserve »

                                                             

Le littoral rocheux est déjà superbe mais lorsque nous arrivons ici, nous entendons de nombreux aboiements rauques…Sommes-nous près d’une chasse car les cris ressemblent beaucoup à ceux des chiens poursuivant du gibier ? Non, bien sûr, ce sont d’innombrables « seals lions », des otaries se baignant ou surtout se reposant sur les rochers. Dommage, ils sont un peu loin, nous ne les voyons bien qu’aux jumelles.

 

Nous voyons aussi au loin par moments, des jets d’eau, ce sont des baleines « humpback »(16 m de long, 40 tonnes), qui arrivent des eaux gelées de l’Arctique pour une longue migration le long des côtes ouest d’Amérique du nord jusqu’en bas de la Californie. C’est dans ces eaux que naissent ces baleines.

Nous poursuivons la visite de la réserve  le long du littoral pour découvrir « Cypress Grove », de magnifiques arbres aux troncs tordus par le vent,  les embruns, aux branches garnies de lichens verts ou roux…

 

 

                                             

San Carlos Borroméo de Carmelo Mission.

Superbe mission fondée en juin 1770 et maintenant monument à la mémoire du Père Junipero Serra, le fondateur, envoyé en Californie dans le but d’établir une mission pour l’évangélisation de la population indigène et développer une nouvelle colonie espagnole afin d’agrandir les territoires déjà possédés au Mexique…

En fait, le Père Serra fonda 9 missions en Californie.

La Basilique, les musées, l’école, la cour…le cimetière.

                            

 

 

La chapelle renferme le tombeau de Junipero Serra. 

                                               

 

DE MONTEREY A SAN LUIS OBISPO.

Nous longeons l’Océan Pacifique  en empruntant la route panoramique n° 1.

La côte découpée, sauvage offre de superbes vues.

La côte :

 

 

Nous avons revu Koyuki, la jeune japonaise avec son amie Kamil, cette fois. Agréable retrouvaille!

                                            

Bixby Bridge de 1932 :

 

Point Sur Lighthouse, que nous ne pouvons visiter ce jour.                                           

A Pacific Valley, nous prenons un sentier qui descend jusqu’au bord de l’océan.  Nous admirons le paysage, nous flânons.

Nous y rencontrons Medhi, Tom, Steven et leur chien. Joyeux groupe en pique-nique. Nous sommes invités mais nous venons de manger… Alors, nous discutons un bon moment…

                                            

Ce soir-là, nous observons 6 ou 7 condors californiens perchés, écartant parfois leurs ailes, certainement pour montrer leur belle envergure !

                                           

Ils étaient en voie d’extinction, ils ont été réintroduits en 1997. La population se maintient.

Ce sont aussi des animaux utiles pour nettoyer la nature des carcasses des animaux morts…

A Piedras Blancas, c’est à une nouvelle  colonie d’éléphants de mer que nous rendons visite. Nous avons le plaisir de voir le premier bébé de la saison, né il y a 2 jours.

                           

 

 

 

 

 

Insolite: A deux pas, ce sont des zèbres qui font apparemment bon ménage avec le troupeau de vaches.

Après les éléphants…de mer, les zèbres. Non, nous n’avons pas changé de continent !!!

 

                                             

 

A Morro Bay, nous découvrons un rocher volcanique « Morro Rock », l’agréable port avec un joli deux-mâts.

                                            

A San Luis Obispo, appelé SLO, nous nous rendons à la mission, fondée par le Père Junipero Serra. Nous visitons l’église, les jardins…le musée.

 

Nous continuons vers le sud. Au revoir à tous et à bientôt…

 

 

 

 

                                              



Publié à 18:29, le 5/12/2015, dans LA COTE CALIFORNIENNE, Lompoc
Mots clefs :
.. Lien


NEVADA - CALIFORNIE

 

NEVADA – CALIFORNIE

 

SUR LA ROUTE POUR LAS VEGAS

En passant à St Georges, nous allons voir le Temple des Mormons, bien moins important que celui de Salt Lake City, mais tout aussi immaculé au milieu de son parc.

                                             

 

Nous entrons dans l’état du Nevada dont la capitale est Carson City. Le paysage devient désertique et nous découvrons une nouvelle végétation :

Des « Joshua trees » de la famille des yucas.

                                             

Les gorges de « Virgin River »  et les palmiers de Mesquite.

                                            

Après Overton, nous entrons dans le parc « Park Mead Lake ».

Belles vues à « Red Rock ».

 

Le lac est certainement très agréable, les gens de Las Vegas et d’ailleurs y viennent naviguer. Il fait très chaud.

                                              

 

LAS VEGAS

Ah ! Las Vegas, un des lieux les plus fastueux de la planète…la ville du divertissement, des casinos, des jeux…  Nous avons failli ne pas y aller !

Nous bivouaquons facilement dans le parking de l’hôtel de Paris, situé au centre du « Strip ».

Quelquefois, nous empruntons le monorail, un train, pour nous rapprocher des lieux que nous voulons visiter, se situant plus loin.

Le « Strip » est le boulevard principal flanqué de chaque côté de ses hôtels et casinos ayant chacun pour thème un lieu très connu du monde.

Il y a toujours un monde fou aux diverses tables de jeux dans les casinos, les observer est intéressant…

 

Mirage. C’est un cadre tropical avec aquarium…Le casino est sophistiqué et intime. La nuit, nous nous sommes promenés dans Las Vegas.

Nous avons vu un spectacle sur le lagon juste devant Mirage, un volcan factice  entre en éruption sur les gros rochers. Nous avons filmé, peut-être que  nous ne pourrons rien vous joindre ! (Vidéo non acceptée par uniterre.)

                                             

 

                                               

 

Cosmopolitan possède un lustre de trois étages !

                

 

Caesars Palace de style gréco-romain possède des reproductions de statues  classiques en marbre. Beaucoup de magasins de haute couture, aussi, complètent le tableau !

 

                                            

 

Bellagio d’architecture toscane possède un grand lac artificiel où l’on peut admirer régulièrement des jets d’eau dansant au son de la musique.

 

Dans l’entrée, un plafond est décoré  de 2000 fleurs en verre soufflé à la bouche.

 

 

New York- New York avec la Statue de la Liberté, le Pont Brooklyn…

 

 

Treasure Island avec ses bateaux de pirates.

                                              

 

Flamingo . Que vous alliez n’importe où, vous devez passer entre les innombrables « machines à sous » pour rejoindre le parc où les flamants du Chili, les canards et autres vivent et animent ce lieu.

 

 

Venetian, le plus admirable, où vous retrouvez Venise en miniature avec ses monuments, des fresques au plafond peintes à  la main… son ambiance spéciale, les promenades en gondoles…

 

 

Ce lieu est absolument époustouflant !

 

Palazzo avec un décor à l’italienne, très plaisant de même.

                                                

                                            

Bally’s-Paris représentant des monuments, l’Arc de Triomphe, la Tour Eiffel, l’Opéra Garnier…L’ambiance des rues de Paris…

 

                                            

 

Nous y sommes allés plusieurs fois. Notamment, nous avons beaucoup apprécié son «  Village buffet » pour fêter l’anniversaire de Jo.

La plupart des Casinos possède un « buffet », tradition de Las Vegas, où vous avez un choix énorme d’entrées, de plats principaux, desserts…et où vous pouvez vous servir à volonté pour un prix modique, dans un cadre féérique, magique !

 

En fait, nous avons beaucoup aimé Las Vegas, nous n’avons pas tout vu bien sûr, il y a tant de divertissements…notamment les spectacles de nuit…les jeux…

Ce n’est pas du tout sophistiqué, la vie est simple, tranquille…On y joue beaucoup, c’est un fait, mais cela fait partie de la vie quotidienne, 24 h sur 24.

                                              

Nous y sommes restés trois jours, toutefois sans jouer ni nous rendre aux nombreux « shows »et dîners…

Nous y étions le jour d’Halloween, beaucoup de gens se sont déguisés, se promenaient dans une grande sérénité !

                                             

Puis nous partons vers la Vallée de la Mort.

 

PARK NATIONAL DEATH VALLEY en Californie

                       

Nous entrons dans le parc à Death Valley Junction. Nous n’avons pas de documentation, tout est fermé. D’ailleurs, dans le parc, certains sites sont inaccessibles car les routes sont déjà fermées.

Cette vallée a été formée après des tremblements de terre et plissements de la croûte terrestre.  C’est l’endroit le plus chaud et le plus aride de l’Amérique du nord. En été, les températures peuvent atteindre plus de 50°. Il y pleut très peu. Au sud du parc, la route suit le bord de la plaine de sel, passe au point le plus bas, à Badwater.

Nous allons à Dante’s View. De ce point, nous avons une vue panoramique sur Badwater, le point le plus bas de la vallée, 86m au-dessous du niveau de la mer.

                                                             

C’est un sol hérissé de concrétions de sel, déchiquetées…que nous sommes allés voir de près le lendemain.

 

                                             

Zabriskie Point est d’une beauté indescriptible. Des roches érodées, colorées nous émerveillent.

 

 

                          

                                             

Le Golden Canyon aux roches jaunes, très pittoresques et les cathédrales rouges ne laissent pas indifférents.

 

               

Ainsi que Mosaic Canyon avec une crevasse de marbre poli.

 

De la route, le paysage est superbe.

 

Nous marchons un peu dans les dunes à « Mesquite Flat Sand Dunes »…mais là, nous préférons nettement celles du Maroc, Algérie, Mauritanie…

                                               

Dans les parcs, nous sommes tenus d’aller dans les campings et là, un matin, nous rencontrons Winnie et Steve, un charmant couple habitant près de San Francisco.  Nous discutons beaucoup et certainement, nous sommes appelés à nous revoir…

 

Les sites du nord de ce parc sont fermés à cette saison.

Le lendemain, nous visitons les ruines de la mine d’or d’Eureka où un compatriote basque né en Bretagne, Pete Aguereberry a exploité cette mine durant 40 ans (jusqu’en 1945).

 

 

Nous sortons du parc où à cette saison il ne fait pas une chaleur torride…Nous n’imaginions pas cette vallée ainsi, nous la parcourons sans problèmes à une saison propice…

Nous avons vécu deux jours au- dessous du niveau de la mer !

 

ROUTE POUR LE PARC NATIONAL SEQUOIA

De superbes cactus et plantes jalonnent notre route.

 

La route traverse le Lac Hill à sec.

 

Nous rencontrons deux coyotes près d’une petite ville : Panamint Springs, en quête d’un peu de nourriture certainement.

                                             

Nous nous arrêtons à Vista Point, dernier coup d’œil sur la vallée que nous venons de traverser…

                          

Nous suivons des salines vers Olancho.

 

Nous retrouvons de grands champs de Joshua trees.

 

Puis le Lac Isabella avec ses arbres morts dans ses eaux nous surprend.

                                              

En arrivant à Bakersfield, ce sont de grandes orangeraies qui s’étalent à perte de vue, des vignes, des oliveraies, des étendues d’arbres fruitiers…

 

Mais aussi de l’élevage intensif avec de nombreuses et énormes stabulations libres.

                                              

Et des immensités de champs de …pompes à pétrole, pipe-lines, cuves…Là, on exploite intensément …le pétrole !

 

Dans la ville, nous pouvons admirer une exposition de voitures de collections plus rutilantes les unes que les autres.

 

                                             

 

PARC NATIONAL SEQUOIA

Après Three Rivers, nous entrons dans le parc  et là, au Centre d’Information, on nous annonce de la neige pour la nuit…Nous devons donc faire la visite et redescendre au plus vite dans la vallée.

D’abord, nous nous arrêtons quelques instants au « Tunnel Rock ». Quel beau rocher !

                                              

Puis, nous admirons les belles pointes, le Moro Rock, des monts enneigés, le Mont Whitney 4418m.

                                              

Ensuite, nous grimpons, grimpons par la Generals highway, une route aux nombreux, nombreux lacets jusqu’au niveau de la forêt de séquoias, ce sont des arbres géants.

Dans le monde entier, le séquoia ne  pousse que sur le versant occidental de la Sierra Nevada, entre 1520m et 2100m d’altitude. Il peut atteindre 95m de hauteur, venir à 3200 ans. Son écorce peut avoir 79 cm d’épaisseur, les branches jusqu’à 2,4 m de diamètre et la base jusqu’à 12 m de diamètre. Il se reproduit uniquement par graines.

Il a une incomparable résistance aux insectes, aux champignons et même au feu. La cause principale de mort pour les séquoias est leur chute car leurs racines sont peu profondes… « Ils semblent immortels » disait un écrivain.

Nous admirons des géants, des colosses les pieds dans la neige car il avait déjà neigé les jours précédents…Des portions de route sont de glace…

Nous nous promenons dans les sites les plus faciles d’accès, beaucoup sont fermés car il y a trop de neige.

Nous sommes réellement subjugués, admiratifs devant de tels monuments dont, nous devons avouer, ne pas nous rendre vraiment  compte de leur hauteur. Celle-ci est plus appréciable lorsqu’ils sont tombés et que nous pouvons les suivre en marchant  des racines au sommet  …

 

                

Le séquoia « General Sherman », l’arbre vivant le plus volumineux du monde, a une circonférence au sol de 31 m et une hauteur de 84 m. Sa plus grande branche a environ 2 m de diamètre. Son tronc pèse 1385 tonnes. Il a entre 2100 et 2300 ans d’âge. Chaque année, il pousse suffisamment pour ajouter le volume de bois d’un arbre de 18 m, de proportions normales !

                                              

A l’autre bout du parc, nous redescendons dans la vallée, il fait déjà nuit…

Le temps se dégrade, il pleut, il fait frais. Puis le beau temps revient mais les températures restent fraiches quelquefois la nuit.

 

REGION DES MINES D’OR CALIFORNIENNES : 1850

En Californie aussi il y eut la ruée vers l’or, qui amena peut-être 300 000 orpailleurs dans les contreforts de la Sierra Nevada à partir de 1848.

Les mines du sud :

Le « Columbia State Historic Park »protège des bâtiments authentiques des années 1850 (avec marchands en costumes d’époque).

Nous découvrons l’Eglise, l’école, de très nombreux magasins, le théâtre (fermé ce jour)…

 

 

                                             

Les rochers autour et dans la ville creusés à la pioche pour retirer jusqu’au dernier gramme d’or des filons…

 

Jamestown protège aussi ce patrimoine.

                                               

Mais aussi sa gare, son train. Celui peut-être qui servit et emmène actuellement sur les lieux où ont été filmés de très nombreux westerns (la locomotive était différente).

                  

Les mines du nord:

A Coloma, « Marshall Gold Discovery State Historic Park », est un parc où l’on retrouve toute l’histoire de la ruée vers l’or, du tout début, le 24 janvier 1848, où James Marshall découvrit de l’or par hasard, en travaillant à la construction d’une scierie, à la vie à cette époque dans cette ville par l’intermédiaire de nombreux bâtiments restaurés, d’objets, d’outils, machines, ateliers, magasins…

La « cabin » de James Marshall :

                                              

La scierie qu’il construisait :

                                             

Le monument lui rendant hommage :

                                                           

Le théâtre :

                                             

A Grass Valley , « Empire Mine State Historic Park », est une des plus riches  mines de Californie. De 1850 à 1956, elle a produit plus de 158 tonnes d’or, l’équivalent de 5 milliards de dollars sur le marché actuel.

Il y avait un énorme filon dans son sous-sol. Là, on a utilisé des procédés d’extraction similaires à ceux utilisés dans les mines de charbon chez nous.

Cependant, sont exposés les outils et machines utilisés depuis le tout début avec les apports des nouvelles technologies, l’utilisation du mercure puis de produits chimiques…

Ils possédaient in immense atelier pour construire, réparer tous les outils, machines…

Nous avons eu la possibilité de voir un puits où descendaient les mineurs, là, des écoliers jouaient le rôle.

Ensemble des machines utilisées suivant les époques :

                                             

On utilisait les mules :

                                            

Entrée de la mine : 

                                                           

 

Les pilons pour broyer les cailloux, ancien système :

                                             

Nevada City possède des édifices d’époque, bien restaurés…Des galeries d’art et des …hippies…

 

Nous avons donc pu voir depuis Dawson City au Canada, les différentes façons d’exploiter les mines d’or suivant la situation de celui-ci.

Soit par orpaillage avec la « poële »ou la « drague » si l’or a été arraché à la roche et transporté par les rivières.

Soit en nettoyant la roche à la pompe hydraulique pour mettre à jour le quartz aurifère et piocher si les roches sont à ciel ouvert.

Soit en creusant des puits et des galeries pour aller le chercher sous terre.

Pour nous, ce fut une expérience intéressante.

 

Maintenant, nous allons sur la Côte Pacifique, nous aimerions y trouver le soleil et de douces températures !

Nous venons d’apprendre les terribles attentats qu’il y a eus à Paris. Nous sommes bouleversés. Encore une fois, nous ne pouvons que déplorer ces agissements vils, bas, incompréhensibles pour tout être respectueux de la vie, des autres, des valeurs, des croyances….de la Liberté…

Nous recevons des témoignages de sympathie des citoyens américains.

 

Voici un écureuil gris à superbe queue.

                          

Merci encore pour vos gentils messages, nous adorons !

 



Publié à 17:36, le 16/11/2015, dans USA SUD OUEST, EUREKA CALIFORNIE
Mots clefs :
.. Lien


LES PARCS NATIONAUX DU SUD OUEST



Publié à 22:24, le 29/10/2015, Mer d'Irlande et canal Saint-George
Mots clefs :


LES PARCS NATIONAUX DU SUD OUEST

 

LES PARCS NATIONAUX DU SUD OUEST

Les parcs nationaux de l’Utah sont de véritables bijoux de l’ouest américain.

Pendant des millions d’années, le fleuve Colorado et la Green River ont creusé des gorges sinueuses et profondes.

L’érosion par l’eau, le vent, le gel, le dégel  a sculpté un paysage comptant parmi les plus pittoresques du sud-ouest.

Autour des gorges s’étendent de très différents secteurs mais tous évoquent le désert sauvage.

 

PARC NATIONAL DES ARCHES

Nous trouvons ici la plus grande concentration d’arches naturelles de grès, environ 2000 et d’extraordinaires formations. Nous randonnons souvent pour aller en découvrir quelques-unes.

 Windows Arches :

 

 

Au terme d’une longue randonnée, soudain, jusqu’alors cachée par le paysage, se détache dans le ciel une arche éblouissante, élégante :

« Délicate Arch », elle fait 20 m de hauteur et au fond, nous apercevons les « La Sal Mountains ».

                                               

                            

 

Nous découvrons une autre arche « Landscape Arch » en fin de journée.                                        

                                              

D’autres formations splendides : « Balanced Rock », « Fiery Furnace »…et autres :

                            

 

 

 

 

PARC NATIONAL CANYONLANDS

Il fut créé en 1964 et mesure 850 km2.

Nous faisons diverses randonnées, découvrons des paysages fantastiques.

Lorsque nous nous élevons un peu sur des promontoires, c’est à l’infini un fouillis de canyons, plus ou moins profonds, aux parois verticales quelquefois, des falaises striées de couleurs, des roches de différents rouges, déchiquetées ou admirablement sculptées, des tours, des « mesas », des tours coiffées, des flèches striées de rouge et blanc, sculptées dans le roc, des arches, des « marmites » creusées par des rapides ou des cascades autrefois…

Dans « Island in the sky », les panoramas sont stupéfiants :

 

 

Là encore, « Mesa Arch » nous surprend :

                                               

Dans le secteur des « Needles », nous marchons dans de nombreux sentiers et découvrons d’admirables vues :

                                              

 

« Pothole Point » :

 

                                               

Lorsque nous voulons atteindre le site « Eléphant Hill »par une piste, Joline rencontre un obstacle, un gué, trop profond avec de grosses dalles par endroits, susceptibles de l’endommager.

Nous décidons donc de rebrousser chemin mais l’étroitesse de la piste et les dalles nous compliquent la manœuvre. Un couple de Néo- zélandais, dans l’embarras comme nous, nous aident comme nous les aidons ensuite…

                                               

 

Nous continuons donc à pied, bien au-delà d’Eléphant Hill d’ailleurs et découvrons encore de bien beaux panoramas.

 

D’autres curiosités géologiques :

 

 

DEAD HORSE POINT STATE PARK

C’est un endroit magnifique, nous avons des vues splendides sur des canyons rouges bordés de falaises blanches, sur le Colorado faisant un méandre…

 

 

Triste légende :

On dit qu’à cet endroit des cow- boys avaient pour habitude d’attraper des chevaux sauvages. Ils les triaient, vendaient les meilleures bêtes, mettaient dans un enclos les moins bonnes afin de les relâcher…

Une fois, les cow-boys sont partis en oubliant d’ouvrir les enclos, les bêtes sont mortes de soif alors que le Colorado coulait à quelques longueurs d’eux…

 

DECOUVERTE DE L’HABITAT, DES COUTUMES DES PEUPLES INDIENS NATIFS (Anasazi et autres)

Nous voyons « Newspaper Rock », des peintures rupestres faites par les Indiens il y a plus de 2000 ans.

 

Nous  visitons  aussi « Edge of the Cedars State Park Museum »

                                               

Plus loin, c’est “Mule Canyon Ruin” habitations du peuple indien Anasazi. Les ruines sont mieux entretenues et très explicites.

Toutes possédaient des greniers pour stocker les récoltes, une « kiva », c’était une salle ronde pour les réunions et cérémonies de la communauté.

Souvent l’entrée se faisait par le toit à l’aide d’une échelle.

                                                              

Et encore « Horsecollar Ruin » où nous apercevons de la rive opposée du canyon, ces constructions situées dans une alcôve sous une dalle rocheuse, près du fond du canyon. Deux greniers, une kiva…

                                               

Nous nous dirigeons vers

« NATURAL BRIDGES NATIONAL MONUMENT »

C’est un parc où il y a une route panoramique qui permet de découvrir des ponts naturels formés par l’érosion des cours d’eau. Nous prenons les différents sentiers qui permettent de s’en rapprocher.

 

Pont Sipapu où il faut emprunter des escaliers dans la roche, les dalles, des échelles…

 

 

Pont Katchina où il faut passer des échelles,des cours d’eau, heureusement ayant peu d’eau !

                                               

 

Pont Owachomo. Celui-ci est plutôt élégant, c’est une mince voûte rocheuse qui enjambe l’ex -torrent, à sec, qui l’a sculptée…

                             

 

Nous avons un peu de pluie ces jours, même des orages.

Nous prenons un réel plaisir à découvrir ces merveilles de la nature.

Ce jour, nous rencontrons Shoko et Koyuki, deux japonaises  aimant comme nous la nature, les randonnées-découvertes…Nous passons un bon moment à discuter…Merci infiniment pour la délicieuse tarte aux fraises et rhubarbe !!!

                                               

 

Lorsque nous rejoignons les différents parcs que nous voulons visiter, nous suivons la plupart du temps des routes aux paysages magnifiques.

Une fois, nous empruntons une petite route qui coupe en passant par un col à 2700 m , les paysages sont très différents, des forêts de petits conifères aux troncs tordus, des étendues de genévriers nains…Nous rencontrons deux cow-boys et leur troupeau.

                                               

D’autres fois, nous découvrons des formations rocheuses de toutes sortes, certaines ont des formes amusantes telle celle-ci « The cheese box », la boite à fromage.

                                               

Des arches telle « Wilson Arch »

                                               

Et bien d’autres surprenantes de par leurs formes, leur équilibre, leurs couleurs…

 

                                              

Certaines fois, on dirait que la roche est tressée, tricotée…Les couleurs sont extraordinaires.

 

                                               

 

En traversant Glen Canyon où coule le Colorado, c’est un enchantement.

                                               

 

Quelquefois, c’est l’aspect sauvage qui prédomine…

 

Ce qui m’amène à vous dire que nous avons des bivouacs géniaux. De vrais hôtels de luxe avec vue imprenable.

 

 

                                                

Une fois, nous étions sur un site où l’escalade est énormément pratiquée, les parois sont verticales…Certains d’entre vous ont peut-être eu connaissance de ce site dans des revues spécialisées…

                                                              

Nous rencontrons aussi énormément de « mules deers ». Ils ont un visage si agréable, un regard si doux.

 

Des pronghorns  et des bighorns :

 

Un soir, alors que le jour commence à tomber, dans un terrain vague, c’est un coyote qui nous fait l’honneur de s’arrêter, de nous regarder et nous, nous sommes toujours enchantés !

                                               

PETIT ENCART

Peut-être pensez-vous, ils en font des kilomètres ! C’est vrai, le Canada et les USA sont très grands mais les routes sont faciles, bien entretenues et surtout, imaginez, le gasoil est à 0,70 $ le litre !

Ce qui nous gêne un peu, c’est leur système métrique. Ils utilisent toujours le gallon, nous devons convertir les gallons en litres ! Mais aussi les distances et les limitations de vitesses sont exprimées en miles…Nous avons fait un tableau récapitulatif avec les vitesses les plus courantes et leurs correspondances. Par exemple, 40 miles =65 km/h, 60 miles= 100 km/h…

Quant à la nourriture, rassurez-vous, nous ne mangeons pas de hamburgers !

Nous trouvons les mêmes viandes, légumes, fruits, à peu près les mêmes laitages que chez nous.

Ce qui nous manque un petit peu, c’est le bon pain croustillant… Ils ne connaissent pas, bien que nous trouvions des           «  French baguettes »…Mais alors, pâles, molles…où vous ne distinguez pas la croûte de la mie ! On s’y fait !!!

Les fromages sont aussi un peu tous les mêmes, genre pâtes cuites…On s’y fait !!!

Au début de notre voyage, nous avons eu une désagréable surprise ! Tout d’abord, en voyant les prix  des fruits, nous les avons trouvés peu chers, très corrects…Mais bien vite, nous nous sommes aperçus que les prix indiqués étaient «  à la livre » et non au kilo ! Et pour compléter, une livre ici équivaut à 454g, même pas 500g !!!

Conclusion, les fruits sont vraiment très chers, presque le double de chez nous.

Sinon, pour le reste, les prix sont sensiblement les mêmes qu’en France.

De plus, pour tout achat, il y a des taxes, celles-ci sont rajoutées à la caisse. Toujours la bonne surprise ! On s’y fait !!!

 

PARC NATIONAL CAPITOL  REEF

Depuis Hanksville, avant l’entrée dans le parc, les paysages changent complètement. Les couleurs, les formes sont époustouflantes ! Nous traversons ce parc d’est en ouest.

Les couleurs des roches des falaises, des dômes majestueux, des monolithes, des canyons sinueux passent du blanc au beige rosé, au marron, au vert, gris soutenu…

  

                            

Du pied du « Capitol Dôme », nous prenons un sentier qui nous mène à « Hickman Bridge », c’est un très joli pont naturel.

 

Puis, nous pouvons admirer « The Castle », la « Chimney Rock,The Fluted Wall…

                            

 

A Fruita, sur les rives de la rivière Frémont, vers 1917, s’était établie une communauté mormone qui, grâce à une irrigation ingénieuse de ses vergers, produisait des fruits de grande qualité…

L’ancienne école en rondins entourée de champs d’arbres fruitiers témoigne de cette époque.

 

 

LA SCENIC BYWAY 12

Pour parvenir aux parcs suivants, nous prenons la « 12 », réputée pour sa beauté. Ici, c’est encore l’automne, nous retrouvons donc des arbres jaunis, mais aussi de beaux paysages, toujours différents.

                                               

A Boulder, nous visitons « Anasazi State Park Museum », site où a été reconstitué un village ancestral, occupé entre 1050 et 1175. De nombreux objets usuels ont été trouvés dans les habitations. C’est intéressant.

 

A Escalante, nous randonnons pour découvrir «  Escalante  Petrified  Forest State Park », un site où nous trouvons des arbres fossilisés, de millions d’années.

 

Près de Cannonville, le parc « Kodachrome Basin trails » nous plait beaucoup. Ce site a des formations singulières. Des «pipes », sortes de cheminées, monolithes  de toutes formes et couleurs .

Nous y faisons une très longue balade. Nous découvrons encore une belle arche et bien d’autres lieux très agréables.

                             

  

 

 

 

                                               

   

PARC NATIONAL BRYCE CANYON

Une splendeur ! 

                             

L’érosion a sculpté de fantastiques formes dans ce lieu : châteaux, tours, pointes, flèches, aiguilles, les « hoodoos », cheminées de fées et une multitude d’étranges créatures dans des tons d’ocre rouge, ocre clair, blanc…

Nous randonnons le matin, l’après-midi, le soir au milieu de ce gigantesque jeu…d’échecs.

C’est un ravissement !

                                       

 

 

 

    

                                                               

                                     

                                     

 

PARC NATIONAL ZION

C’est un parc très différent des autres.

Pour nous y rendre, nous passons dans Red Canyon où le célèbre bandit Butch Cassidy a vécu. Ainsi qu'à Panguitch.

 

 

La rivière Virgin coule dans un canyon aux parois verticales, impressionnantes…des falaises rouges, immenses de chaque côté. Là aussi, nous randonnons beaucoup.

 

 

                                               

Des sources de-ci, de-là coulent sur les parois où des quantités de plantes en profitent pour pousser et orner ces falaises…

                                               

Les parois par endroits semblent vouloir se toucher, quelquefois se détachent des stries blanches…

Il y a beaucoup de végétation dans le fond du canyon…

 

 

Comme vous pouvez voir, le voyage est toujours aussi riche, étonnant, attrayant, fascinant…

Maintenant, nous partons sur Las Vegas et la Côte ouest, nous continuerons la visite des Parcs plus tard.

A bientôt !

Pour vous ces sublimes arbres !

 

                                        

 

                                     

 

 

 

 

 

 

 



Publié à 13:28, le 29/10/2015, dans USA UTAH, Cannonville
Mots clefs :
.. Lien


DE YELLOWSTONE A ARCHES

 

DE YELLOWSTONE A ARCHES

PARC NATIONAL YELLOWSTONE

                                      

Ce parc fut créé en 1872 pour sa variété unique de geysers, sources chaudes, boues et fumerolles. Il a une surface de 9000 km2 (environ La Corse).

C’est le plus ancien parc national du monde et le 1er parc national des USA. Il se situe dans l’état du Wyoming. Yellowstone est le royaume des geysers, il rassemble à lui seul la moitié des geysers du monde.

 Il possède les concentrations animales les plus riches et variées du pays : des bisons, des hardes d’élans, des ours noirs et grizzlis, des mouflons d’Amérique, des loups, des cygnes trompettes, des truites…

Il possède des lacs alpins, des rivières, des cascades, des canyons, des forêts de pins (notamment les « pins tordus »)…mais aussi des forêts fossilisées.

Yellowstone est un plateau volcanique situé à plus de 2300 m d’altitude, entouré de hautes montagnes de tous côtés. Il résulte des violentes éruptions volcaniques d’il y a 640000 ans,( voire bien plus…) où se forma la Caldeira (cratère et plateau volcanique).

Nous sommes restés 6 jours dans le parc et avons pu observer tous ces phénomènes géothermiques et sa riche faune.

Nous avions déjà vu des geysers en Amérique du sud mais sur une surface beaucoup plus réduite.

Où que vous soyez, vous voyez des fumées à droite, à gauche…Les sites sont immenses et nombreux.

                                                

 

Les geysers 

Les geysers sont des sources chaudes qui rejettent dans les airs, en plus ou moins grande quantité de l’eau qui s’était infiltrée jusqu’au contact du magma qui la chauffe tant que la pression la fait remonter jusqu’à la surface par des conduits étroits. Quelquefois, il y a des éruptions énormes qui ne vont pas se répéter, d’autres fois, il s’établit un comportement régulier tel celui du « Old Faithful »qui projette, crache de 14000 à 32000 litres d’eau à 55 mètres de hauteur, toutes les 90 minutes .

 

 

D’autres sont irréguliers :

Des geysers cônes :

                                               

« The Castle », geyser en forme de cône. Il a des éruptions toutes les 14 heures environ ou parfois plus rapprochées. Les jets peuvent atteindre 24 m.

 

« Steamboat » : Le plus haut geyser actif du monde. Il a craché l’eau à 91 m le 23 mai 2005. Maintenant, ses éruptions sont imprévisibles et bien moins hautes.

                                               

 

D’autres ne projettent plus d’eau:

« Echimus ». Des oxydes de fer le teintent de rouge-orange. Il est le plus grand geyser « acidic » connu. Ses éruptions, actuellement, sont moins fréquentes et très espacées (des mois ou des années).

                                               

 

Et de nombreux autres :

 

 

 

Les sources chaudes

L’eau surchauffée au contact du magma circule, se refroidit à la surface, donc il n’y a pas d’éruption. Les profondeurs sont insondables. Les jolies couleurs sont causées par la réfraction de la lumière, des particules minérales et des micro-organismes en suspension.

La plus importante se trouve à Mammoth : « Mammoth Hot Springs ». L’eau chaude s’écoule sur des terrasses avec des couleurs d’orange-brun, jaune, vert, elles changent suivant les saisons.

La terrasse « Minerve » a eu une grande activité en 1971.

 

 

 

De nombreuses autres sont disséminées sur des champs immenses. Les températures sont différentes mais toujours près de l’ébullition.

 

 

 

Des couleurs irréelles apparaissent.

 

 

 

                            

Des bleus magnifiques.

 

 

Un bassin « Porcelain Basin »possède des sources ressemblant à de la porcelaine. Les teintes sont laiteuses, opaques…

 

                                               

 

Les fumerolles

Ce sont des puits dans la croûte de la Terre qui contiennent peu d’eau, au contact du magma, seules les vapeurs remontent par les fissures. Il y en a absolument partout. On en voit même s’élever des forêts, des rivières…

                                               

 

 

Les marmites de boue

Un phénomène chimique permet la remontée d’acide sulfurique. Celui-ci dissout la roche en argile qui se mélange à la vapeur pour former de la boue.

 

Certains appelés « chaudrons de soufre » ont une telle teneur en soufre qu’il se dégage une très forte odeur.

La boue clapote, éclabousse ici et là…

A West Thumb

Les phénomènes sont situés près du lac Yellowstone, ce qui apporte encore une autre dimension à la beauté qui s’en dégage.

 

 

Les canyons

Le Grand Canyon est un canyon volcanique. La roche est de la rhyolite, altérée par l’activité hydro-thermique. La rivière Yellowstone venant du lac a sculpté le grand canyon. Il fait 32 km de longueur, 305m de profondeur.

 

 

 

Le canyon « Petrified Spring »a des roches vraiment surprenantes.

 

                                               

 

Des cascades

Des sentiers « South Rim Drive »par exemple offrent de belles vues des « Upper Falls »33m et «  Lower Falls » 93m. Les couleurs des parois sont dues à l’eau chaude, la vapeur, les gaz brunissant les murs de lave.

Un autre sentier « North Rim Drive » permet des vues absolument fantastiques.

 

 

L’arbre pétrifié près de Tower Junction était un séquoia au temps des éruptions volcaniques il y a 45 à 50 millions d’années. Le climat était donc ici bien plus chaud et humide. A quelques kilomètres se trouve la plus grande concentration d’arbres pétrifiés debout au monde, mais le site est très protégé.

                                               

 

La faune

Les grandes vallées voient évoluer d’immenses troupeaux de bisons.

Sur les millions de bisons qui parcouraient jadis le pays, depuis 1900, il ne reste plus qu’un seul troupeau sauvage aux USA : celui du Parc Yellowstone (2500 à 4500 bisons).

Un bison peut atteindre 907 kg. Nous voyons donc de nombreux troupeaux mais aussi quelques solitaires. Certains traversent les routes, nous devons d’ailleurs être toujours vigilants en roulant. La vitesse est limitée à 72 km/h (45 miles)

                                               

Les bisons dit-on viennent particulièrement l’automne et l’hiver près des sources…Il y fait bon mais surtout, même quand il y a de la neige, poussent quelques végétations qu’ils aiment particulièrement.

 

 

 

 

 

Il y a des ours noirs : Un mâle peut peser de 95 à 142 kg.                                           

Des grizzlis : Un mâle peut atteindre de 136 à 272 kg.

 

Dans les années 1960, on a installé des poubelles « anti-ours »(ouverture un peu sophistiquée) car ils s’étaient habitués à l’alimentation humaine, ce qui n’était pas bon du tout pour leur organisme. Tout est à peu près rentré dans l’ordre, ils cherchent à nouveau normalement leur nourriture d’ours…

Les cervidés

Les wapitis, les elks vivent dans les forêts principalement ou tout près. Il y a environ 20000animaux dans le parc.

Les mooses comme les elks sont plus actifs à l’aube et au crépuscule, nous avons donc plus de chance de les voir à ces moments-là, près des lacs et des rivières.

Les « mules deers » avec leurs grandes oreilles, leur petite queue au bout noir.

Les pronghorns au ventre blanc et rayures blanches au cou.

Les bighorns sheeps( mouflons) peuplent les rochers mais aussi on peut en voir ailleurs.  

 

 

Les loups

Les meutes de loups disparurent dans les années 20, victimes d’une campagne d’extermination. En 1995 et 96, on réintroduisit une trentaine de loups gris du Canada, considérant qu’ils ont un rôle important. Beaucoup d’études sont encore faites à ce sujet. En 2003, ils étaient 174, la population a ensuite baissé…

René, nous n’avons pas vu de loups. Pour cela, il fallait passer une nuit dans la nature avec un guide…sans être sûrs d’en voir ou d’en entendre hurler !

 

La pêche, les truites

La rivière Madison est propice à la pêche à la mouche. Nombreux sont les pêcheurs en cuissardes tout au long de la rivière.

Du pont « Fishing bridge », nous avons pu admirer de belles truites.

De ce pont de nombreux pêcheurs pêchaient la truite « cutthroat », c’est un lieu de frai. Depuis 1973, elle est interdite pour protéger cette truite.

                                               

Au lac Yellowstone, on peut même les cuire instantanément dans le « Fish cône ».

                                                

Dans la rivière Yellowstone, nous avons pu voir des cygnes « trompettes » qui, eux aussi avaient pratiquement disparu au début du 20ème siècle. On en a réintroduit, ils sont sauvés de l’extinction ! Ils vivent à l’année dans le parc.

                                               

Nous avons vu aussi souvent de belles oies. 

                                               

 

Remarque :

Dans les nombreux « Visitors Centers »du parc, sortes de petits musées, nous pouvons nous procurer tous les renseignements, plans, cartes, explications des phénomènes, la faune existante…

Voilà pourquoi nous pouvons vous transmettre dans cet article quelques-uns de ces renseignements qui complètent nos photos.

 

Nous avons adoré ce parc, nous l’avons parcouru autant qu’il était possible ! Il est tellement riche de paysages différents, de manifestations curieuses et impressionnantes.

 Il est tellement plein de vie…nous étions toujours à surveiller les plaines, les forêts, partout, pour essayer de découvrir un nouvel animal…

Cette visite sera inoubliable.

 

PARC NATIONAL DU GRAND TETON

Lorsque nous quittons le parc de Yellowstone par le sud, nous suivons le joli canyon de la rivière Lewis.

                                               

Nous entrons presqu’immédiatement dans un nouveau parc : Le « Grand Teton National Park ».

Nous suivons le Lac Jackson, avons de beaux paysages.

Nous rencontrons souvent des troupeaux de « mules deers ». Ils sont extrêmement agréables.

 

Sur la rivière Snake, ce sont des oies qui nous ravissent.

Nous choisissons de prendre une petite route pour longer le lac Jenny, et là, en toile de fond, le superbe « Grand Téton » se dresse, se reflète dans le lac…

                             

                                               

Nous visitons la Chapelle de La Transfiguration presqu’au pied de cette magnifique chaine. Le Grand Téton culmine à 4195m.

                                               

Ce soir-là, nous avons un bivouac génial, sur « Antelope flats », face à la chaine de montagnes aux si belles couleurs.

 

La ville de Jackson plutôt genre « far-west » possède un petit parc à quatre arches construites en bois de wapitis, c’est curieux mais les wapitis perdent chaque année leurs cornes et ceci depuis des lustres, bien sûr, cela fait beaucoup !

Il y a aussi de belles statues de bronze dans la rue.

 

Mais les plus remarquables que nous voyons se situent dans une galerie où peintures et sculptures sont exposées. Malheureusement, les photos sont interdites.

 

Nous quittons le wyoming, passons un peu dans l’Etat d’Idaho puis dans l’Utah.

C’est une vallée extrêmement riche en fermes, bétail…

Nous passons à Montpelier, Paris…Véridique !

                                               

Ce sont toutes de très petites villes de moins de 200 habitants souvent.

Nous longeons le lac Bear Lake, rencontrons de nombreux mules-deers, une maman dont ses deux petits s’enfuient…un troupeau qui fuit aussi à notre approche…

                                               

Il y a des immensités de pâturages avec de gros troupeaux, un vieux « ranch »dans ce village…

 

Puis nous passons dans une région de lacs. Ils sont innombrables. Nous retiendrons seulement le nom de celui qui s’appelle Lilly comme l’une de nos petites filles !

                                               

Près d’une cascade, la « Provo falls » des squirrels courent partout, passent sous Joline, nous craignons le pire !

 

 

SALT LAKE CITY

Nous arrivons à Salt Lake City, capitale  de l’Utah, ville assez importante au pied des montagnes wasatch et du Great Salt Lake (lac salé).

De notre bivouac, nous prenons le « Trax », sorte de tramway pour aller visiter la ville.

« Temple Square Area »

Au cœur de la ville s’élèvent les édifices et lieux capitaux de l’Eglise des Mormons.

Il y a le temple où nous ne pouvons accéder. Il est réservé aux membres de l’Eglise.

Divers édifices dont les rôles nous sont dévoilés par d’adorables « sisters »parlant français. Elles nous remettent un plan, nous renseignent largement sur cette religion, nous font visiter les divers édifices, répondent à nos questions…

 

Dans le Tabernacle, un auditorium de 1867, possédant une acoustique exceptionnelle et un orgue de 11000 tuyaux, nous allons ce dimanche matin assister à un concert, récital mormon.

L’orchestre est magistral, nombreux violons, violoncelles, harpe…Les choristes sont innombrables et la cantatrice possède une voix merveilleuse qui vous transperce. Nous assistons à un spectacle grandiose.

 

Nous en ressortons complètement ébranlés, ébahis…Georges qui adore ce genre de musique est vraiment très ému. Nous sommes profondément heureux d’avoir pu assister à une telle représentation.  « Mormon Tabernacle Choir » est une chorale de réputation internationale.

Ce même jour, nous rencontrons Audrey et Clément, jeunes français en visite aussi. Nous passons un bon moment ensemble, le soir, étant donné que nous logeons tous au même hôtel : le parking du Walmart (grand magasin) !!! Puis chacun reprend sa route…

                                               

Le Capitol

Le lendemain, nous allons visiter le Capitol, fermé le dimanche. C’est un majestueux édifice de 1916.

Pas de panneau mentionnant sa fermeture, juste celui qui indique d’utiliser la porte de gauche.

Nous entrons, aucun visiteur, nous sommes seuls…Pas trop surpris, il est tôt…

Quel beau hall, photos de la coupole, des plafonds, des fresques…nous montons à l’étage…Les plaques sur les portes indiquent « Président du Sénat »…

Jo, du balcon, s’apprête à prendre une photo d’ensemble…

Soudain : « It’s the Capitol ! It’s the Capitol! Un garde de la sécurité nous interpelle du bas de l’escalier.

« Yes,yes ! » et je descends vers lui. Jo ne perd pas son sang- froid et lui demande de prendre la photo ! Il accepte !!!

En fait, il croyait qu’il y avait le panneau « Porte close »et que celle-ci était verrouillée. Ce qui n’était point !!!

Nous repartons tranquillement, amusés, après nous être un tantinet  baladés dans le Capitol !

                                               

 

 

City Creek

C’est un vaste et agréable espace piétonnier comprenant des bassins, des jets d’eau, des fontaines, des galeries marchandes…

                                               

Le lac « Great Salt Lake »

D’une superficie de 5180 km2, sa teneur en sel dépasse celle de l’Océan, on peut flotter aisément.

Nous en longeons une partie, découvrons les lieux  d’exploitation du sel, des parties où l’évaporation de  l’eau a donné un paysage lunaire et beau.

 

 

DE SALT LAKE A MOAB

Nous empruntons d’abord à Tooele, au sud du lac, une petite route plutôt sympathique mais qui devient vite une piste sur une bonne portion. La piste passe par la montagne, elle est ravinée, creusée par endroits et étroite.

                                               

 Heureusement, nous ne rencontrons pas de véhicules…si ce n’est celui du « Sheriff » surveillant un prisonnier vêtu entièrement  d’un habit rayé vert et blanc, ramassant les détritus sur les bas-côtés de la piste !!!

Lorsque nous redescendons, nous découvrons une mine de cuivre.

                                               

Nous poursuivons sud, passons dans une région de cultures et d’élevages puis une autre, désertique. Il fait chaud !

 

Après Gunnison, le paysage est de plus en plus attrayant.

Et lorsque nous roulons vers l’est, sur la 70, nous traversons des paysages grandioses, certainement pour nous préparer aux prochains parcs de l’Utah, déments de beauté d’après des photos, des documents…

C’est une succession de monts, de canyons, de roches érodées, aux teintes indéfinissables. Tout au long de la route, nous nous régalons.

                                                

Nous bivouaquons dans un endroit idyllique.

                                                

                             

 

Nota :

Enfants, petits-enfants, famille, voisins, amis, les plus intimes, les fidèles, les voyageurs, les autres…considérez que chaque article de notre blog s’adresse à vous en particulier, vous donnant des nouvelles…

Nous parlons souvent des uns et des autres, pensons à vous à diverses occasions mais nous ne pouvons vous faire des messages individuels …nous sommes toujours par monts et par vaux, nous n’avons pas internet facilement…

Merci pour tous vos gentils coucous.

Au revoir et à un autre jour !

 

 

 

 



Publié à 12:52, le 18/10/2015, dans USA WYOMING UTAH, Moab
Mots clefs :
.. Lien


DU CANADA YUKON AUX USA MONTANA VIA LES ROCHEUSES

DU CANADA-YUKON AUX USA VIA  LES ROCHEUSES.

 

A Skagway, nous avons du mauvais temps,  pluie, brouillard…La neige fraiche descend bas sur les montagnes…Ici, l’automne dure peu, 15 jours, 3 semaines tout au plus…

 

 

Vite, il faut fuir l’hiver qui arrive à pas de géants ! Beaucoup de choses ferment, c’est la fin de la saison touristique.

Nous continuons à faire de belles rencontres.

 

Nous décidons donc de descendre sud vers des latitudes plus clémentes…

Nous roulons, roulons avec un seul compagnon : le paysage. Non, que dis-je ? Deux, la pluie s’est invitée !

Le long de la route, aucune activité, aucun village. D’ailleurs, nous sommes prévenus : « Check your gas…prochaine station à 150 km ! »…

La forêt, les marécages, les lacs et les rivières sont très nombreux de tous côtés.

Vers Kitwanga, nous pouvons observer un changement radical de paysage. Il y a des fermes, des prairies, des troupeaux de vaches, des chevaux. Les fermiers ont même fait les foins !

Nous y voyons aussi deux énormes scieries. Enfin, on exploite le bois ! Partout ailleurs, bois mort ou brûlé reste sur place, la forêt reste nature.

A Prince George, nous faisons une halte pour lire les messages car dans ces régions, nous n’avons pas facilement  de connexions téléphonique ou internet.(Pas de réseau).

Sur la route, effectivement, nous constatons que de nombreux services sont fermés pour la saison hivernale : des routes, les campings, même certains sentiers de randonnées…les toilettes des aires de repos…

 

LES ROCHEUSES AU CANADA

LE PARC NATIONAL JASPER

La pluie se raréfie comme nous entrons dans le Parc National Jasper. Quels veinards nous sommes !

Nous avons parcouru plus de 2000km. La route ne possédait pas de points d’intérêts majeurs  et il pleuvait !

Nous prenons la route des glaciers, la 93. Nous y sommes passés en juin, mais là, nous sommes en automne ! Les Rocheuses sont magnifiques à cette saison.

 

 

Nous suivons la « Icefields Parkway » route panoramique.

 

Nous retournons voir les chutes Athabasca.

                   

Le Glacier Athabasca.

                                               

A cette altitude, nous avons quelques flocons de neige puis vient le beau temps. Il y a des glaciers partout autour de nous.

                                               

Quels sommets magnifiques, tous de plus de 3000m.

                                               

Sur le bas-côté et à l’orée d’un bois, des wapitis broutent, se reposent.

                                               

Plus loin, c’est un troupeau de mouflons, des femelles, qui attire notre attention.

                                               

Puis des chèvres de montagne. 

                                                

Plus nous avançons, plus les « Rockies Mountains »sont imposantes, fascinantes, quel spectacle !

 

 

Le Lac Waterfowl  non plus ne nous laisse pas indifférents.

                                               

 

LE PARC NATIONAL BANFF

Nous arrivons dans le Parc National Banff. Nous trouvons à Lake Louise un bivouac génial, une extension du camping de la ville « Overflow », sur la route de Banff, 10$ seulement la nuit. C’est sympa et tranquille. Dans les parcs nationaux, il est interdit de bivouaquer en dehors des campings.

Comme la météo prévoit du beau temps, nous, nous prévoyons de randonner !

En juin, nous n’étions pas allés au Lac Moraine, donc nous nous y rendons, nous le trouvons presque…quelconque ! C’est que nous devenons exigeants !

                                               

Nous continuons sur le sentier  «  Larch Valley »-« Minnestimma Lakes » jusqu’au pied du col Sentinel.

Nous grimpons dans la forêt et soudain débouchons dans une clairière.

                                               

Et, là, s’offrent à nous les « Dix Pics » entre 3000 et 3400 mètres, une chaine étincelante, un régal pour les yeux !

                            

                                                               

Puis les mélèzes dorés, roux apparaissent, cassent la monotonie des grandes surfaces vert-foncé, font ressortir la couleur des roches.

                                                     

Nous pique-niquons, les doigts engourdis car au pied de ces pics glacés, il n’y fait pas chaud. Le Mont Temple, 3453 m, tout à côté est très imposant.

                            

                                                 

La descente est aussi agréable mais longue sur la fin !!!

 

 

LE PARC NATIONAL YOHO

Ensuite, nous entrons dans le Parc National Yoho, plus petit mais possédant de réels intérêts.

Par une route en lacets à tête d’épingle, ouverte en été seulement, où les caravanes ne peuvent y accéder  nous montons admirer :

La Cascade Takakkaw qui mesure pas moins de 254 m. Elle est l’une des plus hautes du Canada.

                                               

Nous faisons la connaissance d’ Aliénor et Octave, français, étudiants, effectuant un voyage découvertes. Nous discutons beaucoup.

                                                              

Nous allons ensemble au pied de la cascade. Qu’elle est belle, jaillissant par endroits, formant des voiles à d’autres.

                                               

Le Pont Naturel est aussi impressionnant. L’érosion de la roche par la rivière Kicking Horse est spectaculaire.

                               

Le « Tunnel Spiral » procédé ingénieux pour que le train puisse passer une pente plutôt raide. Il est alors dévié vers des tunnels à flanc de montagne formant des boucles pour adoucir la pente…Nous ne voyons pas grand-chose.

                                               

Le Lac Emeraude est vraiment beau. Dommage que d’un côté, on ne puisse le voir, il est caché par des sortes d’hôtels et de grands sapins !

                             

 

Nous terminons la journée au Lac Louise que nous connaissons…Cependant, nous passons du temps à flâner le long, à observer le Glacier Victoria et les deux superbes sommets, Victoria  3452 m et Lefroy 3428 m.

                             

 

LE PARC NATIONAL KOOTENAY

Nous continuons la tournée des parcs, entrons dans le Parc National Kootenay, plus au sud.

Aujourd’hui, il pleut, ce ne sont pas de grosses averses, alors, nous pouvons visiter.

Le « Marble Canyon » aux « parois de Dolomites » se trouve au cœur de la région balayée en 2003 par un immense incendie qui dura 40 jours. La forêt fut rasée.

 La puissance du cours d’eau qui traverse la gorge de calcaire a sculpté les parois depuis des milliers d’années.  Le canyon est très profond.

                             

                                     

                                                            

« Ochre Beds et Paint Pots » : Dans la vallée de la rivière Vermillon coule le ruisseau Ochre chargé d’argile lui-même contenant des minéraux ferreux. Autrefois, les Indiens se servaient de cette argile rouge pour se peindre le corps. Au 19ème siècle, des prospecteurs prélevaient l’ocre à la main, exploitaient ce gisement, créaient un pigment pour les peintures…

Les sources Paint Pots, plus haut sur le sentier présentent des trous naturels où l’ocre de différents tons s’accumule.

 

 

Plus loin, nous nous arrêtons sur un site qui nous fait penser à la région Capadoce  en Turquie. Très joli!

 

 

Anecdote :

Cette nuit-là, nous étions trois dans le fourgon ! Voici notre compagnon.

                                               

Ici, on les appelle « squirrels », ou Tamia, c’est-à-dire écureuils. Ils se nourrissent de baies…Nous ne l’avions pas invité…

Par où est –il entré ? A quel moment ? Nous ne le savons pas.

Toujours est-il  que le matin, il avait grignoté le pain après avoir rongé le fond du sac, goûté à une pomme après avoir pris soin de laisser la fine épluchure à côté. Il a même coupé le lien du pendentif de Jo, rongé la petite perle de bois de l’attache, croyant certainement que c’était une baie !!!

Vite, nous allons acheter des pièges, les posons bien en vue et bien garnis la nuit suivante.

La nuit fut très calme, les pièges sont restés intacts, rien n’a été rongé…

Il nous a quittés, quand, comment ? Nous ne le savons pas ! Mais…c’est mieux ainsi ! Jo a toutefois fait un contrôle dans le moteur ! Personne !!!

 

Après le Parc Kootenay nous poursuivons vers Roosville, Eureka, la frontière avec les USA. Après quelques succinctes questions, un coup d’œil  aux passeports, une vérification sur l’écran de l’ordinateur, on nous souhaite « Bon voyage » et nous passons aux USA sans plus de formalités.  Nous entrons dans l’Etat du Montana.

 

USA – LES ROCHEUSES

Nous nous dirigeons vers le Parc National des Glaciers, nous empruntons la fameuse route « Going to The Sun Road », achevée dans les années 30. C’est une route qui traverse le parc d’Est en Ouest.

La route longe d’abord un lac, pas toujours visible car caché par les arbres, puis la montagne.

 

Nous montons vers le col Logan à 2025 m d’altitude. La route est belle.

 

                                               

Nous croyions voir beaucoup de glaciers, en fait sur les 150 des années 1900, il en reste 25. Leur volume diminue là aussi à une vitesse vertigineuse.

                                                

Au col, il ne fait pas chaud, nous nous écartons un peu sur un sentier.

                                                                 

 

Nous sommes à la ligne de partage des eaux, nous redescendons donc de l’autre côté.

La route est agréable, nous apercevons le Glacier Jackson.

                                               

Nous longeons le Lac Mary.

                                               

Le temps est superbe, nous faisons des randonnées. Nous entrons dans le Parc Many Glacier.

 

 

Voici l’Hôtel « Many Glacier » au bord du lac.

                                               

Nous randonnons sur le sentier « Grinnell glacier ». Là, ce sont les castors qui ont coupé de nombreux arbres dans tout un secteur.

                                               

Nous longeons le Lac Josephine.

 

                                               

Nous retournons aussi  au Col Logan pour prendre le sentier «  Hidden Lake ». Cette fois, ce sont des mouflons qui broutent paisiblement. L’un vient même sur le parking.

 

                                               

Le paysage est plutôt sauvage mais superbe.

 

 

Nous rentrons tard, à l’heure où le soleil rougit les montagnes et donne un air mystérieux au Lac Mary.

 

 

DU PARC DES GLACIERS AU PARC YELLOWSTONE

Nous reprenons la route plein sud, nous sommes sur un plateau à environ 1200 m d’altitude, ou plus.

A quelques kilomètres du Parc des Glaciers où nous avions des arbres à foison, aux couleurs magnifiques, nous entrons dans une région désertique.

 

Plus aucun arbre, de l’herbe jaunie, rase, couvre la plaine ou  de petites collines.

                                                                                             

D’abord, nous rencontrons quelques troupeaux de vaches, chevaux en semi-liberté.

 

Puis il y a de plus en plus de fermes avec de gros troupeaux.

Les nombreux silos , les champs moissonnés nous montrent qu’ici, il y a des cultures de céréales.

                                                                                     

Nous traversons les Terres des Natifs par exemple les Indiens « Blackfeet ». Quelques monuments nous le rappellent. 

                                               

Plus d’animaux sauvages, quelques « mules-cerfs » dans les champs, au bord du Missouri, viennent boire aux points d’eau et paitre…

                                               

Jusqu’au Parc Yellowstone, c’est à peu près le même paysage. Nous sommes toujours à environ 1500 m d’altitude. De grandes étendues de champs moissonnés, des fermes, des silos, des champs où l’on fait la fenaison, où l’on prépare la terre pour la labourer…

                                               

Quelques petites montagnes, quelques collines boisées viennent agrémenter cette zone désertique.

                                                

Et puis, il y a le Missouri que nous suivons assez longtemps, que nous traversons.

                                               

Les villes où nous passons sont plutôt petites, très étendues avec des bâtiments bas, pas de grands immeubles.

Les troupeaux de vaches sont plus ou moins importants, il y a beaucoup de chevaux.

                                               

Même des faux, très sympas !!!

 

Il fait bon, plus de 20°, c’est très agréable.

Les wapitis font toujours partie du paysage...

                                               

Nous nous apprêtons à visiter le Parc National Yellowstone pour d’autres aventures !!!

A bientôt.

 



Publié à 18:43, le 5/10/2015, dans CANADA SUD OUEST VERS USA MONTANA, Mammoth Hot Springs
Mots clefs :
.. Lien


LA RUEE VERS L'OR DE 1896

Bonjour à tous,

Tout d’abord excusez-nous pour la présentation inesthétique de notre article précédent.

Lors de la préparation, nous avons fait une erreur quant à la largeur à utiliser, donc le site Uniterre a déplacé les photos pour qu’elles entrent dans la surface utilisable.

Comme vous savez, nous ne sommes pas des experts en informatique, nous ferons de notre mieux…

Bonne lecture !

 

LA RUEE VERS L’OR DE 1896.

Nous quittons l’Alaska, nous entrons dans le Yukon au Canada et arrivons de suite à Dawson City en traversant le fleuve Yukon par un ferry.

Dawson City, dans la région du Klondike a été le théâtre de la ruée vers l’or de 1896.

Nous allons parcourir de Dawson City à Skagway la route des chercheurs d’or de cette époque mais en sens inverse. Toutefois, nous vous présenterons histoire et photos dans le bon  sens !

En ce temps-là, n’existaient ni route, ni voie ferrée…seulement la nature brute.

 

DAWSON CITY-LE KLONDIKE-Les rivières Klondike et Bonanza.

En août 1896, Dawson City, située sur une berge du Yukon comptait 1500 âmes.

La vie paisible de cette petite bourgade a basculé le jour où un certain Skookum Jim Mason et son beau - frère George Carmack découvrirent au cours d’une partie de chasse ou … de pêche une énorme pépite d’or dans la rivière Bonanza qui se jette dans la rivière Klondike, elle-même affluent du Yukon.

La nouvelle se répandit comme une traînée de poudre et attira immédiatement des milliers de personnes. Tout d’abord ceux qui se trouvaient sur de petits gisements aurifères aux alentours. Puis les américains arrivèrent dans le port de Skagway, au sud de Dawson, sur la côte Pacifique, et bien sûr beaucoup d’autres d’un peu partout dans le monde pour aller tenter leur chance. Ces nouvelles se propagent vite….

 

DE SKAGWAY A DAWSON CITY

Du port de Skagway (aux USA), pour atteindre Whitehorse plus au nord, ils devaient passer la montagne. Notamment des cols, le White Pass ou le Chilkoot Pass. Dans une pente extrême, quelquefois à 60%, enneigée, ils devaient porter des charges incroyables. La police montée canadienne  vérifiait à chaque passage que chaque candidat au Klondike possédait de quoi vivre, soit nourriture, matériel et outillage, équipement minier, de cuisine, tente, vêtements… des charges de 600 à 750 kg ou plus.

Jack London, jeune écrivain, faisait partie de ceux-là. Ils seront plus de 100000, peut-être 200000 à tenter l’aventure…

Certains achetaient un cheval, payaient des porteurs, d’autres faisaient de nombreux allers-retours pour acheminer tout l’équipement soit par le White Pass qui partait de Skagway même, soit par le plus redoutable, le Chilkoot Pass qui partait de Dyea à 10 ou 15 km de Skagway. 

Les deux chemins se rejoignaient sur les bords du lac Bennett. Alors, ils construisaient à la hâte des radeaux de fortune, des bateaux afin de naviguer sur le lac et les rivières pour atteindre le fleuve Yukon qu’ils suivaient jusqu’à Dawson City.

Ils devaient passer les rapides de Miles Canyon à Whitehorse, diriger les embarcations entre d’énormes rochers dans les rivières, choisir l’endroit où la profondeur était suffisante…

Lorsqu’ils arrivèrent à Dawson, toutes les concessions étaient déjà prises, ils ont souvent dû travailler pour les autres.

Ils installèrent des campements de tentes, de cabanes de bois dans les vallées des rivières Bonanza et Klondike.

Ils creusaient à la pioche…n’avaient que de l’outillage « primaire »…

Puis vinrent les énormes machines, les dragues, il y en a eu  jusqu’à dix.

Ils draguaient dans la rivière Klondike, affluent du Yukon donc…Vous suivez ? Ils ont retourné toute la vallée, cela est encore visible car il reste les énormes et immenses « sillons de résidus »rejetés par les dragues.

Dans le même  temps, on construisit la ville, le bureau de poste, des magasins, la banque, un théâtre, haut lieu de divertissement à l’époque, des saloons…

Les rues grouillaient de chercheurs d’or, de prospecteurs…

En 1898, la population était passée à 40000 personnes.

Plus tard, les approvisionnements en nourriture, bois se faisaient à l’aide de bateaux à vapeur à fond plat et à roue arrière qui poussaient en plus une barge pour augmenter le  fret. Ils peinaient souvent à se frayer un chemin dans les rivières, accostaient sur les berges pour charger du bois pour leur machines à vapeur et pour la ville. On transportait les chargements par charrettes, par traineaux…

A partir de 1898, durant la ruée vers l’or du Klondike, on construisit la voie ferrée de Skagway à Whitehorse, soit 180 km, dans une montagne escarpée, dans la neige… elle fut construite en 26 mois ! Le train transportait passagers, marchandises pour les mines et acheminait l’or vers Skagway (dans le port). On abandonna les  « trails » (sentiers) dans la montagne. La ville de Dyea  près de Skagway disparut car il n’y avait plus de travail…

Puis plus tard, en 1950, on construisit les routes, c’est très récent en fait !

La ruée fut brève, environ trois ans. Certains arrivèrent même trop tard ! On se dirigeait déjà vers d’autres Eldorado, comme Nome par exemple.

La population de Dawson retomba à 3000 en 1911…Certaines petites villes, à peine nées disparaissaient, la ruée prit fin en 1906.

88% de tout l’or dans le Yukon venait de Dawson City, le Klondike.

En 1904, le Klondike était le plus grand producteur d’or du Canada et le 4ème plus grand du monde.

On a extrait du Klondike des tonnes d’or très pur…puis de grosses Compagnies ont continué l’extraction avec de gros moyens en matériel, pécuniaires etc…

Actuellement, il produit toujours de l’or, dans des entreprises familiales, privées.

Il faut savoir qu’un peu plus au sud, dans la région de Mayo, on a extrait aussi de l’argent, surtout dans les années 1980.

Beaucoup périrent à cause des conditions de vie extrêmement dures, climat, isolement etc…mais aussi lors de catastrophes, avalanches, effondrement de glaciers ou autre…

Conclusion

Ce fut un moment fort de l’histoire de cette région. Nous avons pu constater que les responsables  dans les différentes villes ont su garder, restaurer tous les vestiges de ce passé, permettre à chacun de pouvoir les voir, les visiter, se documenter…En fait, il n’y a guère que Skagway, Whitehorse et Dawson City qui sont rescapées.

Skagway, parce qu’elle accueille des myriades de touristes qui arrivent par ferry. Dawson, parce qu’elle veut rester « authentique », continue à organiser la ville avec cet esprit et attend son inscription à l’UNESCO.

Pour notre part, nous avons pris un réel plaisir à découvrir tous ces lieux chargés d’histoire…et de  plus… une histoire assez récente. Nos grands-parents auraient pu s’y rendre !

 

DE SKAGWAY A DAWSON CITY

                                                               

     

SKAGWAY

En arrivant :

                          

                                               

C’est d’ici qu’ils partirent tenter leur chance dans le Klondike.

Skagway aujourd’hui.  Dans le port, ce ne sont plus les chercheurs d’or, les prospecteurs qui arrivent par bateau pour entreprendre le long périple jusqu’à Dawson, mais des milliers de touristes en ferry.

                                               

Dans la ville restent de nombreux vestiges de cette époque : Dans la rue Broadway, le bâtiment de l’office de tourisme et bien d’autres, la gare, le train « White Pass » conservé pour les touristes entre autre.

 

                                               

 

                                               

Nous ne sommes pas allés à Dyea, nous n’avons pas vu les sentiers dans la montagne, il pleuvait et il y avait trop de brouillard.

Photo ancienne de la « Chilkoot Pass »qui partait de Dyea .

                                              

Photo ancienne de la « White Pass » qui partait de Skagway.

                                               

Le Lac Bennett.

                                               

Un peu plus au nord, à Carcross, nous avons vu un paysage de dunes.

                                               

Puis le Lac « Bove Island ».

 

                                                

 

WHITEHORSE

La ville actuellement :

Le bateau Klondike : Il fut construit en 1929. Il était plus important que ses prédécesseurs, il pouvait supporter 272 tonnes. Sa carrière prit fin en 1936, il s’est échoué au fond du Yukon.

                                               

Le  «  Canyon Miles » du fleuve Yukon. Passage des rapides :

Actuellement :

  

                                               

Autrefois :

                                               

A Whitehorse, nous y avons vu aussi « la passe migratoire ». Après la construction d’un barrage, il a fallu faire une sorte de canal montant afin que les saumons puissent remonter la rivière pour frayer.

                                               

Sur la route, nous pouvons admirer :

                                               

 

CARMACKS-SITE MONTAGUE.

Autrefois :

                                                              

Aujourd’hui :

                                               

C’était un relai sur la route du « golden rush ». Ceux qui transportaient l’approvisionnement en bois, nourriture…par charrettes, traineaux…trouvaient là de quoi se reposer, se nourrir, faire reposer les bêtes.

 

FIVE FINGERS RAPIDS au nord de Carmacks.

Site où ils approvisionnaient les bateaux à roue.

Dans la rivière, 4 énormes rochers  la divisent en 5 chenaux, un seul, sur le côté, permettait le passage des bateaux.

Autrefois :

 

Aujourd'hui :

                                               

Sur la route en allant à Stewart, nous rencontrons encore un ours :

                                               

 

DE STEWART A MAYO.

Autrefois, c’était la route de l’argent : Le « silver trail ».

Dans cette contrée, qui est  aussi une sorte de réserve, où la chasse aux mooses  est défendue car les femelles viennent y mettre bas, nous croyions donc en voir…eh bien ce sont des ours que nous avons vus, des cygnes et un porc épic !

                                                               

 

 

DAWSON CITY

Notre arrivée en provenance de l’Alaska : il faut traverser le fleuve Yukon.

                                               

D’abord notre bivouac tant apprécié : vue sur le Yukon.

 

                              

                                                    

La ville actuelle avec les nombreux bâtiments datant de cette époque :

La banque, le Palace Grand Théâtre, le bureau de poste construit en 1901, le saloon…

 

 

 

 

Autrefois:

 

La réplique de la cabane de Jack London :

                                               

 

Les découvreurs de la pépite :

                                               

Autrefois, travail à la main dans les mines d’or.

                                               

La Drague-Numéro-Quatre, drague à godets en ligne, à coque de bois. Elle a cessé de fonctionner en 1960.

 

Le port autrefois, dans les glaces :

                                               

Le Canada SS Keno, bateau à vapeur, à roue à aube arrière construit en 1922. Il a surtout servi  à transporter le minerai d’argent de Mayo à Stewart. Il a terminé en 1960.

 

Les « Telltale Tailings »sortes de larges sillons de cailloux laissés par les dragues.

 

                                               

Actuellement, ils continuent à chercher de l’or.

                                               

Aujourd’hui, on peut chercher de l’or dans la Bonanza, au « Claim 6 ». Certains s’y adonnent, tentent leur chance !

                                               

Merci à tous pour vos gentils messages. Nous ne pouvons répondre individuellement. Aussi, voici un bouquet de couleurs d’automne pour  tous. A bientôt !

 

 

  

                            



Publié à 17:35, le 23/09/2015, Lake Louise
Mots clefs :
.. Lien


ALASKA DECOUVERTE Suite 2

USA-ALASKA suite.

SEWARD

Nous sommes donc dans la Péninsule de Kenai au S.E de l’Alaska.

Nous découvrons Seward, agréable petite ville entourée de montagnes, au fond du fjord « Resurrection Bay »du Golfe de l’Alaska.

Nous bivouaquons, un soir, sur le front de mer, pratiquement tout occupé par une quantité impressionnante de leurs énormes camping-cars. Nous préférons les bivouacs avec un peu moins de monde mais la vue est belle !

                                 

  

Une loutre vient même se reposer sur un rocher tout près de nous.

                                                

Dans la ville, il y a de jolies maisons anciennes, des églises pittoresques.

 

Le port est aussi attrayant avec le quartier des maisons sur pilotis.

 

Tout près de Seward, il y a une calotte glaciaire d’où part une quarantaine de glaciers. Un soir, nous allons bivouaquer en face de l’un d’eux : Exit Glacier. Aussi le lendemain, nous allons lui rendre visite ! Ici, en Alaska, beaucoup de glaciers arrivent pratiquement au niveau de la mer ou carrément dedans !

                                               

C’est le cas de celui-ci et le sentier pour se rendre à son pied est plat et très court.

 

Des repères ont été posés pour montrer où arrivait le glacier certaines années.

                                                

C’est absolument ahurissant, il a tant reculé qu’il ne reste qu’une langue minime au regard de ce qu’elle était il y a même 15 ou 20 ans…Comme vous savez, c’est comme ailleurs dans le monde.

 

 

SOLDOTNA

Depuis que nous sommes en Alaska, nous savons bien que nous vous parlons toujours d’ours, de mooses, de lacs, de glaciers, de saumons…Eh bien, nous allons continuer !!!

Il faut dire qu’il y a environ 100000 glaciers, soit plus de la moitié des glaciers recensés dans le monde. Quant aux lacs, il y en a plus de 3 millions dont de très grands.

Soldotna, posée de chaque côté de la rivière Kenai est une petite ville où la pêche est plutôt très répandue.  La rivière étant tout au long  prise d'assaut par les pêcheurs, tous les jours… La saison du frai des saumons tire à sa fin, du moins pour certaines espèces.

                                                

Jo, voyant partout des pêcheurs, n’y tient plus ! Il prend une licence de pêche.

Le temps est convenable, il commence à pêcher dans la matinée. Nous ne voyons pas les saumons sauter comme à Valdez, c’est une rivière, ils passent ! Ca ne mord pas, il change ses cuillères  une fois, deux fois…Il n’a pas d’appât comme ses voisins… Ceux-ci  n’ont guère de prises non plus ! Ici, ce sont surtout des saumons « sockeye »(saumons rouges).

En 1985, à Soldotna, fut pêché un « king »   saumon qui pesait près de 50 kg, record du monde !

Non pas que Jo pense faire la même chose…mais il s’acharne et, en  fin de journée, là où les saumons semblent mordre un peu mieux, il prend un magnifique « sockeye » ! Le poids, nous ne le savons pas mais il est beau ! Comme nous n’avons pas d’épuisette, ce sont deux autres pêcheurs qui l’aident à le sortir de l’eau.

Nous sommes émus et vraiment heureux.

 

                                                

Ici, à la disposition des pêcheurs, est installée une table et un jet  pour nettoyer le poisson…Ce que je fais aussitôt. Quelle joie de lever des filets d’une si belle couleur, de les découper puis de remplir à nouveau le freezer !

    

Nous sommes très fiers d’avoir pêché  une si belle pièce et aussi tellement heureux à la pensée de la déguster !

 

A Soldotna, nous randonnons dans des sentiers passant dans la forêt, près d’un lac, c’est agréable mais nous ne voyons pas d’animaux, seulement  quelques oiseaux furtifs et des fleurs, des baies…

 

Nous pouvons voir une cabane d’époque construite par un finlandais, très grand d’après les photos, contenant meubles, ustensiles de cuisine, outils dont il se servait…

 

Le petit musée aussi est intéressant. Il montre bien l’habitat, la vie des Alaskiens vers 1947…où la ville fut établie par les pionniers. L’école, construite en 1958, possède toujours la lanterne avec laquelle les écoliers s’éclairaient.

 

                                              

 

HOMER

Petite ville de 5000 habitants, située à la pointe sud de la Péninsule de Kenai, sur la Kachemak Bay, est mondialement connue comme étant la capitale de la pêche au flétan (halibut).

Elle est aussi célèbre pour son « Spit », sorte de langue de terre, sable provenant des anciennes moraines de glaciers. En 1964, lors du tremblement de terre, elle a pratiquement disparu.

Là, il y a un port assez important.

                                              

Des anciennes maisons de pêcheurs sont actuellement occupées par des commerces de souvenirs, des restaurants, des agences qui organisent des excursions : sorties en mer etc…Nous y retrouvons bon nombre d’artistes de toutes sortes.

                                              

  

Homer possède aussi des collines alentour. Il suffit d’y monter pour être émerveillés.

                                   

     

Face à nous, 4 grands et magnifiques glaciers des Monts Kenai, des iles, la presqu’ile et Homer au pied. Paysage spectaculairement somptueux, éblouissant…

Il suffit aussi d’y bivouaquer pour admirer un superbe coucher de soleil…mais gare, il fait à peine 10° le soir, avec un fort vent frais.

                                                  

  

 

NINILCHIK

Ninilchik est une petite ville à l’ouest de la Péninsule de Kenai. Elle possède un « Village Cache ».

                                                

En 1847, des russes établis sur l’ile de Kodiak plus au sud vinrent s’installer à Ninilchik. Une école fut construite 9 ans plus tard puis une église. Celle-ci fut reconstruite à l’emplacement actuel en 1901. A côté se trouve un très vieux cimetière orthodoxe. 

 

Elle bénéficie d’une vue exceptionnelle sur les volcans et glaciers de l’autre côté de la baie, à plus de 100 km.

                                               

 

KENAI

Avec ses 7000 habitants, c’est la plus grande ville de la péninsule. Kenai se trouve sensiblement à la même latitude qu’Oslo ou Stockholm.

Autrefois, ici, la communauté indienne Dena’ina vivait de la pêche, de la chasse, de la trappe, commerçant avec les tribus voisines. Puis les russes s’installèrent. En 1791, le commerce était florissant. On construisit le « Fort Kenay », on faisait du commerce de fourrures. On découvrit de l’or dans la rivière…En 1950, on exploita le pétrole et le gaz naturel : Un nouveau commerce s’établit.

Nous visitons la « vieille ville », découvrons l’Eglise orthodoxe « Holy Assumption of the Virgin Mary » construite en 1894(une autre avait été construite en 1846 par un prêtre russe).

                                               

La chapelle St Nicolas. 

                                               

Veronica’s coffee house construite dans les années  1920.

                                                 

Le « Fort Kenay » est la réplique de l’originale école Russe où on étudiait le catéchisme, la langue russe, l’arithmétique, la musique.

                                                 

La Kenai Bible Church était la première église protestante de Kenai.

                                                

Beaucoup d’autres constructions témoignent de cette époque, ainsi que des sculptures dans la ville. Il est intéressant de se pencher sur le mode de construction de tous ces édifices en bois.

 

Nous déplorons tout de même un manque d’entretien de tous ces lieux de vie si riches d’histoire…

Le Capitaine Cook en 1778 y a séjourné lorsqu’il cherchait le passage nord-ouest…

Bien sûr, c’est à « Visitor Center » véritable petit musée, que nous pouvons découvrir bien des compléments quant au passé de cette région.

 

DE KENAI A ANCHORAGE

Pour nous rendre à Anchorage, nous prenons la "Sterling Highway", suivons la fameuse et renommée rivière Kenai.

                                                

Alors, Jo décide de pêcher une dernière fois avant de quitter cette région.

Nous faisons donc une journée pêche dans la "Kenai River". Il fait mi ensoleillé, mi nuageux.

Comme nous arrivons au lieu de pêche, vers 9h, deux pêcheurs partent avec de beaux saumons... Nous aurions dû venir très tôt nous aussi car un fort vent se lève, personne ne prend plus rien. Nous allons à un autre point de pêche, personne...Jo tente encore mais en vain... De la journée nous n'avons vu aucune prise, ni pour les autres, ni pour nous! Bien sûr, Jo est déçu...

 

Nous continuons notre route, des forêts, des lacs, des rivières, des montagnes sans glaciers de chaque côté. La nature commence à changer, les feuillus  jaunissent. Pas étonnant, ce matin il faisait 2°!

                                                                                                                                                                                               

Lorsque nous empruntons la "Seward Highway", à quelques kilomètres de  Portage Glacier, Whittier, nous revoyons les  glaciers...

                                               

Nous passons Anchorage et poursuivons nord sur la Glenn Highway vers le Parc de Denali d'où nous espérons bien voir le Mac Kinley, le plus haut sommet (6193m) d'Amérique du Nord.

 

PARC NATIONAL DENALI- MONT MAC KINLEY

Déjà à quelques kilomètres d’Anchorage, à Willow, nous apercevons ce blanc géant, nous faisons les premières photos. Il fait un soleil éclatant mais qui sait, plus tard, il peut être ennuagé et dans ce cas, nous risquerions de ne plus le voir!

    

Puis, plus loin, à " Denali Viewpoint South", nous faisons un nouvel arrêt, prolongé cette fois. Le massif est superbe, le Mont Mac Kinley majestueux. Nous pouvons admirer sa face sud donc.

                            

 

La route aussi est très belle. L'automne arrive et jaunit de-ci, rougit de-là  la végétation. Les conifères font des touches d’un vert intense.

 

D’autres points de vue sont beaux : «  Denali View North »par exemple.

                                               

La route suit le massif et nous arrivons au Parc National Denali.

Le parc n’étant pas accessible avec notre propre véhicule, nous sommes tenus de prendre un bus pour emprunter la seule route qui le traverse.

Nous partons à 7h du matin, découvrons petit à petit ce magnifique massif éclairé par le soleil levant. Nous sommes sans arrêt surpris, éblouis. 

                                       

                                                                

Nous faisons plusieurs pauses dont une à Yielson, la plus impressionnante peut-être, nous sommes tout près de son pied. Il se dresse imposant, pur, élégant, fascinant.

                             

 

La piste contourne le massif, nous allons presque jusqu’au bout, à Wonder Lake.

                                               

Lors du retour, quelques nuages, pendant un petit moment, s’installent sur la chaine, cela ne fait que la rendre plus magique.

Cette montagne semble irréelle car tellement pure.

 

De plus, il se trouve  que nous sommes au début de l’automne, la végétation prend des teintes extraordinaires. Du sol aux arbres, il est difficile de définir ces tableaux.

                             

 

C’est drôle, il y a tout juste 4 mois, au Canada, nous avons vu cette végétation renaitre de l’hiver, mettre de jeunes pousses fragiles, d’un vert tendre…Déjà elles s’apprêtent à mourir, leur vie chaque année semble bien courte !

L’aller-retour de la visite dure onze heures. En revenant en fin d’après- midi, nous avons la chance de voir des animaux car la faune est importante dans ce milieu.

Nous  apercevons des grizzlis, des élans, des caribous, des chèvres de montagne, mais ils se tiennent assez loin de la piste, ce qui est normal. Nous les observons aux jumelles quelquefois.

 

 

A chaque fois, nous ressentons une sorte de joie, de curiosité, d’émotion…ce lieu magique est aussi habité par tous ces animaux que nous  ne rencontrons pas à tout instant chez nous !

Vous  dire le plaisir que nous avons eu est tout simplement impossible. Nous avons passé une divine journée…  et de plus ensoleillée…inoubliable !

                             

 

DE DENALI A FAIRBANKS

Nous quittons le Parc de Denali, la tête toujours pleine de ces beaux paysages, de ces sommets enneigés. Nous suivons une route entourée de plaines et de collines. Tout au long, à perte de vue, c’est une éclatante palette de couleurs.

 

Fairbanks fut construite dès 1902 lorsqu’un italien y trouva de l’or. En 1905, la ville possédait l’électricité, une école, la poste, la police, un hôpital…Actuellement, elle est la 2ème grande ville d’Alaska, avec ses 40000 habitants.

Nous visitons d’abord le musée «  University of Alaska. Museum of the North ». Il est extrêmement riche et nous y passons du temps. Nous y trouvons l’histoire  des tribus d’Alaska, leurs modes de vie…

                                                

 

                                                           

 

 

Nous découvrons aussi dans la ville quelques anciennes maisons, la petite église, la statue « The first native family », la rivière Chena…

 

Nous allons à « Pioneer Park »qui est une sorte de village reconstitué avec les constructions en bois  du début du siècle, dans la région, ainsi que plein  d’objets, dons de certaines familles, montrant l’histoire de la ville , la vie des habitants…

 

S’y trouve aussi le bateau à roue Nenana qui parcourait la rivière Yukon.

                                                

En sortant de la ville, nous nous arrêtons à  «  Santa Claus » où nous rencontrons le Père Noël…dans un immense magasin de …souvenirs !

                                                

 

DE FAIRBANKS A CHICKEN

Il y a des jours, des périodes où tout vous sourit comme il y en a où tout vous accable.

Ce jour, nous partons sur la route qui va nous conduire à la frontière du Canada, dans le Yukon.

Eh oui, voilà déjà plus de cinq semaines que nous sommes en Alaska et nous allons quitter cet état avec regret…

Comme je vous disais, même le temps est superbe en ce moment. Très frais matin et soir, à la limite de la gelée la nuit.

La région est vallonnée avec une route toute droite, il y a des lacs, les collines, la lande , les arbres sont couleur feu.

 

                                                 

Quelquefois, nous apercevons la chaine du mont Mac Kinley qui est pourtant loin maintenant.

                                                 

Dans ce beau décor, en fin de journée, nous faisons de belles rencontres, non pas de personnes, bien que cela nous arrive souvent, mais de mooses (élans)… Ils sortent des bois pour venir brouter l’herbe des talus et des bas- côtés de la route.

Ils sont seuls ou ce sont des mères avec leur petit. Ils sont à peine effarouchés, nous avons bien le temps de les admirer, de leur… parler…non pas de les remercier d’être là, mais un peu tout de même ! Leurs robes sont différentes, claires ou plus foncées.

                                                 

 

Le bivouac de ce soir semble promettre une tranquillité délicieuse, exquise… Excusez-nous, vous trouvez  peut-être les adjectifs employés un peu exagérés, eh bien, non, c’est notre ressenti. Nous avons une France géniale, certes, mais nous n’avons jamais vu de mooses sur les routes…ni des hectares de bouleaux couleur d’or, tachetés de vert sombre…

La nuit tombe, nous sommes en pleine campagne, loin des lumières des villes.

                                                

Georges soudain se rappelle la conversation que nous avions eue avec Edouard, jeune chercheur originaire de Tours, rencontré au musée de Fairbanks, au sujet des aurores boréales. La veille, il en avait encore observée une …donc nous pouvons en voir à cette époque. Nous-mêmes avions vu un film au musée concernant ce phénomène.

Curieux, nous observons le ciel. Tout à coup, une lueur verte vacille, monte de l’horizon.

Voyons-nous bien la même chose tous les deux ? Nous nous interrogeons. Serait-ce une aurore boréale ?

Eh bien oui, bientôt d’autres flammèches colorées s’élèvent, se déplacent…s’étendent sur la gauche, plus haut dans le ciel, forment des sortes de halos. Nous sommes interloqués, ébahis, émerveillés.

Le phénomène s’arrête. Edouard nous a dit que cela recommençait 1/2h après. Très vite, des sortes de fumées, des draperies plus ou moins colorées  tremblantes  dansantes  vrillantes envahissent l’horizon  le ciel tout entier, semblent nous tomber sur la tête…

 

 

                              

Nous ne pouvons vous mettre des photos très représentatives car novices, nous n’avions pas programmé nos appareils pour un tel évènement…et, dans le noir, nous n’y arrivions pas…D’un autre côté, nous ne voulions pas en « perdre une miette » et prendre le temps de les régler…égoïstes que nous sommes…et si cela s’arrêtait ?

Voyez comme la journée fut belle et riche de découvertes !

 

Plus loin, nous empruntons une piste pour nous rendre à Dawson City au Canada, la frontière est toute proche, le paysage toujours beau, sauvage même.

 

Nous nous arrêtons un peu à Chicken, minuscule ville où nous voyons des restes de la ruée vers l’or dans cette région.

 

Assez souvent, nous voyons de grandes étendues d’épicéas morts, soit brûlés dans un incendie, soit à cause d’une maladie, soit que le permafrost sous leurs racines ait fondu (à cause du réchauffement de la planète). Ils sont alors déstabilisés, ils se couchent, chutent quelquefois, meurent. Ce sont alors les feuillus, les bouleaux …qui repoussent rapidement. Ce qui annonce, à court terme, carrément une modification de la végétation.

                                                                                                                                                                                           Nous allons quitter avec regret l’Alaska, ravis de l’avoir partiellement parcouru.

L’Alaska pays trois fois plus grand que la France a une population de 634000 habitants dont 260000 à Anchorage.

La population très diversifiée témoigne des Natifs  Esquimaux et Indiens, des différentes vagues d’immigrations  les Russes au 19ème siècle, les  Américains venus avec la ruée vers l’or. Aujourd’hui, ce sont les asiatiques qui s’y installent.

Quant à l’environnement, dans un climat très rude, montagnes aux neiges éternelles, glaciers, forêts à perte de vue, rivières, toundra, taïga, fjords, Océan Pacifique…est l’habitat d’une faune exceptionnelle, unique et d’une flore tout aussi passionnante.

Nous nous sentons effectivement un peu au bout du monde. Ils nomment d’ailleurs l’Alaska « Dernière frontière ». Nous avons un décalage horaire de dix heures avec vous, c’est beaucoup !

Nous avons emprunté le peu de routes de l’Alaska. Il faut vous dire qu’ici, beaucoup de familles possèdent leur hydravion. N’étant pas dans ce cas, nous devons donc quitter, par la route, ce bel état des USA. D’ailleurs, l’hiver va arriver et quand on sait que quelquefois les hauteurs de neige peuvent atteindre 4m par endroits !... 

Merci, merci pour vos messages. A bientot !

                                               



Publié à 12:02, le 10/09/2015, dans USA ALASKA, Dawson
Mots clefs :
.. Lien


{ Page précédente } { Page 1 sur 2 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques

ARIZONA NEW MEXICO
BIENTOT FIN DES PARCS OUEST
CALIFORNIE FIN
CANADA PREMIERES DECOUVERTES
CANADA SUD OUEST VERS USA MONTANA
DE VANCOUVER A L ALASKA
DEBUT DU SECOND SEJOUR
FIN DU PREMIER SEJOUR
FIN SEJOUR USA
FIN VOYAGE AMERIQUE DU NORD
LA CHINE
LA COTE CALIFORNIENNE
LA FLORIDE
LA LOUISIANE
MISSISSIPPI ARKANSAS
NOEL NOUVEL AN
NOUVELLE AVENTURE !
OUEST DU CANADA
TENNESSEE ALABAMA
TEXAS
TRAVERSEE VERS L OUEST CANADIEN
USA ALASKA
USA SUD OUEST
USA UTAH
USA WYOMING UTAH
Voeux 2017

Derniers articles

VOEUX 2018
COUVERTURE
CARTE
SOMMAIRE
LIVRE PAGE B - C

Sites favoris


Amis